Côte d'Ivoire

La Côte d'Ivoire au bord de la guerre civile

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original
La crise née du scrutin présidentiel de novembre menace chaque jour davantage d'aboutir à une déflagration en Côte d'Ivoire. Le Secours catholique, partenaire historique de la Caritas ivoirienne, se prépare à apporter son aide au nombre croissant de personnes fuyant les combats.

Occultée par la médiatisation d'un monde arabe en pleine révolution, la Côte d'Ivoire sombre dans la violence en silence. Pourtant, la capitale et l'ouest du pays sont actuellement en proie à de violents affrontements.

50 personnes sont mortes entre le 24 février et le 3 mars, portant à 365 le nombre de tués depuis la fin de l'année 2010 ; ce chiffre ne comprenant pas la mort de six femmes tuées par balles le 3 mars lors d'une manifestation à Abidjan.

Près de 70 000 personnes ont déjà fui le pays, principalement au Liberia voisin. Et, on estime à 40 000 le nombre de personnes déplacées dans la région ouest. Le 4 mars, la mission de l'ONU dans le pays (Onuci) a annoncé que l'insécurité a poussé 200 000 personnes à quitter Abobo, un quartier au nord de la capitale.

Le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) informe que 800 000 enfants ne vont plus à l'école et craint une « résurgence de la guerre civile ».

L'Onuci fait état « d'informations » sur « l'arrivée de cargos d'armes légères du Zimbabwe », ce qui violerait l'embargo sur les armes imposé à la Côte d'Ivoire en 2004.

Coupures d'eau et d'électricité

Cette insécurité a également mis un frein à la distribution des aides sur le terrain. La construction d'un camp de déplacés à Duékoué, dans l'ouest du pays, a été arrêtée en raison des combats.

Depuis le début du mois de mars, le nord de la Côte d'Ivoire est privé d'électricité. Tributaire de l'électricité, la distribution d'eau a été interrompue, mettant en danger la vie des populations fragiles, notamment celle des enfants en bas âge et des femmes enceintes.

Programme de soutiens alimentaire et sanitaire

Le Secours Catholique, partenaire historique de la Caritas ivoirienne, entend répondre à l'aide demandée par plusieurs Caritas diocésaines, notamment la Caritas de Man, à l'ouest du pays.

L'association met sur pied un programme de soutiens alimentaire et sanitaire d'urgence visant 7 000 personnes : 5 000 personnes déplacées et 2 000 personnes qui ont ouvert leurs maisons à ces déplacés, au risque de se fragiliser elles-mêmes.

La nourriture sera achetée sur un marché local. L'accès à l'eau potable et aux soins de base sera renforcé.

Le programme comprend également une prise en charge des enfants et des jeunes ainsi qu'une sensibilisation aux maladies, principalement au sida.