Cameroon

Cameroun : Extrême-Nord, Rapport de situation No. 3, octobre 2020

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Ce rapport a été produit par OCHA en collaboration avec les partenaires humanitaires. Il a été publié par le Sous-bureau OCHA de Maroua et couvre la période du 1 octobre au 31 octobre 2020.

FAITS SAILLANTS

  • Depuis le début de la saison des pluies en juillet 2020, les inondations ont affecté 162 300 personnes dans cinq départements de la région de l’Extrême-Nord.

  • 104 établissements scolaires primaires et secondaires ont été ravagés par les inondations de juillet à octobre 2020, affectant plus de 38 000 élèves.

  • 67 établissements scolaires primaires et secondaires sont fermés à cause de l’insécurité et 50 détruits à cause des conflits armés, ce qui prive plus de 35 000 enfants de l’éducation.

  • 549 incidents de protection ont été répertoriés dans la région en octobre 2020.

  • Au 30 octobre 2020, 633 cas ont été confirmés positifs au COVID-19, dont 536 guéris et 13 décès. Les principaux foyers de contamination sont les districts de santé de Maroua II, Maroua I, Guere et Yagoua.

CONTEXTE HUMANITAIRE

Le contexte sécuritaire dans la région de l’Extrême Nord est très volatile avec la recrudescence des attaques des Groupes armés non-étatiques (GANEs). Le Département de la sûreté et de la sécurité des Nations Unies (UNDSS) a relevé 50 incidents sécuritaires uniquement pour le mois d’octobre 2020. Le monitoring de protection du HCR à travers INTERSOS quant à lui, a répertorié 549 incidents de protection dans le même mois. Le secteur de l’éducation est également considérablement touché par cette insécurité croissante avec 67 écoles qui sont restées fermées et n’ont pas démarré l’année académique 2020/2021 le 5 octobre 2020.

Les incursions des GANEs ont entrainé de nombreux déplacements de personnes à l’intérieur de la région. Entre le 18 et le 21 octobre 2020, 60 ménages (420 personnes) ont été contraints de quitter leurs localités d’origine, Kassa 1 et Kassa 2 vers les localités de Biwana, Djabiya, Kourgui dans le département du Mayo-Sava.

Les inondations ont touché environ 162 300 personnes, causé le décès de 50 personnes et le déplacement de 357 ménages dans la région de l’Extrême-Nord selon les données recueillies par la Croix Rouge Camerounaise (CRC) au 20 octobre 2020. Cinq des sept départements de la région ont été affectées par les inondations et les risques restent élevés notamment dans les localités de Blangoua, Waza et Darak dans le département du Logone et Chari. Les dégâts matériels engendrés par les inondations incluent la destruction des infrastructures routières, scolaires, des habitats et des vivres, ainsi que la perte de cultures et du bétail. De manière générale, les inondations rendent encore plus difficile l’accès des acteurs humanitaires aux populations vulnérables ainsi que celui des populations aux services sociaux de base qui, à cause de l’insécurité y avaient déjà un accès limité.

A la date du 30 octobre 2020, la Délégation régionale de la santé publique (DRSP), a déclaré un cumul de 633 cas positifs à la COVID-19 dont 13 décès et 635 personnes guéries. La pandémie de COVID-19 aurait également entraîné des pertes importantes d'emplois et de revenus dans la région déjà marquée par la pauvreté. Les résultats préliminaires de la supervision réalisée par la DSRP, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et OCHA dans cinq districts de santé du Diamaré (Maroua 1, Maroua 3, Gazawa, Bogo, Meri) indiquent qu’aucune formation sanitaire (FOSA) visitée ne dispose d’un protocole d’évaluation et de prise en charge clair en cas d’exposition d’un personnel de santé au COVID-19 et que 90 % des FOSAs ne disposent pas du kit complet d’équipement de protection individuelle.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.