Cameroun : Weekly Notes #107, 6-19 Novembre 2017

Report
from UN High Commissioner for Refugees
Published on 23 Nov 2017 View Original

Sécurité

La situation sécuritaire dans la région de l’Extrême-Nord demeure précaire. Au cours de la période sous revue, des tentatives d’incursions suivies d’enlèvements ont été enregistrés dans les localités frontalières camerounaises. La nuit du 5 au 6 novembre, deux hommes ont été tués à Kerawa-Mafa, localité du département de Mayo-Sava par le groupe Boko Haram et un enfant de 14 ans enlevé. Le 12 novembre, 4 déplacés et un résident du camp d’Afadé ont été arrêtés par les comités de vigilance en possession de vivre (sacs d’arachides, huile, riz), suspectés d’approvisionner les combattants de Boko Haram, ils ont été remis aux forces militaires afin de mener les enquêtes s’y afférant. Le 14 novembre, dans la localité de Malingo près de la commune de Waza, un important cheptel (50 bœufs) a été emporté par le groupe Boko Haram cependant, aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée, ils se sont ensuite repliés vers le Nigéria. Du fait de ces incursions récurrentes, l’armée camerounaise a procédé au renforcement de ses effectifs le long de la frontière avec le Nigéria.

Développements majeurs

Célébration du troisième anniversaire de la campagne mondiale « #IBelong » sur l’apatridie
Le 11 novembre, à l’occasion de la célébration du troisième anniversaire de la campagne mondiale « #IBelong » relative à la réduction des risques d’apatridie, le HCR a organisé sous le patronage des Ministères des Relations Extérieures d’une part, et de l’Administration Territoriale et la Décentralisation d’autre part, une grande marche de sensibilisation et d’engagement sur l’apatridie. Cette campagne, qui visait à interpeller les autorités et à sensibiliser les populations camerounaises sur l’apatridie et ses risques, s’est déployée dans plusieurs régions du Cameroun les 10 et 11 novembre. La problématique de l’apatridie, étant très peu connue dans le pays, son principal facteur de risque identifié est le taux d’enregistrement des naissances considéré comme très bas dans certaines régions. Pour ce faire, le HCR collabore avec la partie gouvernementale, les agences sœurs du système des Nations Unies, ainsi que la société civile pour améliorer les mécanismes d’identification et de prévention de l’apatridie au Cameroun.

Mission à l’Extrême-Nord par la Coordinatrice Humanitaire
Du 13 au 16 novembre, la Coordinatrice Humanitaire a effectué une mission de travail dans la région de l’ExtrêmeNord, accompagnée des Représentants de l’OIM, OCHA, le HCR, et le Préfet de Département du Mayo-Sava. La mission avait pour objectif de rencontrer les autorités et les populations retournées dans leurs villages, afin d’évaluer la situation sécuritaire et les besoins urgents de ces derniers. Elle a visité les villages d’Amchidé, Limani et Doulo au Cameroun et le site des personnes déplacées internes de Banki au Nigéria. La Coordinatrice en a profité pour s’entretenir avec les autorités locales, les retournées et les personnes déplacées dans ces localités visitées au Cameroun et au Nigéria. Par la suite, elle s’est rendue dans le Département du Logone et Chari où elle a rendu une visite de courtoisie au Préfet et a exprimé la gratitude du Système des Nations Unies à l’endroit des autorités camerounaises pour le partenariat et la collaboration.

Don en fournitures scolaires par le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation aux réfugiés de Lolo et Mbilé
En vue de soutenir les actions menées en faveur des enfants réfugiés au Cameroun dans le cadre de l’éducation, le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, en présence du Sous-Préfet de l’arrondissement de la Bombé et du HCR, a procédé à la remise solennelle du don en matériel scolaire aux enfants réfugiés centrafricains des sites aménagés de Lolo et Mbilé le 7 novembre. Les différents orateurs présents à la réception dudit don essentiellement composé de cahiers, ardoises, craie, etc. ont félicité le Gouvernement pour ce geste à l’endroit des enfants réfugiés. Les réfugiés ont exprimé leur profonde gratitude envers le Gouvernement camerounais pour ce don indispensable à l’outillage de leur progéniture. Le HCR s’est dit honoré par ce geste et en a saisi l’occasion pour exprimer la satisfaction des humanitaires de l’appui apporté par le Gouvernement à cette mission d’éducation. A cet effet, il a annoncé qu’une évaluation pertinente s’en suivra en vue d’une distribution équitable du matériel.