Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire: Présentation du Gouvernement de Réconciliation Nationale

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
REPUBLIQUE DE C=D4TE D'IVOIRE
Union - Discipline - Travail
PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE
SECRETARIAT GENERAL

PRESENTATION DU GOUVERNEMENT DE RECONCILIATION NATIONALE DU 20 MARS 2003
ISSU DES POURPARLERS DE LINAS-MARCOUSSIS ET DE LA TABLE RONDE D'ACCRA

INTRODUCTION

Suite au Conseil des Ministres du 13 Mars 2003 qui n'a pu enregistrer la présence de tous les membres du Gouvernement de Réconciliation Nationale, un Conseil des Ministres extraordinaire s'est tenu ce Jeudi 20 Mars 2003 à la Fondation Félix HOUPHOUET BOIGNY pour la Recherche de la Paix, ici à Yamoussoukro. Au cours de ce Conseil, Son Excellence Monsieur Laurent GBAGBO, Président de la République de Côte d'Ivoire, a procédé à l'installation du Gouvernement de réconciliation nationale attendu par tous, prévu par les Accords de MARCOUSSIS, dont les fondements ont été décidés les 06 et 07 Mars dernier, au terme de la Table Ronde qui a réuni les dix (10) signataires de ces accords, à ACCRA.

Avant de donner lecture du décret de nomination des membres de cette nouvelle équipe, quelques rappels et commentaires s'imposent.

I -RAPPELS

1/Dans le cadre de la recherche de solutions à la grave crise que connaît la Côte d'Ivoire depuis le Coup d'Etat manqué du 19 Septembre 2002,plusieurs rencontres ont été organisées en Côte d'Ivoire, en Afrique et hors du continent sous l'égide de la CEDEAO (Communauté économique des états de l'Afrique Occidentale) et de la Communauté internationale.

Ainsi donc, poursuivant ses efforts de médiation et de recherche d'une paix durable en Côte d'Ivoire, la France a organisé sur son territoire et plus précisément à LINAS-MARCOUSSIS, du 15 au 23 Janvier 2003, à l'initiative du Président en exercice de la CEDEAO, le Président Abdoulaye WADE du Sénégal et à l'invitation du Président Jacques CHIRAC, une Table Ronde réunissant:

  • d'un côté, sept (07) partis politiques de Côte d'Ivoire à savoir le FPI, le PDCI-RDA, le PIT, le RDR, l'UDPCI, l'UDCY et le MFA;

  • de l'autre côté, les trois (03) mouvements rebelles que sont le MPCI, le MPIGO et le MJP.
Cette Table Ronde a abouti à la signature par les parties en présence d'un ensemble d'accords dits de MARCOUSSIS dont la mise en oeuvre a connu sur place à PARIS un début d'exécution avec la nomination par le Président Laurent GBAGBO d'un Premier Ministre de consensus en la personne de Son Excellence Monsieur Seydou Elimane DIARRA, par décret n=B0 2003-44 pris à l'Ambassade de Côte d'Ivoire en France le 25 Janvier 2003.

Les Accords de MARCOUSSIS prévoient par ailleurs la formation d'un Gouvernement de réconciliation nationale, en remplacement de celui du 05 Août 2002, formé par Monsieur Pascal AFFI N'GUESSAN, Premier Ministre sortant.

2 / Devant les difficultés rencontrées par le nouveau Premier Ministre dans la formation d'un gouvernement équilibré, les 10 signataires des Accords de MARCOUSSIS ont participé à une Table Ronde sur la Côte d'Ivoire qui s'est tenue à ACCRA les 06 et 07 Mars 2003, à l'invitation de Son Excellence Monsieur John Agyekum KUFUOR, Président de la République du Ghana et Président en exercice de la CEDEAO.

Prenant acte de la réaffirmation par la Table Ronde d'ACCRA de son autorité en qualité de Chef de l'Etat, Chef suprême des Armées, garant de la Constitution et des Institutions républicaines, le Président Laurent GBAGBO a donné des instructions au Premier Ministre pour la formation d'un Gouvernement sur la base des Accords et dans le respect du consensus de ladite Table Ronde.

II -PRESENTATION ET ANALYSE DU NOUVEAU GOUVERNEMENT

Ce nouveau gouvernement, 4ème édition de la 2ème République, après celles du 27 Octobre 2000, du 24 Janvier 2001, et du 05 Août 2002, comprend 42 membres sous la direction d'un Premier Ministre issu de la Société civile.

