Côte d'Ivoire + 1 more

Analyse prospective de la filière cacao en Côte d'Ivoire 2020-2030 - vers une politique commune de marché de cacao en Afrique de l'Ouest

Attachments

Par Louis Bockel, Aristide S. Ouedraogo, Kouakou Aphely Amon Auguste et Padmini Gopal

1 Introduction

L'Afrique de l'Ouest produit et exporte 65 pourcent des fèves de cacao dans le monde. Cependant, les gains issus de l’exportation du cacao ne représentent que 3,5 à 6 pourcent du prix final d'une barre de chocolat. Face à la chute du prix du cacao sur le marché international, le Ghana et la Côte d'Ivoire se sont associés dans une alliance stratégique en Février 2018 pour soutenir leurs producteurs.

En outre, les acteurs publics, les entreprises et les institutions intervenant dans le secteur conviennent de la nécessité d'aider les petits exploitants à améliorer leur productivité grâce à une production de cacao intelligente face au climat. En décembre 2017, les gouvernements de la Côte d’Ivoire et du Ghana et 22 sociétés cacaoyères avaient signé un cadre d’action s’engageant à promouvoir la production durable de cacao, l’inclusion sociale et la protection des forêts. Le cacao climato-intelligent (CSC) englobe trois objectifs: (i) augmenter la productivité des terres agricoles, (ii) réduire les émissions de gaz à effet de serre et (iii) accroître la résilience au climat.

Le cadre d'action intelligent pour le climat du cacao et les problèmes du marché mondial du cacao nécessitent un modèle de chaîne de valeur actualisé pour évaluer l'impact des différentes politiques et scénarios stratégiques au sein de la chaîne de valeur de la Côte d'Ivoire et du Ghana.

Cette étude financée par la FAO vise à évaluer les scénarios de stratégie de croissance actuelle de la chaîne de valeur du cacao de la Côte d'Ivoire afin de définir des options de développement de politiques pour l’horizon 2030. De façon spécifique, il s’agit de répertorier les externalités positives et négatives de la chaîne de valeur et de proposer des options de transformation conformément à (i) la politique de marché et de prix, (ii) l'impact minimal de la déforestation sur l'environnement, (iii) l'atténuation du climat et l'impact sur la résilience, (iv) impact sur la valeur ajoutée en faveur des pauvres et (v) impact sur l'emploi.