Côte d'Ivoire

Examen Stratégique National "Faim Zéro" - Côte d’Ivoire

Source
Published
Origin
View original

Attachments

Avant-propos

Suite à l’évaluation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et afin de parachever d’ici 2030, les efforts entamés dans le cadre de ces OMD, les pays membres des Nations Unies se sont engagés, les 26 et 27 septembre 2015, au Siège des Nations Unies à New York à mettre en œuvre les 17 Objectifs de Développement Durable (ODD). Ces objectifs définissent entre autres, les enjeux prioritaires en vue de venir à bout de l’extrême pauvreté, de la faim et de la malnutrition à l’horizon 2030.

Dans le cadre de cet agenda, en particulier de l’Objectif de Développement Durable 2 (ODD 2), qui vise à « éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable », les Etats Signataires sont appelés à mettre en place des politiques et des stratégies nationales spécifiques pour rendre plus cohérents et plus efficaces leurs efforts visant à l’atteinte dudit objectif à l’horizon 2030.

Conformément à cet engagement pris, le Gouvernement ivoirien a ainsi fait de la lutte contre la faim et la malnutrition une priorité nationale. L’objectif visé est de renforcer le capital humain pour faire de lui le levier de l’Emergence tant souhaité à l’horizon 2020. La Côte d’ivoire a vite compris que les problèmes liés à la faim et la malnutrition sont multifactoriels, pluridisciplinaires et requière donc des actions multisectorielles. A cet effet, le pays s’est doté notamment d’une nouvelle Politique Nationale de Nutrition (2016) et d’un Plan National Multisectoriel de Nutrition PNMN (2016-2020), d’un Programme National d’Investissement Agricole, (PNIA1 2012-2016 et PNIA2, 2018-2025), et d’un Plan Stragégique pour le Dévelopement de l’Elevage et des Produits Halieutiques (PSDEPA 2014-2020) tous, partie intégrante du PND 2016-2020.

En outre, conscient de la forte pression exercée par les activités humaines sur l’environnement, en particulier la déforestation massive du couvert forestier ivoirien, du fait d’une agriculture extensive et peu productive, le Gouvernement ivoirien a élaboré depuis 2011, la Stratégie Nationale de Développement Durable. Le constat est qu’aujourd’hui l’agriculture ivoirienne continue de subir les aléas climatiques sévères qui affectent négativement la faible productivité d’une agriculture, jusqu’à ce jour quasiment pluviale. Ce phénomène associé à la forte pression démographique, font peser une grande menace sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Pour une population à 50% rurale, les conséquences socio-économiques du changement climatique sont réelles avec notamment l’augmentation de la pauvreté, la réduction de la disponibilité et de l’accessibilité alimentaire.

Les femmes représentent les piliers de la production familiale, de la collecte et de la distribution des denrées alimentaires aussi bien pour la Côte d’Ivoire toute entière que pour la sous-région. Ces femmes et leurs enfants sont les plus touchés par la malnutrition.

L’examen stratégique « Faim Zéro » conduit par le pays n’est pas une nouvelle stratégie qui vient allonger la liste des politiques publiques en cours de réalisation.

Il vise à renforcer les efforts nationaux à travers les actions gouvernementales sectorielles entreprises, concourant à l’élimination de la faim à zéro et de la malnutrition d’ici à 2030, à la réalisation d’un développement durable inclusif.