CAR

Des consultations médicales pour soulager la population de la Haute-Kotto

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

PAR CHRISTIAN MAPENDANO

Des soins gratuits suivis d’un important don de médicaments, c’est l’action qu’a mené l’Unité de police constituée du contingent mauritanien de la MINUSCA (FPU2), le 4 septembre 2021, à Bria, préfecture de la Haute-Koto, à environ 584 km au nord-est de Bangui. Plus de 500 habitants des quartiers Bornou, Gobolo et du site des déplacés du PK3 de Bria ont bénéficié de cette activité civilo-militaire.

Au total, 518 personnes ont bénéficié d’une consultation gratuite et des soins offerts par le service médical de cette Unité. Selon son Commandant, Aly Beh Seyidna « ces services sont offerts dans un contexte où la population de la Haute-Kotto en a le plus besoin ».

La quasi-totalité des structures sanitaires de la Haute-Kotto manque de personnel qualifié et de médicaments. Les bénéficiaires, à l’image de Roger, voudraient que de telles actions soient pérennes. « Je viens de bénéficier d’un soin gratuit. Je suis content de ce que je viens de recevoir. J’ai reçu une moustiquaire, du paracétamol, de la gentamicine et une pommade antimoustique. Ça va m’aider. Je demande au contingent de la Mauritanie de continuer à faire ça pour les autres », a confié le jeune homme.

En plus de ces consultations, l’Unité de police constituée du contingent mauritanien de la MINUSCA a fait don de médicaments à l’hôpital préfectoral de Bria et aux centres de santé de Bornou, de Gobolo et à celui du site des déplacés du PK3. Occasion pour le préfet de la Haute-Kotto, Thierry-Evariste Binguinendji, de plaider pour les localités de sa circonscription où les besoins sont tout aussi pressants.

L’unité de police constituée de la Mauritanie, de Bria a à son actif plusieurs réalisations. En 12 mois, l’on compte près de 9 200 patrouilles de surveillance effectuées par cette unité pour la protection de la population; plus de 65 opérations de distribution des vivres ont été menées à l’intention des déplacés internes, à raison de 4 000 personnes par distribution.