Côte d'Ivoire

Une nouvelle operation de collecte d’armes lancée par l’ONUCI à Abobo

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Abidjan, le 1er février 2012…La Division du Désarmement, Démobilisation et Réintégration (DDR) de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) a procédé mercredi 1er février 2012 dans la commune d’Abobo (Nord d’ Abidjan), à une opération de dépôt volontaire d’armes.

Selon le Directeur adjoint de la Division du DDR de l’ONUCI, Ndiaga Diagne, cette opération qui vise à récupérer les armes encore en circulation, entre dans le cadre d’une campagne nationale pour le dépôt volontaire des armes et s’adresse aux civils et à tous ceux qui détiennent de façon illicite ou illégale une arme.

Aux dires de M. Diagne, l’opération qui a débuté en juin 2011 a permis à ce jour, de récupérer environ 1000 armes. La précédente qui s’était déroulée au mois de décembre dernier dans la commune d’Attécoubé, avait elle, permis d’entrer en possession de 100 armes. « C’est une opération qui va de plus en plus avoir de l’ampleur et nous permettre de récupérer les armes qui sont au sein des différentes communes, aussi bien à Abidjan qu’ailleurs. Chaque arme qui est récupérée est un plus, un succès », a-t-il estimé.

Cette opération est menée en collaboration avec les autorités ivoiriennes, la police et la gendarmerie ivoirienne et plus particulièrement la Commission Nationale de Lutte contre la Prolifération des Armes légères et de petit calibre (COMNAT-CI. Pour son Secrétaire Exécutif, Anzian Kouadja, la collaboration avec l’ONUCI permet de bénéficier de mesures d’accompagnement en termes de formation et d’appui aux activités génératrices de revenus.

Toutefois, pour garantir la confiance et le succès de cette opération volontaire, M. Anzian attend une rapide mise en œuvre de ces mesures. « Je lance un appel à l’ONUCI pour que ceux qui on déjà déposé les armes puissent rapidement bénéficier de ces mesures de telle sorte que cela puisse inciter les autres à venir le faire, parce que beaucoup pensent que ce n’est pas une réalité », a-t-il indiqué en ajoutant cette campagne qui sera encore dans la commune d’Abobo va se poursuivre sur tout le territoire ivoirien.