Côte d'Ivoire

Retranscription du point de presse hebdomadaire de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) du 05 février 2015

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Rosamond Bakari (Porte-parole adjointe de l’ONUCI) : Mesdames et messieurs bonjour. Bienvenue au point de presse de l’ONUCI. Je salue les auditeurs d’ONUCI FM à travers le territoire.

Comme vous le savez, l’ONUCI traverse une période triste, endeuillée par le décès par accidents de neuf de ses Casques bleus.

Face à ce tragique évènement, la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d’Ivoire, Madame Aichatou Mindaoudou, s’est rendue hier mercredi à Guiglo et Yamoussoukro, auprès du Contingent marocain et de la Compagnie du Génie militaire pour présenter les condoléances de la Mission. Madame Mindaoudou remercie tous les Ivoiriens qui ne cessent d’exprimer leur compassion et leur solidarité à l’ONUCI dans cette douloureuse épreuve.

A présent, je vais vous parler de la situation sécuritaire sur l’ensemble du pays, qui, malgré quelques cas de criminalité isolés est calme et sous contrôle. Les rencontres planifiées de la Force de l’ONUCI, des Forces Françaises en Côte d’Ivoire (FFCI) et des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI), se poursuivent. Les chefs des trois forces se sont rencontrés le jeudi 27 janvier 2015 à l’Etat-major des FRCI. La prochaine réunion se tiendra le 10 février 2015 au siège de l’ONUCI à Sebroko. Lesdites rencontres ont pour objectif de renforcer la collaboration entre les trois forces mais aussi et surtout, de discuter des actions conjuguées à entreprendre pour assurer une meilleure couverture sécuritaire du territoire national.

Dans le cadre du renforcement de ses capacités, la Force onusienne poursuit ses activités d’entraînement de routine et de formation de son personnel à travers des exercices militaires de différentes envergures. Le prochain exercice de grande envergure sera conduit par le Bataillon marocain (secteur Ouest), sur l’axe Duékoué-Daloa-Bouaflé, du 17 au 19 février 2015. L’exercice consiste en une manœuvre terrestre de longue portée au moyen d’engins blindés, avec le soutien aérien d’hélicoptères de combat.

Durant les deux dernières semaines, la Force de l’ONUCI a effectué au total 2133 patrouilles terrestres et 6 vols de reconnaissance aérienne. Elle a distribué 447,200 litres d’eau potable aux populations des localités connaissant une pénurie.

La Police des Nations Unies (UNPOL), pour sa part, a effectué durant les deux dernières semaines, mille-quatre-cent-quarante-et une (1441) patrouilles simples, mixtes et conjointes sur toute l’étendue du territoire ivoirien. Quant aux frontières, les forces de sécurité poursuivent leur coopération et continuent d’assurer une veille opérationnelle permanente.

La semaine dernière, elle a initié 10 sessions de renforcement des capacités au profit de 228 policiers et gendarmes, et 2 séminaires sur la gestion sécuritaire des élections auxquels ont pris part deux-cent-cinquante-un (251) Policiers et Gendarmes ivoiriens. Les mêmes sessions sont reconduites depuis le début de cette semaine au profit de plus de huit cent (800) policiers et gendarmes. Les Points Focaux Genre de la structure UNPOL chargée des questions de Protection des personnes vulnérables, des enfants et des droits Humains, ont effectué six monitoring pour les cas de violations rapportées, notamment dans les Commissariats de Police, Brigades de Gendarmerie, Institutions judiciaires, Hôpitaux, ONG, Plates-formes, ainsi qu’auprès des Victimes et de leurs Familles. Par ailleurs, la Composante Police de l’ONUCI a poursuivi ses activités dans les Commissariats de Police, Brigades de Gendarmerie et Maisons d’Arrêt, sur toute l’étendue du territoire. Les co-locations ont également continué, notamment lors des patrouilles mixtes et d’assistance, au niveau des Unités de Police et Gendarmerie ivoiriennes.

