Côte d'Ivoire

L’ONUCI participe à la réconciliation entre deux villages de Toulepleu

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Kambly et Kouyably, villages de la Sous-préfecture de Bakoubly, dans le département de Toulepleu, dans l’extrême ouest de la Côte d’Ivoire, opposés par des conflits fonciers depuis plusieurs années ont décidé de faire la paix. Une cérémonie de réconciliation entre ces deux localités s’est déroulée, le 11 mai 2014, dans le village de Kouyably, en présence de représentants de l’Opération des Nations Unies en Côte d’ivoire (ONUCI), des autorités administratives et des populations des deux localités.

A cette occasion, Hélène Sylvie Zomahoun, Coordinatrice du Bureau Intégré des Nations Unies à Toulepleu, a magnifié le geste des populations. « Cette cérémonie est la preuve que vous avez compris le message de l’ONUCI et que vous êtes prêts à poursuivre les efforts afin que la paix et le développement soient une réalité. « , a-t-elle lancé à l’ouverture de la manifestation.

Quant au Secrétaire général de la préfecture de Toulepleu, Yao Djè, il a exprimé sa reconnaissance aux deux villages pour l’acte posé et s’est réjoui de se joindre auxx habitants des deux localités pour célébrer l’union, la paix et la solidarité retrouvées. Il a. par la même occasion, invité les populations à adhérer massivement à l’opération de recensement général de la population et de l’habitat en cours afin de permettre à la Côte d’Ivoire d’avoir des statistiques fiables pour son développement véritable.

Henri Kah Péhé, Sous-préfet de Kani et fils de la région, a promis que les cadres feront en sorte que cette initiative soit couronnée de succès pour le bonheur de leurs parents. « Cet acte que vous posez en présence de l’ONUCI restera dans l’histoire », a-t-il estimé, avant d’inviter les habitants de Kambly et Kouyably à rendre effective cette réconciliation.

La jeunesse des deux villages, par la voix de Rossant Kouité, s’est également réjouie de cette cérémonie. « Cette fête de la réconciliation est à notre honneur et à notre bénéfice puisque c’est nous qui travaillons la terre. La résolution pacifique de ce conflit nous permet désormais d’avoir des parcelles de terres à cultiver », a déclaré M. Kouité.