CAR

Bulletin humanitaire République centrafricaine Numéro 52 | Février 2020

Source
Posted
Originally published

Attachments

FAITS SAILLANTS

  • La République centrafricaine a été sélectionnée comme l'un des pays pilotes du Système commun de transferts monétaires des Nations Unies (en anglais, UN Common Cash System, UNCCS).

  • Les humanitaires se sont mobilisés pour la réponse à l’épidémie de rougeole. Depuis le début de l’année, 5 130 cas suspects ont été enregistrés dont 83 décès, affectant 20 des 35 districts sanitaires.

Malgré l’augmentation des tensions intercommunautaires à Bria, les humanitaires renforcent l’assistance d’urgence

Près de 12 000 personnes déplacées suite aux affrontements des 25 et 26 janvier. Au cours de la deuxième quinzaine de janvier 2020, la situation sécuritaire dans la ville de Bria s’est fortement détériorée en raison d’affrontements entre deux factions d’un groupe armé les 25 au 26 janvier 2020. Ces affrontements ont eu lieu à proximité du centre ville, dans les quartiers de Ndrou, de Mende 2 et 3, à quelques centaines de mètres de l’hôpital régional. Le bilan humain est lourd avec près d’une quarantaine de morts, 22 blessés, dont quatre enfants victimes de balles perdues. Les combats ont provoqué le déplacement d’environ 12 000 personnes vers cinq nouveaux lieux de regroupement de la ville (Gobolo, Ndrou4, Hôpital, Eglise catholique et Aérodrome). Suite à ces déplacements, la communauté humanitaire a dû se mobiliser rapidement pour porter une assistance multisectorielle aux populations affectées, dans un contexte sécuritaire particulièrement volatile. Les tensions intercommunautaires exacerbées par les violences perpétrées dans la ville ont réduit l’espace humanitaire, le personnel de certaines organisations étant ciblé par des menaces, sous le seul prétexte de leur appartenance à une certaine communauté ethnique. Des mouvements soudains d’éléments armés ou encore des rumeurs d’attaques ont par ailleurs alimenté l’inquiétude permanente de la population, favorisant des mouvements pendulaires à toute heure de la nuit comme du jour. Cette situation complexe n’a pas empêché la communauté humanitaire de se mobiliser pour venir en aide aux personnes affectées directement et indirectement par les affrontements armés. Une assistance multisectorielle d’urgence en réponse aux besoins générés par la crise.

Les combats ont entrainé de nombreuses conséquences sur le plan humanitaire. Peu après les affrontements, des cliniques mobiles d’International Medical Corps (IMC) et de Médecins sans frontières (MSF) ont été déployées dans les quartiers de Gobolo, à l’Hôpital et à Ndrou pour soigner les déplacés blessés ou souffrants dans les sites de regroupement. Des cellules de santé mentale ont été installées sur ces mêmes sites pour proposer un soutien psychologique aux personnes affectées par les récents évènements. 27 personnes présentant des syndromes de stress post-traumatique ont notamment été prises en charge. Avec la convergence d’un grand nombre de déplacés vers les lieux de regroupement aux espaces limités, ces derniers étaient exposés à des risques sanitaires importants. C’est pourquoi OXFAM a construit en urgence des latrines sur plusieurs lieux de regroupement (20 latrines ont par exemple été construites à Ndrou 4). L’ONG a distribué des tablettes pour purifier l’eau ou encore lancé des campagnes de sensibilisation sur l’hygiène auprès des populations déplacées. Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et Intersos, ont quant à eux organisé un profilage des nouveaux lieux de regroupement pour mieux préparer les activités de distribution des humanitaires.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.