Côte d'Ivoire

L’ONUCI échange sur les violences basées sur le genre avec les populations de Gbapleu dans le département de Duékoué

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

L’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) a échangé, mardi13 mai 2014 avec les populations de, localité située à 547 km au nord-ouest d’Abidjan, sur les droits de l’homme et les violences basées sur le genre.

Lors de la séance de sensibilisation, Pierre Aby, du Bureau de l’information publique de l’ONUCI, a indiqué que « le viol sous toute ses formes sur mineurs et adultes est sévèrement puni par la loi ivoirienne, tout comme l’utilisation des enfants pour les travaux champêtres. Toute personne qui se tait sur un fait de viol en devient systématiquement complice et s’expose à la rigueur de la loi. »

Pour sa part Michèle Wabo de la Section des Affaires civiles de l’ONUCI a fait savoir que le recensement général de la population et de l’habitat participait au respect de l’autorité de l’État.

Le capitaine Mohsen Hammami de la Police des Nations Unies (UNPOL) a rappelé que le droit des enfants commande aux parents de les scolariser. « Les agressions physiques ou domestiques sont en nette augmentation dans la région, il faudrait y mettre un frein. Le viol est valable pour les deux sexes, il est répréhensifs », a-t-il conclu.

Le Sous-préfet de la localité, Yaya Bamba a exhorté ses administrés à la tenue d’une conduite citoyenne exemplaire qui passe entre autres par le respect des droits de l’homme. « Il faut toujours instaurer le dialogue entre vous en cas d’incompréhension et écarter de vous les violences basées sur le genre. Le premier devoir d’un père est de déclarer la naissance de ses enfants » a-t-il dit.

M. Bamba a ensuite expliqué l’intérêt du recensement général de la population et de l’habitat. « Si Gbapleu devrait devenir une commune demain, l’on s’appuiera sur la taille de la population qui est un critère parmi tant d’autres pour le faire. Voilà pourquoi, il est important de vous faire recenser », a-t-il recommandé.

Les préoccupations des participants ont porté sur le viol, l’excision, les projets à impact rapide, et les activités génératrices de revenu.