1 / Missions

Outre la mission principale de réconciliation nationale assignée à ce gouvernement en vue de résorber la fracture sociale aggravée par plus de six (06) mois de conflit armé, il apparaît clairement, à la lecture de l'organigramme de celui-ci, que l'équipe du Premier Ministre aura également pour tâches essentielles:

  • l'exécution d'importants chantiers de reconstruction économique;
  • la poursuite du programme de gouvernement du Président de la République;
  • le repositionnement, dans tous les domaines, de la Côte d'Ivoire, dans le concert des Nations.
2 / Nomenclature

Le nouveau gouvernement comprend 41 Départements ministériels dont :

  • 12 Ministères d'Etat
  • 29 Ministères
3 / Répartition des Ministères

Dans le respect des Accords issus de la Table Ronde d'ACCRA, la répartition des portefeuilles ministériels entre les partis politiques et les mouvements rebelles est la suivante:

A.1.Front Populaire Ivoirien (FPI)

1 - Ministère d'Etat, Ministère de l'Economie et des Finances

2 - Ministère d'Etat, Ministère des Mines et de l'énergie

3 - Ministère de la Construction et de l'Urbanisme

4-Ministère de la Fonction Publique et de l'Emploi

5 -Ministère des Eaux et Forêts

6 -Ministère de l'Education Nationale

7 -Ministère des Relations avec les Institutions de la République

8 -Ministère de la Solidarité, de la Sécurité Sociale et des andicapés

9 -Ministère de la Lutte contre le SIDA

10-Ministère en charge de la Réconciliation Nationale

A.2. Parti Démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI)

1 -Ministère d'Etat, Ministère des Affaires Etrangères

2 -Ministère d'Etat, Ministère des Infrastructures Economiques

3 -Ministère de l'Industrie et du Développement du Secteur Privé

4 -Ministère de la Production Animale et des Ressources Halieutiques

5 -Ministère de la Culture et de la Francophonie

6 -Ministère du Plan et du Développement

7 -Ministère des Cultes

A.3. Rassemblement des Républicains (RDR)

1 -Ministère d'Etat, Garde des Sceaux, Ministère de la Justice

2 -Ministère d'Etat, Ministère de l'Agriculture

3 -Ministère de l'Enseignement Supérieur

4 -Ministère du Tourisme

5 -Ministère du Commerce

6 -Ministère des Nouvelles Technologies et des Télécommunications

7 -Ministère de la Femme, de la Famille et de l'Enfant

A.4. Mouvement Patriotique de Côte d'Ivoire (MPCI)

1 -Ministère d'Etat, Ministère de l'Administration du Territoire

2 -Ministère d'Etat, Ministère de la Communication

3 -Ministère des Victimes de la Guerre, des Déplacés et Exilés

4 -Ministère des Sports et Loisirs

5 -Ministère de la Jeunesse et du Service Civique

6 -Ministère de la Recherche Scientifique

7 -Ministère de l'Artisanat et de l'encadrement du Secteur Informel

A.5 Union pour la Démocratie et pour la Paix en Côte d'Ivoire (UDPCI)

1 - Ministère d'Etat, Ministère de la Santé et de la Population

2 -Ministère de la Réforme Administrative

A.6Parti Ivoirien des Travailleurs (PIT)

1 - Ministère d'Etat, Ministère de l'Environnement

2 - Ministère des Droits de l'Homme

A.7Mouvement des Forces de l'Avenir (MFA)

Ministère d'Etat, Ministère des Transports

A.8Union Démocratique et Citoyenne (UDCY)

Ministère d'Etat, Ministère de l'Intégration Africaine

A.9Mouvement pour la Justice et la Paix (MJP)

Ministère de l'Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle

A.10Mouvement Patriotique Ivoirien du Grand Ouest (MPIGO)

Ministère des Petites et Moyennes Entreprises

A.11 Les consultations se poursuivent pour la nomination de deux personnalités de consensus par le Conseil National de Sécurité, pour les portefeuilles de la Défense et de la Sécurité.