La Division Désarmement, démobilisation et Réintégration (DDR) de l’ONUCI poursuit son appui logistique, technique et financier auprès de l’Autorité pour le Désarmement, la Démobilisation et la Réintégration des ex-combattants (ADDR) et auprès de la Commission nationale de lutte contre la prolifération et la irculation illicite des armes légères et de petit calibre (COMNat- ALPC). Depuis le 19 Janvier 2015, l’ADDR mène des opérations de désarmement sur les sites militaires. L’objectif principal de cette nouvelle approche est le désarmement et la démobilisation de tous les ex-combattants associés aux FRCI, sans matricule et présents dans la base de données de l’ADDR. Sept opérations ont déjà eu lieu au Bataillon de Soutien et de Commandement (BSC) et à la Brigade Anti- Emeutes (BAE) à Abidjan qui ont permis de recueillir 7 armes, 65 grenades, 46.455 cartouches de munitions et 1.386 engins non explosés auprès de 575 ex-combattants démobilisés (dont 37 femmes). Ces jeunes appelés « jeunes associés » seront réinsérés dans les projets de réintégration communautaire initiés par l’ADDR et l’ONUCI.

Le 27 janvier, l’ONUCI DDR et UNMAS ont coordonné le transfert de 25 tonnes d’armes non- fonctionnelles à fondre, du nouveau camp d’Akouedo à l’entrepôt "Aciéries de Côte d’Ivoire » situé à Yopougon. L’ONUCI continue de suivre avec attention le processus de démobilisation, réinsertion et réintégration des ex-combattants. A ce titre, un appui financier et logistique est apporté à l’ADDR dans le cadre de la réinsertion des ex-combattants. En plus des projets de réinsertion communautaire dont 79 sont en cours d’exécution au profit de 1428 ex-combattants dont 251 femmes et des membres des communautés d’accueil pour un montant global de 2 millions de dollars. La Division DDR a participé au séminaire bilan annuel de l’ADDR qui s’est tenu à Yamoussoukro du 26 au 29 janvier, aux côtés des partenaires nationaux et internationaux dont la COMNAT-ALPC, le PNUD, l’ONUDI, la GIZ, l’UNOPS et l’UE.

Ce séminaire avait pour objectif de faire le bilan des activités de DDR en 2014, présenter le plan d’action d’ici à juin 2015, et développer une feuille de route conjointe pour les activités de DDR au-delà de Juin 2015. Dans le cadre de son appui technique, la Division DDR a organisé les 29 et 30 Janvier, un atelier de formation en suivi et évaluation des projets selon la méthodologie de gestion des Nations Unies. Cet atelier a permis le renforcement des capacités des partenaires nationaux (ADDR et COMNAT ALPC), des partenaires d’exécution de l’ONUCI et du système des Nations Unies en Côte d’Ivoire.

L’ONUCI DDR, en association avec la Division de l’Information publique, a conduit des ateliers de présentation du désarmement des ex-combattants lors de la 37e édition des Journées des Nations Unies et de l’ONUCI Tour qui se sont respectivement tenues à Sassandra du 21 au 23 Janvier ainsi que dans l’ouest, à Kpobli Souze à 20 km de Toulepleu. Ces activités de sensibilisation sont l’occasion pour la Division DDR de mettre en avant les opportunités socio-professionnelles disponibles à travers les projets de réinsertion communautaire (PRC) et de cohésion sociale (PCS).

Dans le cadre du mandat de l’ONUCI, le Service de Lutte Anti-Mines des Nations Unies (UNMAS) a organisé, en partenariat avec la Commission nationale de lutte contre la prolifération des armes légères et de petits calibres (ComNat-ALPC), mercredi 28 janvier 2015, une opération de fonte de 25 tonnes d’armes légères à l’Aciérie de Yopougon. Depuis 2012, l’agence onusienne travaille à la collecte des armes avec pour objectif de les détruire.

Le 30 Janvier 2015, UNMAS remettait 21 certificats aux forces nationales de sécurité en gestion et sécurisation des stocks d’armes et de munitions Niveau1.

UNMAS continue d’apporter son soutien technique aux opérations de désarmement sur tout le territoire de la Côte d’Ivoire.

