Côte d'Ivoire

Retranscription du point de presse hebdomadaire de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) du 04 juin 2015

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Rosamond Bakari (Porte-parole adjointe de l’ONUCI) : Bonjour mesdames et messieurs. Bienvenue au point de presse de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI). Je salue les auditeurs d’ONUCI FM qui nous écoutent partout en Côte d’Ivoire.

Comme il est de coutume, je commencerai ce point de presse par les activités de la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d’Ivoire, Madame Aichatou Mindaoudou qui hier, mercredi 3 juin 2015, a participé à l’atelier de renforcement des capacités des Autorités Préfectorales et leaders communautaires sur les mécanismes et instruments d’analyse, de prévention des conflits et de gestion communautaire.

Plusieurs hauts responsables ivoiriens avec à leur tête le Président de la République de Côte d’Ivoire, M Alassane Ouattara, ainsi que les diplomates ont participé à la Journée internationale des casques bleus célébrée exceptionnellement le jeudi 28 mai 2015 au siège de la Mission à Sebroko. A cette occasion, la Représentante spéciale a lu le message du Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon. Cette journée, instituée depuis le 29 mai 1948, a pour but de rendre hommage à tous les hommes et à toutes les femmes servant la cause de l’humanité au sein des opérations de maintien de la paix de l’ONU et honorer la mémoire de ceux qui y ont perdu la vie. Le Président Ouattara a visité une exposition photographique retraçant l’histoire de l’ONUCI de 2004 à 2015. Il a également accordé une interview à ONUCI FM.

Le 26 et 27 mai 2015, Mme Mindaoudou a pris part à la 39e édition des Journées des Nations Unies (JNU) de Gagnoa, située à 275 km d’Abidjan, dans la région du Gôh à l’ouest de la Côte d’Ivoire. Elle a eu des séances de travail successives avec le corps préfectoral, les élus et les cadres, les chefs traditionnels, et les associations féminines du département. Au cours des échanges, les différents intervenants ont fait ressortir les avancées en matière de réconciliation et de cohésion sociale. De même il été question des défis résiduels dont le respect de l’Etat de droit, la question sécuritaire, la nécessaire implication de toutes et de tous pour consolider la cohésion sociale et la réconciliation nationale et le retour des réfugiés. Les JNU ont pris fin par le forum d’échanges avec les populations au cours duquel les recommandations des travaux en atelier tenus la veille ont fait ressortir un engagement fort de la part de chacune et de chacun des participants pour la consolidation de la réconciliation et pour le renforcement de la cohésion sociale à Gagnoa et dans la région.

Outre des rencontres à Abidjan et à l’intérieur du pays, Madame Mindaoudou a effectué des visites de terrain notamment à l’Ouest du pays où elle a conduit une délégation de haut niveau dans quatre régions de la Côte d’Ivoire, du 20 au 23 mai 2015. A Guiglo, Duékoué, Man, Bangolo, Bagohouo et Grand bereby, la Représentante spéciale et la délégation, composée des Représentants du Système des Nations Unies (SNU) ont eu des séances de travail avec les autorités préfectorales, les élus et les cadres pour « voir » leur niveau d’engagement en tant que leaders d’opinion, à quelques mois du scrutin présidentiel.

Il est à noter que cette mission fait suite à celle que la Représentante spéciale et cette délégation ont effectuée en février 2014 pour évaluer les besoins en matière humanitaire, sécuritaire et économique dans des régions marquées par plusieurs années d’une situation post crise. La réponse aux doléances et préoccupations ont permis la réalisation et la réhabilitation de plusieurs ouvrages aux bénéfices des populations notamment des femmes et des jeunes.

A présent, je vais vous parler de la situation sécuritaire qui est calme et sous contrôle malgré quelques cas de criminalités isolés sur l’ensemble du pays.

La force de l’ONUCI continue à remplir sa mission dans de bonnes conditions.

