Afrique de l’ouest et du centre: Aperçu humanitaire hebdomadaire (28 mai – 3 juin 2019)

Infographic
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 03 Jun 2019

RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

L’OMS MET EN GARDE CONTRE LE RISQUE DE PROPAGATION DE LA POLIO

Deux cas de poliovirus d'origine vaccinale ont été signalés dans le district sanitaire de Bambari, au centre-sud du pays. L'OMS a averti le 24 mai qu'il existe un risque élevé de transmission du virus car les deux cas concernaient des personnes déplacées vivant dans une localité comptant une population d'environ 8 000 habitants. Les deux cas n'avaient aucun antécédent de vaccination contre la polio. La couverture vaccinale dans le district en question est de 50%. L'insécurité est l'un des obstacles rencontrés pour les vaccinations.

RD CONGO

LA VACCINATION CONTRE LE CHOLÉRA CIBLE PLUS DE 800 000 PERSONNES

Le 27 mai, l'Organisation mondiale de la santé et les autorités sanitaires ont lancé une campagne de vaccination de quatre jours contre le choléra qui a touché plus de 800 000 personnes dans la province du Nord-Kivu.
Plus de 10 000 cas et 240 décès ont été signalés à travers le pays depuis janvier 2019.
Le pays est également aux prises avec une épidémie de rougeole qui a fait plus de 1 400 morts et infecté plus de 80 000 personnes cette année. Par ailleurs, un cas de poliomyélite d'origine vaccinale a été signalé début mai dans la province centrale du Kasaï.

NIGER

LA VIOLENCE POUSSE 20 000 NIGÉRIANS À FUIR AU NIGER

Depuis avril, quelque 20 000 personnes ont fui le nord-ouest du pays pour se réfugier au Niger en raison d'affrontements entre agriculteurs et éleveurs, d'attaques de groupes d'autodéfense et d'enlèvements dans les États de Sokoto et de Zamfara, selon le HCR. La majorité des personnes déplacées sont des femmes et des enfants. L'agence des Nations unies pour les réfugiés a déclaré qu'elle travaillait à fournir une assistance de base et à enregistrer les personnes déplacées.
La région de Diffa, dans le sud du Niger, accueille déjà quelque 250 000 personnes déplacées, dont des réfugiés nigérians et des Nigériens ayant quitté leurs villages dû à la violence armée.

NIGERIA

L'ARMÉE RELOCALISE PLUS DE 3 700 PERSONNES DANS DES CAMPS

Pour des raisons de sécurité, l'armée a déplacé plus de 3 700 personnes d'un village de la localité de Damboa, dans l'État de Borno au nord-est du pays, vers deux camps. La réinstallation, qui a commencé le 21 mai, n'a pas impliqué les partenaires humanitaires et n'a pas tenu compte des conditions et des capacités des camps où les personnes ont été emmenées. Alors que les réinstallations militaires ont cessé le 23 mai, les populations ont continué à arriver par leurs propres moyens dans les deux camps situés à une cinquantaine de kilomètres de Damboa. Au 28 mai, les organisations humanitaires avaient enregistrés 9 693 déplacés. En raison du manque d'espace et d'abris dans les camps, seuls 1 427 des nouveaux arrivants ont reçu un abri. Les autres dorment à la belle étoile, exposés aux intempéries et de nombreux autres risques.

FIN DE LA PHASE D’URGENCE DE L'ÉPIDÉMIE DE FIÈVRE DE LASSA

Le 31 mai, les autorités sanitaires ont déclaré la fin de la phase d'urgence de l'épidémie de fièvre de Lassa qui a infecté 578 personnes et tué 129 dans 21 États depuis le début de 2019. Le Centre nigérian de lutte contre les maladies (NCDC) a déclaré que le nombre de cas avait considérablement diminué au cours des sept dernières semaines, tombant à des niveaux non considérés comme urgence nationale. Le NCDC s'attend à ce que des cas sporadiques continuent d'être signalés dans les zones endémiques. L'OMS, pour sa part, a appelé à la vigilance.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.