Cameroun: Weekly Notes #83, 03 - 16 Avril 2017

Report
from UN High Commissioner for Refugees
Published on 16 Apr 2017 View Original

Sécurité

La situation sécuritaire dans la région de l’Extrême-Nord demeure volatile et imprévisible. Dans la nuit du 2 au 3 Avril, la base militaire à Gouzda Vreket dans l’arrondissement du Mayo Moskota a été attaquée par des membres de Boko Haram, faisant une trentaine de morts côté assaillants et quelques blessés côtés civil et militaire. Dans la nuit du 8 au 9 avril, une incursion des combattants de Boko Haram dans le village de Ganaii à 21 km de Mora a causé la mort de 6 personnes. Le 8 avril, un attentat kamikaze a été perpétré à Kolofata par une jeune femme, faisant deux morts et 12 blessés. La semaine du 10 avril, deux attaques de Boko Haram à Sandawadjiri et Ganai dans le Mayo Sava ont respectivement fait un blessé et quatre morts.

Dans la région du Nord, les cas d’enlèvement demeurent récurrents. Deux individus (père et fils) ont été enlevés la semaine du 10 avril à Mbang-Rey sur l’axe Ngaoundéré-Touboro. Les preneurs d’otages ont exécuté le père en l’absence du paiement de la rançon demandé, et libéré le fils qui a reconnu et dénoncé l’un de ravisseurs, permettant ainsi l’arrestation de toute la bande composée de 07 coupeurs de route. Un autre enfant de 4 ans a été enlevé à N’Gaoundéré.

Développements majeurs

Dans le cadre de sa tournée dans les régions de l'Est et de l'Adamaoua, S.E.M. André Mama Fouda, Ministre de la Santé Publique du Cameroun, a visité le site de Gado le 11 avril.
Accompagné d’autorités administratives, il a tenu une réunion avec la communauté des réfugiés et a inauguré la maternité nouvellement construite sous fonds HCR au Centre de santé intégré (CSI) de Gado. Il a par ailleurs rassuré que des mesures appropriées sont prises pour que le séjour des réfugiés au Cameroun soit digne et acceptable. Le Représentant des réfugiés a exprimé sa gratitude à l’endroit du HCR et de tous les partenaires pour les soins de santé qui leur ont été fournis depuis l'ouverture du poste de santé sur le site de Gado. Le ministre s’est ensuite rendu à Meiganga, puis à N’Gaoundéré.

M. Kouassi Lazare Etien, Représentant du HCR au Cameroun a effectué, accompagné de M. Modibo Traoré, Chef du Bureau Pays de UNOCHA et tous deux nouvellement arrivés au Cameroun, une visite de travail dans les différentes zones d’intervention du HCR sur le terrain. Il s’est rendu successivement à Meiganga le 6 avril, à Maroua du 7 au 10 Avril où il a inauguré la nouvelle bibliothèque pour les élèves du primaire et du secondaire du camp de Minawao, au site de Borgop et à Djohong le 11 avril, à Mandjou le 12 avril où il a procédé à la remise officielle des clés des infrastructures communautaires (centre communautaire à Mandjou) et scolaires (école primaire de Mandjou) aux autorités locales, et à Batouri le 13 avril où il a inauguré 4 salles de classes construites par le HCR à l’école publique primaire de Timangolo.

Au cours de ses rencontres, le Représentant du HCR a exprimé sa gratitude et sa reconnaissance à l’endroit du Gouvernement et des populations camerounaises pour leur hospitalité et leur générosité légendaires en faveur des réfugiés centrafricains dont la majorité vit pacifiquement et harmonieusement avec leurs hôtes. Il a également plaidé pour le déploiement de plus de personnel dans les formations sanitaires et les établissements scolaires basés dans les sites d’installation des réfugiés.

Région de l’Extrême-Nord

Statistiques

Le camp de Minawao compte un total de 63 564 individus (17 115 ménages) enregistrés au 14 Avril.
Protection Un total de 567 nigérians est arrivé spontanément au centre de transit de Gourounguel en provenance des villages camerounais de Zhélevet, Tchakarmari, Double et Mémé. Ils arrivent pour des raisons de réunification familiale, du fait des conditions de vie difficiles dans ces zones et de la peur des incursions des éléments de Boko Haram. Ils ont été screenés et transférés au camp de Minawao où ils seront enregistrés.

Par ailleurs, un total de 20 personnes est arrivé au poste de Douane de Kolofata en provenance de l’Etat de Borno où ils fuient les affrontements entre les forces armées nigérianes et les combattants de Boko Haram. Ceci porte à 173 le nombre de personnes présentes sur ce site. 13 autres personnes se sont déplacées de Mora dans le Mayo Sava vers Mokolo dans le Mayo Tsanaga à la suite d’une explosion kamikaze précédemment survenue à Mora.

