CAR

Bulletin humanitaire République centrafricaine Numéro 49 | Novembre 2019

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published

Attachments

FAITS SAILLANTS

• 272 incidents touchant directement le personnel ou les biens humanitaires ont été enregistrés entre janvier et novembre 2019.
Leurs conséquences sont sérieuses et privent des populations entières d’assistance ; ainsi quatre organisations ont temporairement suspendu leurs actions humanitaires en octobre et novembre et 40 blessés ont été enregistrés parmi les humanitaires durant ces onze derniers mois, contre 23 durant la même période en 2018.

• Un hélicoptère d'une capacité de 18 passagers et / ou 2,5 tonnes de fret a été mis à la disposition de la communauté humanitaire par le Service aérien d’aide humanitaire des Nations Unies (UNHAS). Sa mission consiste à desservir les zones touchées par les inondations ainsi que celles qui sont difficiles d’accès. L’appareil a permis d’assurer une bien meilleure couverture des zones affectées par le conflit dans les localités particulièrement enclavées.

CHIFFRES CLEFS

# de personnes déplacées 693 445

# de réfugiés centrafricains 593 895

Population ayant besoin d’une aide humanitaire 2,6 M

Population touchée par l’insécurité alimentaire 1,6 M

FINANCEMENT

430,7 millions $ requis pour le Plan de réponse humanitaire en 2019
289,8 millions $ ont déjà été mobilisés, soit 67% des fonds. OCHA encourage les partenaires et les bailleurs à rapporter leurs financements à travers le Financial Tracking Service (FTS). Cette action collective permet de suivre dans la transparence le taux de financement du Plan de réponse humanitaire, analyser les gaps et les besoins et prendre les décisions stratégiques appropriées pour l'allocation des fonds.

Intensification de l’aide humanitaire dans les zones les plus inaccessibles de la Centrafrique

Un accès humanitaire qui reste extrêmement contraignant dans plusieurs souspréfectures

Un des obstacles les plus complexes auxquels sont confrontés les humanitaires en République centrafricaine est la difficulté d’accès aux personnes les plus vulnérables.
Nombreux sont celles et ceux qui présentent les besoins les plus aigus mais vivent dans des zones particulièrement isolées, du fait des contraintes sécuritaires, mais aussi des contraintes logistiques liées à la vétusté des infrastructures routières. La sous-préfecture de Mingala qui se trouve au sud-est du pays cumule simultanément ces deux types de contraintes. Depuis 2017, la sous-préfecture a été le théâtre de nombreux affrontements entre groupes armés et d’exactions graves contre les populations civiles. Liées notamment au contrôle des ressources minières dans le nord de la sous-préfecture, ces violences ont entrainé des déplacements de population et de graves violations des droits humains (assassinats, enlèvements, viols, enrôlements forcés, arrestations arbitraires, taxations illégales, etc.). Quelques organisations humanitaires ont réussi à atteindre cette zone et y mener des activités au prix d’importants efforts de négociation et de réhabilitation d’ouvrages de franchissement (notamment en août-septembre 2018 puis en mars-avril 2019). Mingala reste néanmoins dans une large mesure une zone grise pour les humanitaires.

Un hélicoptère mis à la disposition des humanitaires pour soutenir une réponse rapide aux urgences

Le 19 novembre 2019, un hélicoptère d'une capacité de 18 passagers et / ou 2,5 tonnes de fret a été mis à la disposition de la communauté humanitaire par le Service aérien d’aide humanitaire des Nations Unies (UNHAS).
Sa mission consiste à desservir les zones difficiles d’accès. L’appareil a permis d’assurer une bien meilleure couverture des zones affectées par le conflit dans les localités particulièrement enclavées comme celle de Mingala.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.