En résumé, les partis politiques et autres regroupements sont représentés au Gouvernement comme suit:

PARTISPOLITIQUES/AUTRES REGROUPEMENTS
Ministères d'Etat
Ministères
TOTAL
F.P.I.
2
8
10
P.D.C.I
2
5
7
R.D.R
2
5
7
M.P.C.I.
2
5
7
U.D.P.C.I.
1
1
2
P.I.T
1
1
2
M.F.A
1
-
1
U.D.C.Y
1
-
1
M.J.P.
-
1
1
M.P.I.G.O
-
1
1
Personnalités de Consensus*
-
2
2
TOTAL
12
29
41

(*)=A0: Nommées par le CNS (Conseil National de Sécurité) pour les portefeuilles de la Défense et de la Sécurité

4 / Genre

Au niveau de l'effectif féminin, ce gouvernement comprend 6 dames dont:

  • deux (2) du FPI
  • une (1) du PDCI
  • une (1) du RDR
  • deux (2) du PIT
III -=A0Structure modulaire et évolution par rapport à la situation antérieure

Par rapport à la structure modulaire du précédent gouvernement, on peut noter les changements ci-après=A0:

1 / Nouvelles créations

-=A010 Ministères d'Etat dont la plupart découle de l'érection de ministères du précédent gouvernement.

=A0Ce sont les Ministères de=A0:

  • Mines et Energie
  • Infrastructures Economiques
  • Justice
  • Agriculture
  • Administration territoriale
  • Communication
  • Santé et Population
  • Environnement
  • Transports
  • Intégration Africaine
- 7 Ministères, à savoir=A0:
  • Réconciliation Nationale
  • Plan et Développement
  • Cultes
  • Nouvelles Technologies de l'Information et des Télécommunications
  • Victimes de guerre, Déplacés et Exilés
  • Jeunesse et Service civique
  • Enseignement technique et Formation professionnelle
2 / Regroupements

Le Ministère du Commerce Intérieur et le Ministère du Commerce Extérieur ont été regroupés en un seul Ministère, celui du Commerce.

3 /=A0 Scissions

- Le Ministère de la Solidarité, de la Santé et de la Sécurité sociale a été scindé en=A0:

  • Ministère de la Santé et de la Population, et
  • Ministère de la Solidarité, de la Sécurité sociale et des Handicapés
- Le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a été scindé=A0 en=A0:
  • Ministère de l'Enseignement Supérieur
  • Ministère de la Recherche Scientifique
- Le Ministère de l'Artisanat et des PME a été scindé en=A0:
  • Ministère de l'Artisanat et de l'Encadrement du Secteur Informel, et
  • Ministère des PME
4 / Suppressions

Tous les ministères délégués du précédent gouvernement ont été érigés en Ministères pleins, à l'exception de deux délégations qui ont été supprimées. Il s'agit des délégations=A0:

  • Auprès du Ministre de la Solidarité, chargée des Affaires Sociales et des Handicapés=A0;

  • =A0Auprès du Ministre de l'Enseignement Supérieur, chargée de la Recherche Scientifique et de l'Innovation Technologique.
5=A0/ Changements de dénomination
  • Le Ministère de l'Industrie et de la Promotion du Secteur Privé devient=A0: le Ministère de l'Industrie et du Développement du Secteur Privé.

  • Le Ministère des Relations avec le Parlement et les autres Institutions devient=A0: le Ministère des Relations avec les Institutions de la République.
CONCLUSION

1=A0/ La composition de ce gouvernement de réconciliation nationale marque une triple rupture avec celle des gouvernements que la Côte d'Ivoire a connus par le passé=A0:

  • L nomination de 12 Ministres d'Etat=A0;

  • L'équilibre dans la répartition des portefeuilles ministériels entre les parties=A0en=A0=A0=A0=A0 présence ;

  • La désignation par consensus des titulaires des portefeuilles de la Défense et de la Sécurité.
2=A0/ Trois autres grands traits particuliers caractérisent ce nouveau gouvernement, à savoir=A0:

a)=A0 L'attribution au FPI, parti au pouvoir, des Départements Ministériels chargés de la mise en oeuvre des grands projets de société du Président Laurent GBAGBO=A0:

  • Ministère de la Solidarité, de la Sécurité Sociale et des Handicapés ;
  • Ministère de l'Education Nationale=A0;
  • Ministère de la Lutte contre le SIDA.
b)=A0 La création de nouveaux Départements ministériels en charge de la réconciliation et de la reconstruction nationales=A0:
  • Ministère d'Etat, Ministère de l'Intégration Africaine=A0;
  • Ministère de la Réconciliation Nationale=A0;
  • Ministère des Victimes de guerre, des déplacés et exilés=A0;
  • Ministère des Cultes.
c)=A0=A0L'initiative laissée aux parties représentées à la Table Ronde pour la désignation de leurs représentants au Gouvernement:

Avec l'avènement de ce nouveau gouvernement consacré en ce lieu hautement symbolique de la Fondation Félix HOUPHOUET-BOIGNY pour la Recherche de la Paix, la Côte d'Ivoire est maintenant engagée sur la voie de la réconciliation et de la reconstruction nationales.

