Côte d'Ivoire

Clôture à Diaï des journées de dialogue intercommunautaire pour le renforcement de la cohésion sociale

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Les journées de dialogue intercommunautaire pour le renforcement de la cohésion sociale, initiées par la section des Affaires civiles de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), du 14 au 16 avril 2015, viennent de prendre fin à Diaï, localité située à 684 km au nord-ouest d’Abidjan. La cérémonie marquant la fin de ces journées de dialogue intercommunautaire qui visaient le renforcement de la cohésion sociale mise à mal du fait de la crise post-électorale de 2011, a été présidée par le Sous-préfet de Meo, Aymar Gballou.

Dans son allocution, l’administrateur civil a indiqué que ces assises permettaient de remonter l’histoire de la crise à Diaï pour permettre la paix, base de développement. « Sans la paix, il n’y aura pas plantation de cacao, ni de café, ni de banane. Il faut que nous nous pardonnions. Cette séance a été celle du dialogue ; la vérité nous libère de notre fardeau », a-t-il indiqué. Poursuivant, le Sous-préfet a appelé les populations au pardon. « Il n’y a pas un seul coupable, il n’y a pas non plus un seul qui ai raison. Seul le pardon peut sauver Diaï », a-t-il recommandé.

Helene Sylvie Zomahoun de la section des Affaires civiles et par ailleurs Coordinatrice des bureaux du Système des Nations Unies de Toulepleu, a exhorté les jeunes à la sagesse. « Les jeunes doivent se référer aux ainés pour éviter d’être manipulés. Nous ne voulons plus de crise à Diaï », a-t-elle dit. Madame Zomahoun s’est félicitée des engagements et recommandations pris par les uns et les autres. « Je suis heureuse d’être devant vous parce que vous avez décidé tous de vivre ensemble, d’aller à la réconciliation, à la paix et vous n’avez plus droit à l’échec. Vous devez donner l’exemple pour que d’autres villages de la Côte d’Ivoire puissent marcher à votre suite sur le chemin de la cohésion sociale, de la vraie réconciliation, et que les prochaines élections se passent dans la paix, dans la cohésion, pour qu’on cite la Côte d’Ivoire en exemple », a-t-elle conclu.

Le Chef du village de Diaï, Pehe Rufin, a manifesté sa joie à l’issue de la rencontre. « Aujourd’hui, nous retrouvons la paix, la cohésion sociale. Nous allons l’entretenir pour qu’elle soit plus belle, en respectant les résolutions que nous avons prises d’un commun accord. Nous disons, merci à l’ONUCI », a-t-il indiqué.

Notons que les résolutions et recommandations issues des trois journées de dialogue intercommunautaire ont tourné, entre autres, autour de la construction d’une stèle en mémoire des morts, le respect et l’observance de toutes les résolutions prises durant ses assises, le renforcement des capacités des jeunes et des femmes, la multiplication des séances de sensibilisation des populations pour le renforcement de la cohésion sociale, etc.