Cameroon + 3 more

Cameroun : faire face à Boko Haram - Rapport Afrique N°241 | 16 novembre 2016

Format
Analysis
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Synthèse

Depuis deux ans et demi, le Cameroun est confronté à l’insurrection du groupe Boko Haram, né au Nigéria. Les violences ont déjà fait 1 500 morts, 155 000 déplacés internes et 73 000 réfugiés. Si les premières attaques datent de mars 2014, la pré-sence du groupe jihadiste dans l’Extrême-Nord du Cameroun remonte au moins à 2011. Il s’est appuyé sur un réseau de complicités locales et a exploité les facteurs de vulnérabilité que partage la région avec le Nord-Est du Nigéria. Alors que les dixhuit premiers mois du conflit ont été marqués par des affrontements conventionnels,
Boko Haram a ensuite adopté un mode opératoire asymétrique. Le gouvernement s’est focalisé sur la réponse militaire avec un certain succès, mais les causes structurelles qui ont facilité son implantation demeurent. La lutte contre Boko Haram requiert de réadapter le dispositif sécuritaire et de mettre en place des politiques de sortie de crise durables pour éviter que la menace ne resurgisse sous d’autres formes et n’alimente l’insécurité dans la zone.
L’Extrême-Nord est à la fois la région la plus pauvre du Cameroun et celle où le taux de scolarisation est le plus bas. La combinaison d’une faible intégration nationale et de la négligence historique de l’Etat ont depuis longtemps exposé aux violences et à la circulation des contrebandiers cet espace où se sont socialisés les coupeurs de route, les trafiquants et les petits délinquants. La fluidité géographique et culturelle entre cette région et le Nord-Est du Nigéria, la présence d’un islam rigoriste et les contrecoups des guerres civiles tchadiennes la prédisposaient à une contagion de cette insurrection jihadiste.
Boko Haram a su exploiter ces vulnérabilités pour faire de l’Extrême-Nord une base logistique, une zone de repli et un vivier de recrutements. Le groupe a principalement mobilisé dans les départements frontaliers, parmi les jeunes défavorisés, en alliant endoctrinement idéologique, incitations socioéconomiques et coercition.
Le démantèlement de ses caches d’armes et l’arrestation de ses cadres par les forces de sécurité camerounaises à partir de 2013 l’ont poussé à menacer, puis finalement à attaquer de front le Cameroun. En deux ans et demi, l’Extrême-Nord a enregistré au moins 460 attaques et une cinquantaine d’attentats-suicides.
Le gouvernement camerounais a réagi tardivement, à la fois en raison des tensions historiques avec le Nigéria, par souci de ne pas se mêler d’un problème perçu comme interne au voisin, et par crainte de devenir une cible du groupe. En dépit des lacunes initiales, il a ensuite mis en place une réponse militaire efficace. Celle-ci a contribué à désarticuler le groupe et a créé une émulation au sein de la Force multinationale mixte (FMM), force sous-régionale à laquelle le Cameroun était réticent à s’associer au départ. Mais le principal point faible de la réponse camerounaise demeure le manque d’ambition des initiatives de développement et l’absence de mesures de sensibilisation au radicalisme religieux, et de programmes de déradicalisation.
Au contraire, certaines mesures prises après les attentats de Maroua en juillet 2015, comme l’interdiction du voile intégral, la fermeture de la frontière et la limitation des motos-taxis, mais aussi les bavures de l’armée, ont le potentiel de radicaliser une frange de la population, y compris des femmes, et ont accentué les vulnérabilités socioéconomiques de nombreux jeunes, poussant certains à rejoindre Boko Haram.

Malgré l’éloignement géographique, la guerre contre Boko Haram n’a pas été qu’un phénomène isolé de l’Extrême-Nord. Elle a renforcé politiquement le président camerounais Paul Biya tout en légitimant les forces de défense auprès d’une frange de la population. La guerre a cependant eu des effets négatifs sur l’économie du pays et a généré des clivages communautaires, comme en témoigne la stigmatisation des Kanuri à l’Extrême-Nord, souvent assimilés de façon indiscriminée au groupe jihadiste. De manière plus générale, le conflit met en évidence un déficit de repré-sentation, sans pour autant remettre en cause l’Etat : l’élite politique gérontocratique de l’Extrême-Nord est de plus en plus contestée par une population très jeune.
La lutte contre Boko Haram est un test pour la coopération sécuritaire et la solidarité sous-régionale. L’intervention des forces armées tchadiennes au Cameroun et, avec les forces nigériennes, au Nigéria, a permis de réduire les capacités conventionnelles du groupe. En dépit de leurs appréhensions réciproques, les pays de la région sont parvenus à mettre en place la FMM et le Nigéria a fini par accepter que le Cameroun intervienne sur son territoire. Cette nouvelle architecture a permis de ralentir la spirale des attentats-suicides au Cameroun et est actuellement engagée contre une faction dissidente de Boko Haram dans la zone du lac Tchad. Toutefois, la FMM manque de financements et de moyens logistiques.
Afin de consolider ses victoires militaires sur Boko Haram et de ramener une paix durable dans l’Extrême-Nord, le gouvernement camerounais doit passer d’une approche centrée sur le sécuritaire à une approche privilégiant le développement socioéconomique et la lutte contre le radicalisme religieux. A cause d’énormes pertes subies durant les affrontements avec l’armée camerounaise, Boko Haram concentre depuis trois mois la majorité de ses opérations dans les zones camerounaises du lac Tchad (Darak et Hilé Alifa) où il contrôle une partie de l’économie halieutique et des trafics illicites, tout en poursuivant les attentats-suicides. Ce déplacement du centre de gravité du groupe requiert un renforcement du dispositif sécuritaire autour du lac Tchad, ainsi que des mesures pour y contrer ses circuits de financement. Une solution durable nécessite le retour de l’Etat, qui devrait s’appuyer sur la société civile et les jeunes, les élites locales et ses partenaires extérieurs pour reconstruire les services publics dans une zone longtemps délaissée.