Les rencontres planifiées de la force de l’ONUCI, des Forces Françaises en Côte d’Ivoire (FFCI) et des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI), se poursuivent. La dernière rencontre a eu lieu le 2 juin 2015 au Quartier Général de l’ONUCI à Sébroko. La prochaine réunion est prévue pour le 17 juin 2015 au Quartier Général des FFCI. Ces rencontres visent à discuter des actions conjuguées à entreprendre pour assurer une meilleure couverture opérationnelle du territoire national. Dans le cadre du renforcement de ses capacités, la Force onusienne continue à organiser ses opérations de routine et de veiller à l’entrainement de son personnel à travers des manœuvres militaires de différentes envergures. Ceci, dans le but de tester et, au besoin, de renforcer la capacité opérationnelle de ses moyens.

Dans cette perspective, le bataillon du Sénégal a effectué du 27 au 29 mai 2015, une manœuvre de grande envergure étalée sur trois jours, sur l’axe Yamoussoukro-Katiola-Kong-Noglodougou-Yamoussoukro.

Le bataillon du Niger a également effectué du 02 au 03 juin 2015, une manœuvre de grande envergure sur l’axe Gagnoa – Divo -Tiassalé – Abidjan. Ces opérations consistent en une manœuvre terrestre de longue portée au moyen d’engins blindés appuyés par des hélicoptères de combat.

Il y lieu de mentionner par ailleurs, qu’en exécution de son mandat de protection des civils, et à quelques mois des élections présidentielles, les hélicoptères MI-24 de la Force onusienne ont effectué des survols aériens de dissuasion dans plusieurs régions du pays ; en l’occurrence : le 26 mai dans les environs de Gbeleban, le 28 mai dans le secteur d’Ebilassokro et le 29 mai dans la ville de Bondoukou.

Durant les deux dernières semaines, la Force de l’ONUCI a effectué au total 2762 patrouilles terrestres et 02 vols de reconnaissance aérienne. Elle a distribué 456,000 litres d’eau potable au cours des deux dernières semaines aux populations des localités faisamt face à une pénurie d’eau.‎

La Composante Police de l’ONUCI (UNPOL) a effectué 2633 patrouilles simples, 803 patrouilles mixtes ; 586 patrouilles conjointes et 340 visites et rencontres communautaires.‎

Durant les deux semaines écoulées plus d’un millier de gendarmes et policiers ont suivi un séminaire sur le Rôle et les responsabilités des agents de la force publique pendant la période électorale. Ils ont aussi été informés des définitions des Violences Basées sur Le Genre.

Par ailleurs, ils ont effectué des colocations au cours desquelles des assistances ont été faites dans le cadre de la rédaction de certaines procédures judiciaires et des conseils ont été également prodigués.

UNPOL a aussi contribué au Renforcement de capacités de policiers et gendarmes ivoiriens entre autres en Techniques de Recherche d’Informations, Police Maritime Niveau II, en Violences Basées sur le Genre et Violences Sexuelles Basées sur le Genre …

480 Elèves-Sous-Officiers de Gendarmerie ivoiriens ont bénéficié de deux (02) séminaires sur la sécurisation des élections et le Rôle des Forces de l’Ordre en Période Electorale, au sein des Ecoles de Gendarmerie d’Abidjan et de Toroguhe. Des fonctionnaires de la Gendarmerie Nationale ivoirienne ont eux aussi suivi cette même formation.

A noter par ailleurs, que la Composante Police de l’ONUCI a poursuivi ses activités dans les Commissariats de Police, Brigades de Gendarmerie et Maisons d’Arrêt, sur toute l’étendue du territoire. Les colocations ont également continué, notamment lors des patrouilles mixtes et d’assistance, au niveau des Unités de Police et Gendarmerie ivoiriennes

S’agissant des activités des divisions, la Section des Affaires civiles organise à Abidjan du 03-05 juin 2015 en partenariat avec la Direction Générale de l’Administration du Territoire, le premier atelier de renforcement des capacités des autorités préfectorales et des chefs traditionnelles sur les mécanismes et instruments d’analyse, de prévention des conflits et de gestion communautaire dans les circonscriptions administratives de Côte d’Ivoire. Je vous avais dit tantôt que la Représentante spéciale avait participé à la cérémonie d’ouverture de ce séminaire.

