Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : OCHA Rapport Hebdomadaire No. 51

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
18 au 24 décembre 2006

I. Situation politique et sécuritaire

Dans un communiqué publié le 21 décembre 2006, le parti politique Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) demande à ses membres de suspendre les manifestations de protestations prévues jusqu'à nouvel avis. Le 19 décembre 2006, les jeunes du RHDP sont descendus dans les rues de la ville d'Abengourou (Région du Moyen Comoé), ils ont dressé des barricades faites de pneus brûlés et d'immondices. Plusieurs écoles et commerces sont restés fermés.

Rappelons par ailleurs, qu'un décret présidentiel publié le 13 décembre 2006 interdit les manifestations sur la voie publique, dans le District d'Abidjan, pour la période allant du 15 décembre 2006 au 15 juin 2007.

Région des 18 Montagnes

Le weekend dernier a été encore agité entre les communautés Dioula et Yacouba de Teapleu. Un Dioula a été tué par des personnes non identifiées. L'ONUCI/UNPOL et le Conseil Général continuent les médiations en vue d'une entente entre les leaders des ces deux communautés. Des patrouilles conjointes BANBAT et La LICORNE continuent dans la zone.

Les Forces Nouvelles (FN) auraient proposé d'interpeller tout « dozo » (chasseur traditionnel) en arme et de l'extirper de la zone de confiance (ZOC) en cas de nécessité.

La situation demeure donc tendue à Fengolo. Au total 8 personnes disparues depuis le début du cycle de violence à Fengolo, dont 4 au courant de ce mois de décembre 2006.

Région du Moyen Cavally

Des coupeurs de routes, armés de fusils de guerre, demeurent très actifs dans la ZOC. Entre les 19 et 20 décembre 2006, des braquages auraient eu lieu sur l'axe Bangolo-Gohouo Zagna-Dieouzon. Les victimes, dont la plupart des commerçants ou des transporteurs, seraient dépouillées de leurs biens (cash et objets de valeur) par les agresseurs. Situation similaire dans la même nuit sur l'axe Dieouzon-Bahibly-Douekpé-Gonié Tahouaké-Boho1, où les actes de banditisme seraient à la base d'échanges des tirs au campement Seydou avec les « dozos ». A Guehiebly, une patrouille des forces impartiales aurait fait fuir des braqueurs sur l'axe Bangolo-Duékoué.

Les 19 et 20 décembre 2006, les Jeunes Patriotes auraient tenu des réunions respectivement à Bangolo et Duékoué. Ces réunions seraient en prévision d'une visite dans les deux villes, à une date non révélée, de la Confédération des Jeunes Patriotes (COJEP) d'Abidjan.

Compte tenu de la recrudescence de la criminalité à Duékoué, un couvre feu est en vigueur depuis mi-novembre, de minuit à 6h du matin. La prudence est recommandée au personnel humanitaire surtout en cette période de fêtes de fin d'année.

Bouaké

Depuis le 21 décembre 2006, des patrouilles mixtes ONUCI/UNPOL et FDS/FN se font dans la ville de Bouaké. L'opération pourra s'étendre sur toute la zone sous contrôle des Forces Nouvelles.

Odienné

Trois individus seraient détenus à la gendarmerie d'Odienné depuis le 19 décembre 2006. Suspectés d'opérer parmi les gangs de braqueurs, ils pourraient être déférés au tribunal de Bouaké dès la clôture des enquêtes en cours.

II. Situation Humanitaire

Accès humanitaire

La distribution des kits scolaires sous escorte de La Licorne

Selon le PNUD qui supervise les activités de distribution de kits scolaires dans le cadre de son programme de redynamisation de l'école dans la zone FN, les comités de distribution à Bangolo se font accompagner par la LICORNE dans les endroits peu sécurisés. Ce qui ralentit l'exécution du programme de distribution mis en place.

