Côte d'Ivoire

Rapport final: Évaluation du portefeuille de projets du Fonds de Consolidation de la Paix en Côte d’Ivoire (2015-2019)

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Sommaire exécutif

1 Le contexte de la Côte d'Ivoire et des interventions du PBF

SE01. Depuis la fin des années 90, la Côte d'Ivoire a connu une succession de crises politicosécuritaires, la partition du pays en deux zones pendant près d’une décennie, des périodes de contestation sociale et de violences qui ont entamé les performance de l’économie nationale, les fonctions régaliennes de l’État et les capacités de l’administration, et qui se sont traduites par des violations massives des droits de l’homme, y compris de violences sexuelles en particulier contre les filles et les femmes. La compétition et l’instrumentalisation politique, l’un des principaux déclencheurs de violences, reste une préoccupation majeure surtout à l’approche des élections de 2020, surtout que les facteurs sous-jacents de tensions et de conflictualité demeurent et dans certains cas tendent à s’aggraver.

SE02. C’est notamment le cas du foncier qui est à la base de tensions et conflits intra et intercommunautaires qui déchirent le tissu social et entament la cohésion sociale, ainsi que de conflits transfrontaliers et avec l’État. L’exploitation illégale de ressources minières, les conflits entre éleveurs et agriculteurs, la pauvreté qui touche près de la moitié de la population malgré les bons indicateurs macro-économiques, la question identitaire (le concept de l’« ivoirité ») dans un contexte de forte pression démographique et migratoire (interne et régionale) constituent d’autres sources de conflit. La crise des chefferies fragilise les systèmes locaux de gestion des conflits. Il est à noter que la majorité de la population a moins de 25 ans et que les jeunes et les femmes restent le plus souvent en marge des bénéfices de la croissance économique et des processus décisionnels. Malgré une amélioration de la situation sécuritaire et la volonté politique affichée par le Gouvernement d’adresser les facteurs de conflits et les fractures entre les populations et face à l’État, le sentiment d’impunité et le manque de confiance dans la justice ivoirienne demeurent très présents, tout comme la contestation de l’autorité de l’État dans certaines parties du pays, en particulier à l’ouest.

SE03. La Côte d'Ivoire est un pays prioritaire pour la Commission de Consolidation de la Paix des NU. Le PBF y avait investi en fin novembre 2019 plus de 55 millions d’USD depuis 2008 pour aider à la stabilisation et à la consolidation de la paix. Le pays est aussi un cas pilote de l’Agenda onusien pour la consolidation et la pérennisation de la paix, étant souvent considéré un exemple de succès dans la transition du maintien vers la consolidation de la paix.

SE04. L’évaluation du portefeuille PBF en Côte d'Ivoire s’est déroulée de septembre à décembre 2019. Elle porte sur les dix projets indiqués dans le tableau SE1, d’un total de seize projets financés jusqu’à présent par le PBF, dans le cadre du suivi du Plan Prioritaire pour la consolidation de la paix en Côte d'Ivoire (PP2 2013-2015, prorogé jusqu’en 2018) et du Programme d’appui à la consolidation de la paix 2017-2019 (PACoP), qui visait à accompagner le pays dans sa phase de transition du maintien vers la consolidation de la paix. Ces projets s’inscrivent ainsi dans la continuité des interventions précédentes du PBF et dans l’appui à la transition de la mission de maintien de la paix de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) clôturée en juin 2017, vers la consolidation des acquis et de la paix dans le pays. Les projets du PACOP en particulier adressent des défis résiduels identifiés de façon conjointe par l’ONUCI, le Gouvernement ivoirien, l’équipe pays des Nations Unies et des bailleurs.