Cameroon

Au Cameroun, Médecins Sans Frontières contrainte de retirer ses équipes de la région du Nord-Ouest

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Après près de huit mois de suspension par les autorités camerounaises, l’organisation médicale humanitaire Médecins Sans Frontières (MSF) se voit contrainte de retirer ses équipes de la région du Nord-Ouest, durement affectée par des années de violence armée entre forces de sécurité et groupes armés séparatistes.

« Nous ne pouvons rester plus longtemps dans une zone où nous ne sommes pas autorisés à offrir des soins à la population », explique Emmanuel Lampaert, coordinateur des opérations de MSF pour l’Afrique centrale. « Nous n’avons donc d’autre choix que de retirer nos équipes. Nous garderons toutefois un petit bureau de liaison à Bamenda, la capitale régionale, afin de poursuivre le dialogue avec les autorités. »

Depuis 2018, MSF assurait des soins médicaux d’urgence et un service d’ambulance gratuit dans la région du Nord-Ouest. En décembre 2020, les autorités camerounaises y suspendaient toutefois leurs activités [1], officiellement jusqu’à ce que son cadre de collaboration avec le gouvernement soit revu. Cette décision intervenait cependant après une série d’allégations accusant MSF de soutien aux groupes armés locaux, accusations que MSF a sans cesse catégoriquement rejetées, que ce soit dans ses échanges avec les autorités ou dans l’espace public[2]. En dépit de mois d’échanges avec les autorités, aucune reprise des activités n’a jusqu’ici été accordée.

« Cette suspension réduit considérablement l’offre de soins disponible dans une zone où les populations sont particulièrement affectées par les violences », poursuit Lampaert. « Mais nous voulons croire que la fourniture d’une aide médicale humanitaire pour tous, sans distinction, reste possible. La population paie un très lourd tribut de cette situation. Si les autorités décident de lever notre suspension, nous reprendrons nos interventions médicales au plus vite. »

Depuis 2018, MSF était l’une des rares ONG internationales à offrir des soins gratuits aux populations du Nord-Ouest, et assurait le seul service d’ambulance gratuit disponible jour et nuit. Chaque année, plusieurs dizaines de milliers de patients bénéficiaient de son appui dans une région où l’accès aux soins s’est considérablement réduit du fait de la violence armée.

Près de quatre années de crise ont entraîné le déplacement de centaines de milliers de personnes, et un grand nombre de structures sanitaires ne sont plus fonctionnelles. L’accès aux structures de soins reste difficile pour une partie de la population du fait de contraintes financières, sécuritaires et géographiques.