Retours spontanés

Sur la période du 9 au 16 avril, environ 1 754 réfugiés nigérians sont spontanément partis, par leurs propres moyens, du camp de Minawao vers Banki au Nigéria, leur zone d’origine. Les motifs de départ évoqués sont principalement : la volonté des leaders politiques de Banki de mobiliser les réfugiés aux prochaines élections municipales ; le retour à la stabilité dans la zone de Banki et la possibilité de la reprise des activités économiques ; et la volonté pour ces réfugiés de rentrer avant le début de la saison culturale. Les questions liées à la réduction des rations alimentaires et à l’instabilité de la fourniture d’eau ont également été évoquées.

L’approvisionnement en eau potable est cependant en voie de régularisation.
Afin de mieux encadrer ces retours, deux rencontres ont été organisées avec les différentes communautés. La première s’est tenue le 10 avril avec les membres du comité central des réfugiés. Au cours de cette réunion, le Préfet du département de Mayo-Tsanaga, le HCR et les partenaires humanitaires ont conseillé aux réfugiés candidats au rapatriement de faire part de leur intention de retour afin de permettre aux autorités de prendre des mesures pour assurer leur sécurité jusqu’à la frontière. La seconde rencontre s’est tenue le 13 avril avec les leaders communautaires et chefs de blocs de la communauté de réfugié. C’était l’occasion pour le HCR, l’Administrateur du camp de Minawao et les acteurs humanitaires, d’informer et de sensibiliser la communauté sur les conditions préalables et nécessaires d’un retour volontaire, ainsi que sur la mise en place imminente des commissions tripartites Cameroun-Nigéria-HCR qui organiseront les différentes étapes du rapatriement. Il a été rappelé que bien que la décision de retour appartient librement au réfugié, il n’en demeure pas moins que dans le contexte sécuritaire actuel prévalant dans la région de l’Extrême-Nord, il est indispensable de prendre les dispositions nécessaires pour que le retour se fasse en toute sécurité.

Reddition de combattants de Boko Haram

Le 9 Avril 2017, 16 personnes (6 hommes, 5 femmes, 2 filles et 3 garçons) de nationalité camerounaise sont arrivées à Moskota dans l’arrondissement du Mayo Moskota en provenance de Tchenene au Nigéria. Ex combattants de Boko Haram, elles ont été conduites à la commune de Mozogo par les membres du comité de vigilance de Moskota. Elles y sont sous la surveillance des membres du comité de vigilance de Mozogo et des gendarmes du GPIGN (Groupement Polyvalent d’Intervention de la Gendarmerie Nationale). Cela porte à 229 le nombre d’ex-combattants retournés.
Education Les séances de sensibilisation se multiplient auprès de la communauté en vue de la mobiliser davantage pour l’augmentation du taux de scolarisation des élèves réfugiés. Au cours de la période sous revue, 92 maitres coraniques du camp de Minawao ont été sensibilisés sur l’importance de la scolarisation des enfants au regard de leur autorité spirituelle.

Régions de l’Est, de l’Adamaoua et du Nord

Monitoring des frontières

Une mission de monitoring conduite par le HCR s’est rendue à Mbaimboum du 5 au 7 avril afin d’évaluer la situation sécuritaire et d’apprécier les mouvements des populations civiles centrafricaines arrivées dans cette localité en provenance de Bang et de Ngaoundaye en RCA, suite à la tentative de prise de contrôle de ces deux localités par des éléments de la coalition ex-Seleka et RJ/MPC. La mission a constaté qu’un calme relatif prévalait dans la localité de Mbaimboum. Une grande partie des centrafricains arrivés au Cameroun est retournée à Ngaoundaye et à Bang. Environ 80 demandeurs d’asile (24 ménages), composés essentiellement de femmes et d’enfants en bas âges sont restés à Mbaimboun avec leurs proches qui y sont installés depuis quelques temps.

Planification stratégique des opérations de l’UNHCR

L’atelier de planification stratégique des opérations de l’UNHCR (COP) 2018-2019 s’est tenu à Bertoua du 3 au 5 Avril. Il était question de définir les axes prioritaires du HCR pour la période définie, aussi bien en ce qui concerne la situation des réfugiés centrafricains que nigérians. Les travaux ouverts par le gouverneur de la région de l’Est, assisté du représentant du gouverneur de la région de l’Adamaoua et du préfet du département du Mayo Sava ont tourné autour des questions liées aux contextes opérationnels, au cycle du programme du HCR, son évolution budgétaire, les réalisations, contraintes/défis, et opportunités auxquelles le HCR fait face.

Biométrie

L’opération de vérification/enrôlement des réfugiés à la biométrie dans les régions de l’Est, de l’Adamaoua et du Nord se poursuit. Un total de 12 525 individus (6 562 femmes et 59 63 hommes) a été enrôlé au cours de la semaine sous rubrique dans les centres de Gbiti, Tocktoyo et Kentzou dans la région de l’Est. Ceci porte à 183 846 individus (97 123 femmes et 86 732 hommes) le nombre de personnes vérifiées depuis le début de l’opération en Février 2016.
L’opération se poursuivra dans les localités de Boubara dans la région de l’Est.