Côte d'Ivoire

Le Représentant Résident de la Banque mondiale en Côte d'Ivoire s'imprègne des réalités

Source
Posted
Originally published
Le 15 juin 2007 - Afin de s'imprégner des réalités du terrain et de rencontrer divers publics cibles, le nouveau Représentant résident de la Banque mondiale en Côte d'Ivoire, M. Bernard Harborne, a effectué le vendredi 8 juin 2007 une série de visites dans la ville d'Abidjan et sa banlieue. Il a visité des écoles, des centres de santé, une organisation de défense de droits de l'homme et un quartier d'habitat précaire.

Éducation

Les écoles visitées, à savoir le Centre national d'éducation à distance (CNED) - un programme français d'enseignement à distance situé dans le quartier résidentiel de Cocody - et le Lycée moderne Adjamé Harris du quartier populaire d'Adjamé, présentent des tableaux contrastés de réalités et d'expériences. D'un côté, le CNED, avec des équipements pédagogiques adéquats et de bonnes conditions de travail, et de l'autre, le Lycée Harris manquant de choses élémentaires comme un laboratoire et une bibliothèque. En outre, l'école est située dans un environnement bruyant, au milieu d'un marché, avec des toits ayant des problèmes d'étanchéité.

« Malgré les conditions de travail difficiles, nous faisons de notre mieux et l'école donne de bons résultats au baccalauréat parce que nous avons une équipe d'enseignants dévoués » a indiqué le proviseur, Mme Marie-Claire Glas. Le CNED a été créé au lendemain de la fermeture des écoles françaises, suite aux manifestations de rue de novembre 2004 et le Lycée Harris est une école publique qui fête en décembre prochain son cinquantième anniversaire.

La visite du CNED et du Lycée Harris ainsi que les discussions avec leurs responsables ont rappelé l'importance de l'école dans le processus de sortie de crise. La réouverture des établissements français et internationaux devrait encourager le retour des organisations internationales et du secteur privé. Quant à l'école publique, sa reprise véritable sur toute l'étendue du territoire devrait lui permettre de servir de véhicule pour enseigner à la nouvelle génération d'Ivoiriens les messages de paix et de cohésion sociale pour une prospérité économique dans l'avenir.

Santé

Au programme de la visite il y avait deux catégories de centres de santé : l'hôpital public d'Abobo et le Centre médico-social américain, une structure privée dans le quartier populaire d'Attécoubé. Les deux centres font face aux mêmes difficultés : le manque d'équipements médicaux et le nombre toujours croissant de patients. En plus, une majorité des patients n'arrivent pas à payer les frais de consultations de un ou deux dollars ; sans compter que les médicaments prescrits ne sont souvent pas achetés, faute de moyens financiers.

Droits de l'homme

Dans un pays en crise où la question des droits de l'homme est une préoccupation, M. Harborne a marqué un arrêt à la plus ancienne organisation de droits de l'homme du pays, la Ligue ivoirienne des droits de l'homme (LIDHO). Il a parlé avec le personnel et a visité le bureau de l'organisation récemment saccagé par un groupe d'étudiants. La Banque mondiale a appris que la LIDHO étend désormais son champ d'activités à la réduction de la pauvreté et aux droits économiques.

Habitat

Le programme qui a duré toute la journée a pris fin par la visite d'un habitat précaire dénommé « Boribana » (la fin de la course, en malinké, une langue locale) situé à Attécoubé. Boribana où vivent plus de 3000 personnes dans de difficiles conditions sans eau potable et assainissement.

Les visites ont été l'occasion d'apprendre et de parler avec les populations, qui ont apprécié cette initiative. « J'ai été honoré de cette visite. Même dans mes rêves les plus fous, je n'aurais jamais imaginé que la Banque mondiale visiterait mon modeste centre de santé », a dit M. Lassinan Bamba, infirmier et responsable du centre de santé d'Attécoubé.

Pour le Représentant résident de la Banque mondiale, c'était l'occasion de s'informer des défis dans les secteurs de la santé, de l'éducation et de l'urbanisation. À chaque étape de la visite, M. Harborne a présente la mission de la Banque mondiale et sa politique d'assistance post-conflit en Côte d'Ivoire.

Article écrit par Bakary Sanogo, Chargé de la communication
Banque mondiale, Côte d'Ivoire