Cameroon

Election présidentielle au Cameroun : les fractures se multiplient

Format
Analysis
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Briefing Afrique de Crisis Group N°142

Nairobi/Bruxelles, 3 octobre 2018

Que se passe-t-il ? L’élection présidentielle du 7 octobre 2018 intervient dans un contexte très tendu. Le pays est tiraillé entre Boko Haram à l’Extrême-Nord et le conflit dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

En quoi est-ce significatif ? Le risque de violences pré- et postélectorales est élevé dans les régions anglophones, mais existe aussi dans d’autres zones. L’opposition et plusieurs mouvements sociaux contestent le processus électoral, et les séparatistes anglophones entendent perturber le scrutin. La tension s’accentue et le pouvoir se radicalise.

Comment agir ? Le gouvernement et les groupes armés anglophones doivent parvenir à un cessez-le-feu, au moins la semaine de l’élection. Les partenaires du Cameroun peuvent les y inciter en menaçant de sanctions les responsables de violences.

Le gouvernement devrait lutter contre la montée des clivages ethniques et consacrer plus de moyens aux aspects logistiques de l’élection.