Mouvements de populations

Mouvement de retour continue

Le 20 décembre 2006, OCHA a effectué une visite de suivi sur l'axe Bangolo-Dieouzon-Douekpé-Gohouo Zagna. Il a été noté que les retours volontaires de populations se font de façon progressive et spontanée dans les localités telles que Douekpé et Gonié-Tahouaké. Dans la localité de Bahibly par exemple, les vendeurs affluent au marché et les activités ont repris normalement. Par contre à Dieouzon et à Boho1, les retours sont encore timides. Selon les discussions avec les personnes trouvées sur place, les populations ne seraient pas encore totalement rassurées au plan sécuritaire et pour ce faire préfèrent rester dans les campements. Au 20 décembre, les chiffres recueillis sont :

- Gonié Tahouaké : 2124 personnes dont 226 familles d'autochtones et 120 familles d'allogènes

- Douekpé : 163 familles d'autochtones

- Dieouzon : 20 familles

- Gohouo zagna : 890 familles, soit environ 8000 retournées et 600 allogènes

Notons que ces chiffres ont été donnés par les chefferies et nécessitent une vérification. Ce qu'il faut retenir est que les retours sont une réalité dans les villages et les identifications sont en cours au niveau de chaque village. A souligner aussi, la population allogène n'est pas prise en compte dans les chiffres de population retournée.

La plupart des villages restent visiblement peu habités ou presque. Les préoccupations pour le retour volontaire sont les mêmes: la sécurité, l'abri, les biens de première nécessité (ustensiles, lampes, nattes, etc.), la nourriture et les premiers soins de santé.

L'électricité a été rétablie dans les villages de Glopou, Béoué, Diaplean et Goya. Il reste Gonié Tahouaké, Baibly, Douekpé, Guezon Tahouaké et Dieouzon.

Sécurité Alimentaire/Agriculture

Au total 300 femmes réunies dans 15 groupements, ont reçu des kits maraîchers de la CARITAS, dans les villages des sous-préfectures de Sangouiné, Kouibly, Biankouma, Bangolo, Man, Gbonnê et Logoualé dans la région des 18 Montagnes.

Santé incl. VIH/SIDA

Un poste de santé ouvert pour les déplacés à Duékoué

En exécution des recommandations du groupe sectoriel Santé, un poste de santé provisoire a été ouvert le 18 décembre 2006 à Duékoué, au profit des déplacés de Toa Zéo, Blody et Yrozon. L'UNICEF a fourni des kits médicaux pour environ 10.000 personnes déplacées installées au quartier Carrefour de Duékoué, en attendant la sécurisation de leurs villages. Les meubles et équipements ont été offerts par l'ONG internationale CAP ANAMUR. Le District sanitaire de Duékoué a mis en place un infirmier, une sage-femme et un aide-soignant. Le chef du quartier a offert le local où se trouve logé le poste de santé provisoire, en attendant la remise officielle du dispensaire construit par la coopération belge. Le 19 décembre 2006, l'OIM a donné un lot de médicaments pour les premiers soins et l'ONG Save the Children/UK a livré divers sirops pour environ 1500 enfants et des comprimés de Paracétamol.

L'OMS rouvre son sous-bureau dans l'ouest

Deux staffs OMS ont été déployés à Duékoué pour assurer la présence de cette agence dans la zone ouest. Le bureau donnera un appui au District sanitaire et contribuera aux activités du groupe sectoriel Santé, eau et assainissement.

L'OMS a aussi renforcé son équipe à Bouaké avec le déploiement d'une nouvelle unité.

Des agents de santé communautaires formés à Bouaké

Au total 34 agents de santé communautaires de la localité de Djébonoua ont terminé la formation UNICEF sur la SASDE (Stratégie Accélérée pour le Suivi et le Développement du jeune Enfant). Un lot de 34 vélos et des cahiers leurs ont été remis au terme de la formation, afin de faciliter le travail de recensement des populations par ménage dans toute la zone d'intervention.

Eau et assainissement /Déchets toxiques)

Une mission de l'Autorité de Bassin du Niger (ABN) a séjourné dans la période du 20 au 21 décembre 2006 à Odienné dans le cadre de la présentation du projet ABN/FEM. Le projet Inversion des Tendances des Terres et des Eaux du bassin du fleuve Niger soutient la création d'activités permettant aux populations des zones traversées par le bassin de ce fleuve de se prendre en charge d'une part et de contribuer d'autre part à la restauration de la flore et de la faune de cette zone. La mission a évalué les capacités des organisations (ONGs et OBCs locales) qui travaillent dans la zone d'Odienné (ressources humaines, ressources matérielles, capacités d'intervention etc.). Le comité local de gestion a été installé, composé de 11 personnes avec qui l'Autorité du Bassin du Niger va travailler pour la mise en place de micro-projets dans le cadre de la lutte contre la pauvreté pour la protection de l'environnement. La mission envisage de conduire une mission similaire à Odienné.