Mesdames et messieurs, je vais à présent aborder les activités de la Division des Affaires civiles. Celles-ci ont consisté à une campagne de sensibilisation sur la sécurité urbaine organisée pour le Forum ivoirien sur la sécurité urbaine(FISU) à Bouaké le 24 janvier 2015, à travers une présentation sur la prévention et gestion des rumeurs comme sources potentielles de conflits dans la société. Elle a pris part à la caravane scolaire à Hiré (50 km de Divo), le 28 janvier au cours de laquelle environ 1000 élèves ont été sensibilisés sur la cohésion sociale et la culture de la paix en milieu scolaire. Le 28 janvier 2015, les Affaires civiles d’Abidjan ont appuyé l’ONG OMED « Mauko Education et Développement » pour le lancement de la 2ème édition du « Concours inter-écoles de la non-violence et des valeurs du débat contradictoire ». Ces sessions de dialogue et de renforcement des capacités ciblant la communauté éducative, principalement les jeunes et les étudiants, tendent à faire la promotion de la non-violence par la culture de la contradiction par la parole et la force des arguments. Cette activité va couvrir tout le district d’Abidjan durant quatre mois.

Les Affaires civiles ont également facilité, en présence des autorités administratives, la réalisation d’une rencontre inter communautaire à Kong (150 km de Korhogo) du 27 au 29 janvier 2015. Cette activité, qui a enregistré la participation de 160 personnes dont 18 femmes, avait pour objectif de renforcer la cohésion sociale à travers l’adoption de mécanismes de prévention et de gestion des conflits. Plusieurs activités sur le dialogue intercommunautaire auront lieu ce mois à (Banneu) Zouan-Hounien et à Bako (Odienné).

Au chapitre des droits de l’Homme, la Division des Droits de l’Homme (DDH) a, au cours des deux dernières semaines, poursuivi ses activités de documentation des cas, de suivi de procès en cours et de promotion des activités des droits de l’homme.

Préoccupée par les allégations d’enlèvements d’enfants suivis de meurtres et de mutilations de plusieurs d’entre eux, la DDH est en train d’enquêter et d’appuyer les autorités et la société civile mobilisée par rapport à cette question. Elle déplore également les agressions physiques de certaines personnes suspectées d’être impliquées dans des enlèvements d’adultes et d’enfants.

En ce qui concerne les violences faites aux femmes et aux enfants, il est à noter que la DDH a documenté, au cours de la période considérée, six cas de viol, un cas de tentative de viol et un cas d’attouchement sexuel. Parmi les six victimes de viol, se trouvaient cinq mineures âgées entre 7 et 17 ans.

Dans le cadre de ses activités de promotion des droits de l’Homme, la DDH a organisé et/ou participé à des ateliers de formation et de sensibilisation sur les droits de l’homme à Abidjan et six localités à l’intérieur du pays. Plus de 3600 personnes, dont environ 1000 femmes et jeunes filles, ont pris part à ces activités.

J’en viens à présent aux activités du Bureau de l’Information publique. Dans le cadre de ses activités de promotion de la paix, l’ONUCI, à travers ses démembrements sur le terrain, poursuit sa campagne de proximité dénommée ONUCI TOUR dans plusieurs régions du pays. C’est ainsi que les populations du Gontougou, Gbeke, Loh Djiboua, Gbokle et du Tonkpi seront visitées, les prochains jours pour rechercher leur nécessaire contribution en faveur d’un environnement apaisé, indispensable pour le développement local.

Dans le même cadre, la campagne de sensibilisation se poursuit avec les Forces de défense et de sécurité qui ont aussi un rôle capital à jouer dans le processus de consolidation de la paix. La ville de Sikensi abritera, le 12 février prochain, des activités de sensibilisation en vue de renforcer la cohabitation entre ces Forces et les populations locales. Un atelier de renforcement des capacités autour de la promotion des droits de l’Homme et de la cohésion intercommunautaire, des enjeux de la réforme de la sécurité ainsi qu’un tournoi sportif seront au menu de cette journée.

L’objectif sera d’accompagner les acteurs locaux dans le processus de paix, en contribuant à la création des conditions d’un environnement électoral apaisé, en prélude au scrutin de 2015.

Dans le même ordre d’activités, les élus et cadres des 6 régions administratives du Tonkpi, Cavally, Bafing, Guemon, Folon et Worodougou sont conviés, du 10 au 11 février 2015, à Man, à réfléchir sur leur indispensable contribution à la création des conditions propices à la consolidation de la paix, au renforcement de la réconciliation intercommunautaire et au développement local. Ce séminaire qui se déroulera en présence des autorités préfectorales, sera une occasion pour réaffirmer l’engagement des Nations Unies à appuyer toutes les initiatives en faveur de la paix et de la cohésion sociale.

La même activité est également prévue, du 17 au 18 février, à Bouaflé avec les élus et cadres des régions du Haut Sassandra et de la Marahoué.