Bulletin humanitaire République centrafricaine Numéro 41 | Janvier 2019

Report
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 31 Jan 2019

FAITS SAILLANTS

  • Les hommes, femmes et enfants sont les principales victimes des tensions et de la violence exercés dans le pays et la RCA reste également un des contextes les plus dangereux pour les travailleurs humanitaires. 396 incidents affectant directement le personnel ou les biens humanitaires, soit plus d’un incident par jour, ont été enregistrés tout au long de l’année 2018.

  • Le Plan de Réponse Humanitaire 2018 demandant US$ 515,6 millions a reçu $254,9 millions soit 49% des financements requis. Les acteurs humanitaires ont fourni une assistance multisectorielle à environ un million de personnes.

  • La Coordonnatrice humanitaire pour la RCA, Madame Najat Rochdi, alloue 1 550 000 dollars américains dans le cadre d’une allocation de réserve du Fonds Humanitaire pour la RCA.

Les humanitaires touchés par l’insécurité

Au moins 396 incidents ont touché directement des personnels ou biens humanitaires au cours de l’année 2018

La situation sécuritaire en République centrafricaine (RCA) demeure très précaire, suite à la résurgence des conflits dans plusieurs régions du pays. A l’aube de la nouvelle année, un travailleur humanitaire a été tué dans la ville de Batangafo, préfecture de l’Ouham le 5 janvier par des hommes armés. Le gardien d’une organisation non-gouvernementale a été blessé par balle lorsqu’il a essayé de protéger la base de l’organisation pendant un cambriolage violent. Malgré le secours d’urgence, le gardien a rendu l’âme suite aux blessures. La Coordonnatrice Humanitaire pour la République centrafricaine, Najat Rochdi, est choquée et attristée par ce meurtre. « Je suis consternée et bouleversée par ce meurtre ignoble, qui illustre à nouveau un manque flagrant de respect pour la vie humaine et pour le travail essentiel des humanitaires en Centrafrique. Je condamne toute attaque contre les humanitaires. Les civils et les humanitaires ne sont pas une cible ! », déplore la Coordonnatrice Humanitaire.

Madame Rochdi appelle également toutes les parties à respecter les civils et à veiller à ce que les travailleurs humanitaires puissent accomplir leur mission en toute sécurité. Ce meurtre représente le premier humanitaire tué en 2019.

les principales victimes des tensions et de la violence exercée dans le pays et la RCA reste également un des contextes les plus dangereux pour les travailleurs humanitaires. 396 incidents affectant directement le personnel ou les biens humanitaires, soit plus d’un incident par jour, ont été enregistrés pendant l’année 2018, comparé à 337 en 2017. Cela représente une hausse de 17.5 %. Plus de 17 bases ou entrepôts d’organisations humanitaires ont été pillés et 30 véhicules d’organisations humanitaires ont été volés. Cette insécurité généralisée et les incidents qui ont affecté directement les acteurs et biens humanitaires ont abouti à des suspensions temporaires d’activités par des nombreux partenaires humanitaires. Alindao, Bangui, Batangafo, Bambari, Bossangoa, Bouca, Bria, Kabo et Kaga Bandoro sont les sous-préfectures où les acteurs humanitaires ont été les plus touchés.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.