Cameroon + 1 more

Cameroon: Key Message Update: Recrudescence des exactions de Boko Haram dans l’Extrême-Nord et persistance du conflit dans les régions Anglophones, janvier 2020

Attachments

Messages clés

  • La dernière saison agricole s’est bien déroulée globalement dans les différentes régions du pays donnant des niveaux de productions moyens à supérieurs, excepté dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et localement dans les arrondissements de l’Extrême-nord frontaliers avec le Nigeria. Sur les marchés locaux l’offre est supérieure à la demande et les prix aux producteurs sont inférieurs à ceux de l’année passée. Jusqu’en septembre, le prix du maïs affichait des baisses entre 10 et 35 pour cent dans les régions du Nord, de l’Est et de l’Extrême-Nord.

  • Avec le ralentissement des flux sortants de bétails et de produits agricoles vers le Nigeria les grands centres urbains de Douala et Yaoundé et les pays voisins sont devenus les principales destinations. Dans l’ensemble, la baisse de la demande sur les marchés affecte négativement les prix et les revenus des producteurs. La demande de main-d’œuvre est aussi réduite dans les zones de conflit. Les pénuries de gaz, observées les mois passés dans plusieurs régions ont entrainé une intensification de production de bois de chauffe et de charbon. Toutefois, le revenu tiré de cette source n’est pas suffisant pour compenser la baisse globale des revenus des ménages pauvres qui souffrent alors d’un pouvoir d’achat en baisse.

  • La situation sécuritaire reste préoccupante dans les régions de l’Extrême-Nord, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. En effet, depuis les trois derniers mois, il y a une recrudescence des incursions de Boko Haram dans l’Extrême-Nord. Les pillages de récoltes, de bétails et de commerces affectent négativement les moyens d’existence des populations. Dans les régions anglophones, les affrontements qui persistent entre les forces de sécurité et les groupes armés séparatistes ont entrainé 5500 nouveaux déplacés internes au cours du mois de décembre (OCHA). Une hausse des tensions pourrait s’observer les mois prochains avec l’appel des groupes séparatistes au boycott des élections prévues en février et l’imposition par ces derniers de séries de journées mortes.

  • L’assistance humanitaire parfois interrompue du fait des violences, a atteint en décembre 48 pour cent et 19 pour cent des PDI respectivement dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Dans les centres urbains de ces régions, la baisse du pouvoir d’achat et le niveau élevé des prix des denrées de base réduisent l’accès alimentaire des PDI et ménages pauvres hôtes, les exposant ainsi à l’insécurité alimentaire aigue Crise (Phase 3 de l’IPC). Dans l’Extrême-Nord, l’assistance a été planifiée en décembre pour 18,5 pour cent des PDI et 72,5 pour cent des victimes des inondations. Globalement, la région restera en insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 de l’IPC), avec quelques ménages pauvres, victimes d’inondations et d’incursions de Boko Haram en Crise (Phase 3 de l’IPC) en absence d’assistance alimentaire. Le reste du pays restera en situation d’insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) jusqu’en mai 2020.