Amédée COUASSI-BLE

* * *

Conseil des ministres du jeudi 20 mars 2003

Le second Conseil des ministres s'est tenu une nouvelle fois hier en l'absence des ministres issus des mouvements de la rébellion. Selon des sources bien introduites, les conciliabules entre "forces nouvelles" se poursuivaient au même moment dans leur fief de Bouaké.

Dès 11 heures, la Fondation Félix Houphouët Boigny devant abriter la cérémonie enregistre ses premières arrivées : diplomates, membres du Comité de suivi des accords de Marcoussis, personnalités politiques et journalistes de la presse nationale et étrangère.

A 12h 10, le Président de la République est annoncé. Les observateurs de la scène politique ivoirienne présents à Yamoussoukro s'impatientent. On s'interroge sur les chances cette fois de réunir tous les membres du gouvernement.

A 12h 40, l'appel des ministres devant la salle du Conseil vient de s'achever. On doit constater, hélas, l'absence des ministres de la rébellion.

12h 45 : Le Président de la République arrive dans la salle du Conseil des ministres, fait un tour de table pour saluer les ministres et tous les invités à cette cérémonie d'ouverture du second conseil des ministres du gouvernement de réconciliation nationale. Dans la salle o=F9 crépitent les flashes des photographes de la presse nationale et internationale, des sièges restent désespérément vides.

Le Chef de l'Etat ouvre la cérémonie par un discours de bienvenue et annonce l'ordre du jour. Volontairement allégé, il ne comporte que deux points.

Le Président du Comité de suivi, M. Albert Tevoedjre, intervient rapidement au nom du secrétaire général des Nations unies. Il remercie le Chef de l'Etat ivoirien pour ses efforts constants sur le chemin de la paix et espère vivement que ce jour, 20 mars 2003, sera heureux pour la Côte d'Ivoire et la résolution de la crise ivoirienne, une consolation pour la communauté internationale dont tous les efforts ont échoué pour éviter la guerre en Irak.

Reprenant la parole, le Président de la République a chaleureusement remercié tous les amis de la Côte d'Ivoire et a indiqué que son pays est résolument engagé dans la logique des accords de Marcoussis. Il a réitéré sa volonté de jouer entièrement sa partition en exhortant cependant les uns et les autres à faire preuve de souplesse afin de ne pas l'amener à devoir choisir trop souvent entre ces accords et la Constitution qui reste la boussole pour notre pays. Il a déploré l'absence des "forces nouvelles" avouant qu'il avait préparé un discours faisant l'éloge de "la paix des braves" qu'il n'aura malheureusement pas l'opportunité de lire ce jour. "Une autre fois, peut-être..." a-t-il espéré.

Faisant un tour d'horizon des conflits qu'ont connu d'autres états, il a relevé la chance que la Côte d'Ivoire a de s'en sortir aussi rapidement. Il a souhaité que le nouveau gouvernement se mette rapidement au travail pour relancer une économie qui a beaucoup souffert de six mois de guerre.

Remerciant le Chef de l'Etat pour son soutien au nouveau gouvernement, le Premier ministre, avec optimisme, a assuré que son équipe, qu'il s'évertuerait à réunir dans sa globalité très prochainement, a parfaitement conscience des défis qui l'attend et compte bien travailler à les relever avec l'aide de tous. Il a assuré que les tractations en cours avec toutes les parties sont en bonne voie pour lever tous les obstacles.

A l'issue de ce premier Conseil des ministres, Seydou Diarra a tenu une conférence de presse qui avait pour thème "Presse et Réconciliation nationale". Le nouveau chef du gouvernement a insisté sur l'importance de ce 4ème pouvoir. Il a invité la presse nationale à ne pas dévoyer la lutte qui s'engage pour gagner le pari de la réconciliation et a souhaité sa contribution plus active et plus résolue à l'instauration d'une paix définitive en Côte d'Ivoire.