CAR

Améliorer la prise en charge des cas de malnutrition en RCA

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Selon une enquête réalisée en 2014 par le gouvernement, 6,6% de la population centrafricaine souffre de malnutrition aigüe tandis que 1,9% souffre de malnutrition aiguë sévère. Par ailleurs, au moins un tiers des décès d'enfants de moins de cinq ans sont associés à la malnutrition et la malnutrition aiguë demeure une importante cause de décès des enfants de cette même tranche d’âge.

Pour améliorer l’organisation de la prise en charge des cas de malnutrition en RCA, le ministère de la santé, de l’hygiène publique et de la population, en collaboration avec ses partenaires, l’UNICEF, l’OMS et le PAM, a organisé du 6 au 10 février 2017, une réunion de coordination nationale des activités de prise en charge intégrée de la malnutrition.

Les participants, responsables de la santé nutritionnelle sur toute l’étendue du territoire, ont échangé sur le renforcement de la compréhension de la prise en charge de la malnutrition par tous les intervenants du domaine, sur le respect des critères définis dans le protocole national de prise en charge intégrée de la malnutrition et sur le circuit d’approvisionnement et de gestion des intrants.

Yves Nzigndo, responsable du cluster nutrition à l’UNICEF a expliqué que pour l’année 2017, « nous avons besoin de 200 millions de dollars pour mener à bien nos activités». Aussi, a-t-il inscrit au nombre des recommandations, que les différents acteurs de la lutte contre la malnutrition prennent action afin de réunir les moyens nécessaires.

Rappelons que la République Centrafricaine a connu au cours des trois dernières décennies, plusieurs troubles communautaires et politiques qui ont entamé le tissu socio-économique, la situation sanitaire et nutritionnelle des populations. Ces crises récurrentes ont bouleversé l’organisation des services sociaux de base et affecté le secteur de la santé.