Cameroun Bulletin humanitaire Numéro 04 | Octobre 2017

FAITS SAILLANTS

• Près de 900 personnes déplacées suite aux inondations dans le Logone-et-Chari

• 1 700 personnes se déplacent suite à des attaques dans le Mayo - Tsanaga

• La prévalence de la malnutrition chronique est supérieure à 40% dans l’Extrême-Nord

Suivi de la Situation Humanitaire

Suivi de la relocalisation des PDI de Kolofata

Le mois dernier, nous vous raportions la décision des autorités de relocaliser les Personnes Déplacées Internes (PDI) de Kolofata dans un site aménagé à l’extérieur de la ville. Fin septembre, 482 ménages, sur un total de 2 500 environ, ont été enregistrés et installés dans ce nouveau site à travers l’organisation des équipes INTERSOS-ADES et de l’appui du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR), en charge de la coordination de la réponse sur le site.

En termes de réponse, des interventions sont en cours pour les secteurs Sécurité Alimentaire, NFI/Abris, Santé, Nutrition et Protection. Entre autre, les ménages relocalisés ont reçu 525 kits abris de l’ONG internationale NRC. Les partenaires santé sont également mobilisés pour appuyer l’hôpital de Kolofata en santé primaire et reproductive.

En dépit de cette mobilisation, les besoins restent très importants, notamment pour l’assistance en Eau, Hygiène et Assainissement (EHA) et en vivres. Les secteurs EHA à Yaoundé et à Maroua ont été saisis pour assurer rapidemment l’accès à l’eau potable sur le site et construire des latrines et des douches. Les partenaires travaillent aussi pour garantir des distributions alimentaires suffisantes et régulières pour ces populations relocalisées, dont l’accès aux moyens de subsistance reste très limité.

Un nouveau cas de retour forcés rapporté

D’après le HCR, 35 nigérians ont été reconduits à la frontière le 18 septembre depuis Kolofata. Cet incident s’est produit alors qu’aucun retour forcé n’avait été enregistré depuis mi-juillet. Depuis janvier 2017, un total de près de 4 400 réfugiés Nigérians a été forcé de retourner au Nigéria en dépit de la signature de l’Accord Tripartite sur le retour volontaire, libre, dans la dignité et la sécurité signé par le Cameroun, le Nigéria et le HCR en mars 2017.

Nouveaux déplacements enregistrés dans le Mayo-Tsanaga

Près de 1 700 personnes se sont déplacées vers le village d’Hitawa suite aux attaques de Boko-Haram les 16 et 17 septembre dans la localité de Guedsinad, située à seulement 6 km du Nigéria dans le département du Mayo Tsanaga. Ces attaques ont également causé d’importants dégats matériels (près de 70 cases, plusieurs greniers à grains et une église brulés) et la perte de moyen de subsistance (biens pillés, bétails tués ou volés).

Des besoins d’assistance ont été rapporté en NFI/Abris, Protection, Vivres mais également EHA, Santé et Education. L’ONG ADES est parvenu à fournir une première assistance en bâches aux personnes déplacées. Cependant, toute évaluation plus approfondie des besoins et la fourniture d’une assistance adaptée ont été reportées à plusieurs reprises en raison de l’instabilité sécuritaire prévalant dans la autorités civiles et militaires et les équipes du Département de la Sûreté et de la Sécurité des Nations Unies (UNDSS) afin d’organiser une mission conjointe dès que possible.

Près de 900 personnes forcées de se déplacer suite aux innondations dans le Logone-et-Chari

Des centaines de personnes se sont déplacées ces dernières semaines suite à de fortes pluies dans plusieurs villages de l’arrondissement de Zina, dans le département du Logone-et-Chari. Les innondations ont détruit de nombreuses habitations ainsi que les moyens de subsistance des populations alors que les stocks de vivres, les champs, les marchés ont été détruits et le bétail emporté.

Les premiers rapports, transmis par la Croix Rouge Camerounaise et la Direction de la Protection Civile, faisaient état d’importants besoins d’assistance, notamment en Abris/NFI, EHA et vivres.

Suite à cette alerte, et en dépit de contraintes d’accès considérables, une mission conjointe entre OCHA et le gouvernement, représenté par le Gouverneur et la Direction de la Protection Civile s’est rendue dans la localité de Zina le 29 septembre. Elle a estimé que 890 personnes s’étaient réfugiées dans divers villages entre Zina et Maga. Une assistance immédiate a été apportée par les autorités locales et les partenaires sont mobilisés pour soutenir le gouvernement dans la fourniture d’une aide efficace.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.