La section des Affaires civiles va organiser du 09 au 11 juin 2015 dans les localités de Bondoukou et Blolequin des rencontres inter communautaires ; et un atelier de renforcement des capacités des chefs traditionnels à Blolequin du 10 - 11 juin 2015.

La Division Désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) de l’ONUCI poursuit son appui logistique, technique et financier auprès de l’Autorité pour le Désarmement, la Démobilisation et la Réintégration des ex-combattants (ADDR) et auprès de la Commission Nationale de Lutte contre la Prolifération et la Circulation illicite des armes légères et de petit calibre (ComNat- ALPC).

Sur le volet désarmement et démobilisation, du 18 mai au 02 juin 2015, la Division DDR a accompagné l’ADDR dans la réalisation d’une vingtaine d’opérations de désarmement, démobilisation à Abidjan au cours desquelles 827 ex-combattants dont 49 femmes, ont été désarmés. 06 armes fonctionnelles collectées, de même que 83 grenades, 93 engins non explosés, et 61720 munitions de petit calibre. Ces chiffres incluent les désarmements standards effectués sur le site d’Anyama et l’adhésion au processus DDR des associés aux FRCI sur les sites de la Base Navale de Yopougon, au Camp d’Attoban et du Plateau Dokui.

Pendant les deux dernières semaines, la Division DDR a participé au sein du comité mixte, composée des représentants de l’ADDR, les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) et l’ONUCI, à la vérification et l’évaluation des ex-combattants profilés, non désarmés par l’ADDR. 399 ex-combattants ont été déclarés éligibles au processus DDR.

Le 19 mai puis le 02 juin 2015, la Division DDR a soutenu l’ADDR à Daloa, dans la collecte de 33 armes, 02 grenades, 2898 munitions, et 11 engins non explosés.

Sur le volet de la réinsertion, l’ONUCI continue de suivre avec attention le processus de réinsertion des ex-combattants. A ce titre, un appui financier et logistique est apporté à l’ADDR. Au cours de la période considérée, la Division DDR a procédé au paiement du filet de sécurité de 419 bénéficiaires à Abidjan dont une (01) femme. A Guiglo, le paiement du filet de sécurité a été effectué pour 360 bénéficiaires. Au camp de resocialisation de M’Bahiakro, la Division DDR a procédé au paiement des pécules de 992 bénéficiaires dont 42 femmes en fin de formation. Ces derniers ont bénéficié, durant leur séjour d’un mois à M’Bahiakro, de formations de l’ONUCI notamment sur le respect des droits humains, la sensibilisation VIH / SIDA et les violences basées sur le genre.

En outre, le 21 mai, 1002 ex-combattants dont 54 femmes ont été enregistrés au centre de resocialisation de Bondoukou, ils recevront de l’ONUCI, des kits de non-vivres et une formation en civisme, gestion de la cellule familiale, des séances d’assistance psychosociale et de lutte contre les abus d’alcool et de drogues.

Le 01 Juin, à Bouaké, la Division DDR a soutenu le démarrage de la formation de 364 bénéficiaires (dont 21 femmes) au camp de resocialisation de Bouaké.

Les 21 et 22 mai, à Bangolo et Duekoué, la Division DDR a accompagné la visite de la No1 de l’ONUCI, au cours de laquelle des projets de réinsertion communautaires dont un centre Multiservice regroupant un pressing, une chambre froide, un centre de transformation et de commercialisation des produits dérivées du manioc, un poulailler et un élevage de porcs" ont été présentés.

3 projets de cohésion sociale sont en phase d’exécution à Lopkolo et Napia dans le département de Korhogo. 5 sont en phase d’élaboration dans les localités de Gagnoa, Divo et Lakota. Quand 3 sont en proposition pour les communes d’Attecoubé et Treichville.

Sur le volet Sensibilisation-communication, le 26 mai 2015 à Gagnoa, en marge de la 39e édition des Journées des Nations Unies, 200 ex-combattants venus des régions du Goh et du Loh Djiboua (Gagnoa, Divo, Zikisso, Diegonefla, Lakota, Oumé…) ont été sensibilisés sur le DDR et l’importance du dépôt volontaire des armes avant le 30 juin 2015. Les ateliers de formation et la soirée artistique ont été des moyens de consolidation de la cohésion sociale.

