CAR

« Au travail, pour relancer notre marché ! »

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

BANGUI [ACTED News] – En Centrafrique, la crise de décembre 2013 avait entrainé le déplacement de nombreuses familles. Depuis que la situation s’améliore à Bangui, les équipes d’ACTED soutiennent le retour des personnes déplacées, notamment avec des activités de relance économique et d’appui à la réinstallation des déplacés depuis le mois de mars, avec le soutien du Centre de Crise. Ces activités vont contribuer à faciliter le retour des populations déplacées dans leur quartier d’origine via le rétablissement des moyens de subsistance et la redynamisation de l’économie locale, notamment à travers la relance des marchés. Au cours du projet, les 3 marchés principaux d’un des quartiers profondément affectés par la crise de décembre 2013 seront remis en état, afin d’encourager le retour des acteurs économiques.

Grand nettoyage du marché de Miskine pour relancer les échanges

Du 7 au 21 mai 2014, 150 personnes sont au rendez-vous pour les travaux de nettoyage du marché Miskine, le plus important du quartier, en travail contre paiement. Durant la crise de décembre 2013, une partie des étalages des vendeurs, les stocks et une partie des kiosques avaient été détruits et pillés et la plupart des vendeurs s’étaient relocalisés sur un marché d’urgence dans un endroit plus sécurisé. Ré-ouvert officiellement par la Mairie de Bangui le 18 avril dernier, ce marché nécessitait un grand nettoyage avant de pouvoir accueillir à nouveaux les vendeurs. Les travailleurs ont été choisis parmi les acteurs du marché et travaillent selon un système de rotation de 3 jours pour nettoyer la zone. Cette action permet d’une part de fournir un revenu aux ménages qui participent, et d’autre part de renforcer la solidarité et l’appropriation du projet par les acteurs du marché.

Les équipes d’ACTED soutiendront en outre une quinzaine de filières clés présentes au marché en fournissant aux commerçants et autres acteurs du marché des kits correspondant à leur activité (par exemple les personnes qui travaillent dans le domaine du transport reçoivent en autre un pousse-pousse). Des formations techniques seront aussi dispensées à 300 personnes, afin de leur permettre de rétablir leur moyen de subsistance d’avant la crise.