Côte d'Ivoire

La FAJ appelle le Nouveau Gouvernement de Côte d’Ivoire à protéger les journalistes

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published

La Fédération Africaine des Journalistes (FAJ) a appelé aujourd'hui le nouveau gouvernement en Côte d'Ivoire à enquêter sur les rapports faisant état de certains journalistes menacés par des actes de vengeance, parce que soupçonnés simplement d'avoir soutenu l'ex-régime dans le pays.

Selon les informations parvenues à la FAJ, des journalistes ivoiriens sont parmi les gens obligés d’aller en clandestinité, craignant pour leur vie après l'arrestation de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo. Lesdits rapports indiquent que les journalistes qui travaillaient pour les médias d'État et les médias privés proches de l'ancien chef de l’Etat sont confrontés à des menaces d'attaques violentes.

"Nous prenons acte de l'appel du nouveau gouvernement ivoirien pour la tolérance et exhortons les autorités à protéger les journalistes qui sont victimes de la chasse aux sorcières en raison de leur travail au cours de la crise", a déclaré Omar Faruk Osman, Président de la FAJ. " Il est temps de promouvoir la processus de guérison qui mènera à la création d'une société libre et moderne, où les médias jouent leur rôle de modérateur de dialogue et de débat démocratique".

La FAJ a également exhorté le Président Alassane Ouattara à lancer d'urgence une enquête sur la disparition du journaliste français Guy-André Kieffer disparu à Abidjan le 16 avril 2004. Kieffer, un ancien journaliste d'investigation pour le Journal La Tribune a disparu alors qu'il enquêtait sur le commerce du cacao en Côte-d'Ivoire. Il était arrivé dans le pays en 2000 peu après l’arrivée au pouvoir de Laurent Gbagbo qui l'avait invité à mener l'enquête. Il avait reçu des menaces de mort ; des forces puissantes qui contrôlaient le marché du cacao en Côte-d'Ivoire ont longtemps été soupçonnées d'être derrière ces menaces.

“ Sept ans après, la famille et les collègues de Kieffer veulent du nouveau président la vérité pour mettre fin à une longue attente,”’ a ajouté Faruk. “ Ceci est un cas test de l’engagement du Président Ouattara à mettre fin aux pratiques d’impunité pour la violence perpétrée contre des journalistes”.

Pour plus d’information, contacter la FAJ au : +221 33 867 95 86/87 La FAJ représente plus de 50,000 journalistes dans 38 pays en Afrique

International Federation of Journalists Africa Regional Office 3rd Floor, Immeuble Seynabou, VDN-Sicap Sacré Cœur III BP 64257, Dakar Senegal Tel: +221- 33 867 95 86/87; Fax: +221- 33 827 02 50 E-mail: ifjafrique@ifjafrique.org Website: www.ifjafrique.org , www.ifj.org