Côte d'Ivoire

District des Savanes : medias et associations féminines formés sur le leadership féminin et le respect des droits de l’Homme

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Trente représentants des médias et des organisations féminines du district des Savanes, ont été formés par l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), sur ’’la gestion de la rumeur, le renforcement du leadership féminin, de la cohésion sociale et le respect des droits de l’Homme, gages d’un environnement apaisé’’, les 29 et 30 avril 2014, à Korhogo, à 588 km au nord d’Abidjan.

Les participants, à l’issue des travaux, ont recommandé aux Conseils régionaux du district des Savanes de renforcer le leadership féminin afin que les femmes jouent pleinement leur rôle dans la consolidation de la paix et de la réconciliation nationale. Ils ont demandé que soit mis à la disposition des femmes leaders un journal pour promouvoir le genre dans le district des Savanes ; de créer un point focal susceptible de prendre en compte les urgences relatives aux viols de la femme et de l’enfant. Ils ont également plaidé pour la création des centres d’accueil et d’écoute dans chaque chef-lieu de département du district pour recevoir les victimes des agressions et viols des femmes et des mineures.

Les participants ont enfin demandé d’encourager les femmes des medias à s’intéresser aux différentes activités menées par les femmes et d’encourager l’ensemble des medias à s’intéresser aux questions relatives aux droits de l’Homme, de la femme et de l’enfant. À l’Etat de Côte d’Ivoire, aux autorités administratives, traditionnelles et religieuses, les participants ont recommandé d’accroitre la représentation des femmes dans toutes les instances de décision.

Ils ont souhaité la formation des femmes aux droits de l’Homme, de la femme et de l’enfant. Ils ont, par ailleurs, fait un plaidoyer en faveur d’une plus grande sensibilisation des populations du district des Savanes au respect des humains et à la gestion des conflits.

Les représentants des médias et des organisations féminines du district des Savanes ont recommandé également l’accès des femmes aux medias d’Etat afin d’avoir une lisibilité sur leurs activités. Ils ont préconisé la gratuité des certificats médicaux en cas de viol et d’agression sexuelle. Ils ont demandé que soient appliquées les lois dans toute leur rigueur dans les cas de violences faites aux enfants et aux jeunes filles, et d’apporter assistance juridique aux victimes de violation graves des droits de la femme et de la jeune fille.

Autre recommandation : l’allègement des procédures judiciaires portant sur les cas de viols. Ils ont souhaité voir les coupables des violations graves des droits humains poursuivis et punis dans toute la rigueur de la loi. Les participants ont enfin exhorté les décideurs à encourager la présence des femmes dans les medias d’Etat et les médias privés et d’observer une plus grande neutralité dans la gestion de la vie intercommunautaire.

Pour le chef de la délégation de l’ONUCI, Innocent Mugabo, la Mission, en initiant cet atelier, voulait créer un espace d’échanges pour que les médias et les organisations féminines aient une pleine conscience de leur rôle et mission pour une paix durable en Côte d’Ivoire.

Le Sous-préfet central de Korhogo, Emile N’guessan, a, pour sa part, invité les femmes à se mobiliser pour le respect de leurs droits et lutter pour leur épanouissement en libérant, pleinement, toutes leurs potentialités économiques, intellectuelles et morales, en vue de renforcer la visibilité, la participation et le leadership féminin dans la gestion des affaires publiques et privées. Il a, par ailleurs, exhorté les médias à contribuer à promouvoir les droits de la femme, la cohésion sociale, et à jouer pleinement leur rôle de médias de paix, de réconciliation nationale et de développement, en refusant d’être des relais propagateurs ou amplificateurs de rumeurs. « La société ivoirienne ne peut aspirer à la réconciliation, à la cohésion sociale et au développement sans un leadership féminin fort, sans un journalisme professionnel de qualité, sans la prévention et la gestion pacifique des conflits et surtout sans le respect des droits de l’Homme et de l’État de droit », a-t-il ajouté. Quatre communications ont constitué l’essentiel de cette formation, à savoir : ’’genre et leadership féminin’’ ; ’’media et gestion de la rumeur pour un environnement apaisé’’ ; ’’prévention et gestion des conflits : principe et dynamique’’ ; ’’respect des droits de l’Homme, de la femme et de l’enfant pour la consolidation de la paix et de la réconciliation nationale’’. Elles ont été animées respectivement par les bureaux de l’Information publique, du Porte-parole, des Affaires civiles et des Droits de l’Homme de l’ONUCI.

Au terme des échanges, les participants, venus des départements de Korhogo, Dikodougou, Mbengué, Boundiali, Kouto, Tengréla, Ferkessédougou, Kong et Ouangolodougou, se sont engagés à mettre en place un observatoire afin d’aider les medias à donner des informations justes et fiables, au lieu de servir bien souvent de relais à la rumeur ; à mettre en place une plateforme de collaboration entre les medias et les organisations féminines du district des Savanes ; à être des partenaires privilégiés des autorités administratives, politiques, traditionnelles et religieuses pour renforcer la cohésion sociale et la réconciliation nationale ; à promouvoir, à travers des émissions citoyennes, le dialogue social, la démocratie et le leadership féminin ; à juguler la violence et à résoudre les conflits de façon pacifique, à travers des émissions de sensibilisation sur les thématiques telles que la gestion des rumeurs et la cohésion sociale ; à promouvoir et protéger les droits humains des populations du district des Savanes.