Cabo Verde + 8 more

Rapport du Secrétaire général sur le Bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest (S/2009/682)

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

I. Introduction

1. Soumis comme suite à la lettre datée du 21 décembre 2007 que m'a adressée le Président du Conseil de sécurité (S/2007/754), dans laquelle il m'a été demandé de faire rapport au Conseil tous les six mois sur la façon dont le Bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest s'acquittait de son mandat, le présent rapport, qui porte sur la période allant du 1er juillet au 31 décembre 2009, est axé sur les questions intersectorielles et transfrontières en Afrique de l'Ouest et sur les activités menées par le Bureau, en coopération avec les autres organismes des Nations Unies, les organisations régionales, dont la Communauté économique des états de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), la société civile et d'autres organisations internationales.

II. évolution des questions transfrontières et tendances en la matière

2. Au cours de la période considérée, l'Afrique de l'Ouest a encore marqué des progrès dans plusieurs domaines, notamment l'état de droit et les droits de l'homme, la sortie de crise et la lutte contre la criminalité transnationale organisée, en particulier le trafic de drogue. Néanmoins, de graves problèmes tels que les changements climatiques, les activités criminelles, les défaillances en matière de gouvernance et de gestion du secteur de la sécurité, ont continué de saper les progrès réalisés jusqu'alors et de mettre en péril la paix et la stabilité.

3. Un certain nombre de pays d'Afrique de l'Ouest ont continué de se heurter à des crises politiques plus ou moins graves au cours de la période à l'examen. Parallèlement, certains problèmes économiques et humanitaires s'étant aggravés brusquement, les pays d'Afrique de l'Ouest et leurs partenaires régionaux et internationaux ont eu de plus en plus de mal à y faire face efficacement et rapidement. =C0 titre d'exemple, les effets des changements climatiques, en particulier les inondations survenues pendant la dernière saison des pluies, ont atteint une ampleur et une importance sans précédent dans la sous-région. En outre, les réseaux criminels utilisent des tactiques de plus en plus sophistiquées et mènent des activités illicites à plus grande échelle.