Côte d'Ivoire

La Côte d'Ivoire a renoué avec la paix et la stabilité, selon Ban Ki-moon

Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, estime, dans un rapport publié vendredi, que la Côte d'Ivoire a enregistré de nombreux succès et a renoué avec la paix et la stabilité depuis la signature de l'Accord de Ouagadougou il y a 18 mois.

« De nombreux succès ont marqué cette période charnière de l'histoire de ce pays, dont on mentionnera : la fin des hostilités entre les Forces nouvelles et les Forces nationales de défense et de sécurité; la suppression de la zone de confiance qui matérialisait la division du pays; le rétablissement de la liberté de circulation de la population sur l'ensemble du territoire national; le lancement d'un processus crédible d'identification de la population; l'amélioration de la situation des droits de l'homme dans tout le pays; le dialogue soutenu et l'esprit de consensus qui ont régné entre les principaux dirigeants politiques; le retour dans le nord des fonctionnaires déplacés pendant le conflit; une reprise économique prometteuse; et les progrès accomplis dans la préparation des élections », constate M. Ban dans ce rapport remis au Conseil de sécurité.

Selon lui, le processus de paix a franchi « une étape critique avec le lancement, le 15 septembre, de l'opération d'inscription sur la liste électorale ». « Les progrès accomplis jusqu'à maintenant sur les principaux fronts du processus électoral sont satisfaisants, malgré l'ampleur des problèmes logistiques à résoudre », ajoute-t-il.

Selon lui, « il faut maintenant impérativement procéder à la délivrance simultanée des cartes d'identité et des cartes d'électeur, avec le même souci de crédibilité et de transparence. Les questions qui risquent de se poser, comme celle des ajustements nécessaires au calendrier électoral, devront être réglées en accord avec les textes qui régissent ce calendrier et dans le même esprit de consensus qui a empreint jusqu'à maintenant la mise en œuvre de l'Accord de Ouagadougou ».

Le Secrétaire général précise que l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI), dans la limite de ses moyens, aidera les autorités électorales à résoudre les énormes problèmes logistiques et techniques auxquels elles continuent de se heurter.

Il salue le rôle du Facilitateur du processus de paix ivoirien, le président Blaise Compaoré du Burkina Faso. « À un moment où la Côte d'Ivoire se dirige vers une étape critique du processus de paix, à savoir l'élection présidentielle, il importe de consolider et de faire jouer à fond le véritable partenariat qui s'est établi entre les parties ivoiriennes, le Facilitateur et les acteurs internationaux », souligne Ban Ki-moon.

Le Secrétaire général note toutefois que, bien que le regroupement des ex-combattants ait progressé, l'obligation de collecte et de stockage de leurs armes prévue par le troisième accord complémentaire de l'Accord politique de Ouagadougou n'a produit jusqu'à maintenant que des résultats décevants. De même, le non-paiement des allocations forfaitaires dues aux ex-combattants regroupés des Forces nouvelles et au personnel des Forces nationales de défense et de sécurité risque de provoquer des troubles susceptibles de compromettre la sécurité nécessaire aux élections. De même encore, la suspension du démantèlement et du désarmement des milices dans l'ouest du pays et l'existence de groupes de jeunes prêts à recourir à la violence pour parvenir à leurs fins politiques vont à l'encontre du climat de sécurité indispensable aux élections.

M. Ban juge « inquiétante l'absence de progrès véritables dans le redéploiement de l'administration dans le nord, notamment en ce qui concerne la centralisation des recettes fiscales. Cette absence de progrès a empêché une complète réunification du pays ainsi que la complète restauration de l'autorité de l'État sur l'ensemble du territoire national après la suppression de la zone de confiance. »