Dans le Loh- Djiboua, la Division DDR a appuyé un atelier sur la sensibilisation des autorités locales et des ONG. A Daloa elle a participé à un atelier de sensibilisation des forces de l’ordre de Cote d’Ivoire et des leaders communautaires.

Au cours de la période du 11 au 29 mai, dans le cadre de ses activités de promotion des droits de l’homme, la Division des Droits de l’Homme (DDH) a organisé et/ou participé à 17 activités de formation ou de sensibilisation sur les droits de l’homme dans 18 localités du pays. Ces activités ont mis un accent particulier sur les droits des enfants et les droits des femmes, la lutte contre l’impunité, les violences sexuelles et les droits de l’homme dans le contexte électoral. Plus de 3.700 personnes, dont environ 800 femmes et jeunes filles, ont pris part à ces activités. Par ailleurs, la DDH a apporté son appui technique et financier à la Commission nationale des droits de l’homme de Côte d’Ivoire (CNDH-CI) dans le cadre de l’élaboration de son plan d’action stratégique 2015-2020 et d’autres documents devant garantir son indépendance et son fonctionnement transparent. Enfin, à Grand-Bassam, la DDH a organisé en collaboration avec ONUFEMMES un séminaire de formation sur les violences sexuelles liées au conflit. De même, la Division a organisé un autre séminaire sur le respect des droits de l’homme pour la consolidation de la démocratie, la paix et la réconciliation nationale. Plus 100 membres des organisations non gouvernementales locales ont pris part à ces 2 séminaires. Enfin, du 21 au 29 mai 2015, l’Expert Indépendant (EI) des Nations Unies sur le renforcement des capacités et de la coopération technique en matière des droits de l’homme en Côte d’Ivoire, M. Mohammed Ayat, a effectué sa deuxième visite dans le pays. Lors de cette visite, l’Expert Indépendant a effectué des visites de terrain et a rencontré les autorités gouvernementales et judiciaires, des responsables de l’appareil sécuritaire, la Présidente de la Commission Nationale des Droits de l’Homme de Côte d’Ivoire (CNDH-CI), les représentants des organisations non gouvernementales, le corps diplomatique et les représentants du système des Nations Unies. A la fin de son séjour, l’EI a animé un point de presse à l’ONUCI au cours duquel il a exhorté le gouvernement ivoirien à assurer l’exercice des libertés publiques pour garantir des élections apaisées. L’EI présentera son premier rapport écrit au Conseil des droits de l’homme le 1er juillet 2015 lors de sa 29e session.

Quant à la Division de l’Information publique, il est à noter qu’après le lancement officiel de la campagne de sensibilisation dans les Universités et Grandes Ecoles de Côte d’Ivoire, le 26 février dernier, à l’Université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan, sous l’égide de la Représentante Spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies pour la Côte d’Ivoire et en partenariat avec le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, et après les étapes de Yamoussoukro, Daloa Bouaké et l’Université Nangui Abrogoua d’Abobo-Adjamé d’Abidjan, cette campagne se poursuivra, respectivement les 18 et 23 juin 2015, à l’Ecole Normale Supérieure (ENS) et à l’Université Peleforo Gon Coulibaly de Korhogo.

Initiée dans le cadre de la promotion de la paix avec toutes les couches de la population, cette campagne vise à renforcer la confiance entre les associations estudiantines et d’engager toute la jeunesse estudiantine dans une réflexion constructive, articulée autour des valeurs démocratiques fondées sur la paix, la tolérance et la cohésion tout en mettant en exergue la promotion du savoir et de la créativité pour un développement durable en Côte d’Ivoire. En prélude au scrutin présidentiel d’octobre 2015 qui se veut ouvert, transparent et démocratique, les associations estudiantines seront appelées à s’engager durablement pour un environnement électoral apaisé. Notons que cette campagne de proximité en milieu universitaire connaitra son apothéose, le 30 juin 2015, à la Fondation Félix Houphouët Boigny pour la recherche de la paix de Yamoussoukro, en présence des autorités nationales.