Education

Région des 18 Montagnes

Le Japon appuie les cantines scolaires

La coopération nipponne soutient le programme intégré de pérennisation des cantines scolaires. Au total 1200 femmes réparties dans 107 groupements ont été appuyées par le PNUD et la DNC en outils et intrants agricoles pour mener des activités agricoles en appui aux cantines scolaires. Dans 89 villages dans la DREN de Man (couvrant les régions de 18 Montagnes et du Moyen Cavally), 400 hectares ont été mis en valeur pour une récolte prochaine de 45 tonnes de riz blanchi. Ces groupements sont également formés aux techniques de petit élevage. En perspective, le PNUD va identifier 200 groupements de femmes dans la région du Denguélé.

Distribution des kits éducatifs à Bangolo

Selon le PNUD, un lot de 18.750 kits scolaires, 750 kits enseignants et 63 kits récréatifs, a été distribué dans la sous-préfecture de Bangolo, malgré la situation sécuritaire volatile dans la région. Le comité de distribution composé des représentants des Inspections de l'Enseignement Primaire (IEP) et COGES, se fait accompagner de la Force Licorne dans les zones instables. Un lot de 72.000 kits est pré-positionné à Man pour la Direction Régionale de l'Education Nationale (DREN), et la distribution sera assurée par l'ONG International Friendship Service (IFS).

Remise des bâtiments scolaires réhabilités à Man et à Zou

L'ONG CARE International a réhabilité un bâtiment scolaire et l'a équipé de 60 tables-bancs pour les élèves de l'école primaire de Fagnampleu, village de la sous-préfecture de Man. Le 18 décembre 2006, l'ONG internationale IRC a remis officiellement 3 bâtiments scolaires entièrement réhabilités à Koulouan, Baibly et Phin Beoua, villages situés dans la sous-préfecture de Zou.

Région du Denguélé

Des vivres PAM pour les cantines scolaires à Odienné

Le 21 décembre 2006, le PAM/Odienné a réceptionné 80 kgs du lot de dattes offertes par le Royaume de l'Arabie Saoudite pour les cantines scolaires.

Le 19 décembre 2006, la Caritas a démarré la distribution des vivres du PAM pour les cantines scolaires d'Odienné. Plus de 400 tonnes métriques de vivres divers (dont 192 TM de farines de maïs ; 140 TM de riz ; 62,4 TM de haricot et 20,5 TM d'huile) sont destinées à 300 écoles de la DREN d'Odienné.

Protection et Cohésion Sociale

NFIs pour les femmes les plus démunies à Danané et à Man

Des kits d'hygiène composés de savon, seaux, serviettes hygiéniques, nattes ont été distribués à 123 jeunes filles, mères ou non, encadrées par l'ONG Save the Children/UK à Danané. Par ailleurs, 125 kits agricoles et autres ont été pré-positionnés à Man pour permettre à 50 femmes bénéficiaires d'exercer des activités génératrices de revenus dans les secteurs de l'élevage, le maraîchage, la pâtisserie et la fabrication de savon. Le programme vise la couche la plus vulnérable de la population particulièrement affectée par la crise et exposée à toute forme d'exploitation.

Des adolescents maliens rapatriés de Bouaké

Le 21 décembre 2006, l'OIM a rapatrié vers le Mali un groupe de 27 adolescents présumés victimes d'un réseau de trafiquants pour le travail d'enfants à Abidjan. Ces enfants avaient été confiés à l'UNICEF le 12 décembre 2006, trois jours après avoir été appréhendés dans un train en gare à Bouaké par les FDS/FN. Un comité composé de l'OIM, l'Unicef, OCHA, la section de Protection de l'enfance de l'ONUCI, le Consul du Mali et certains membres du gouvernement, de la police et de la gendarmerie, a coordonné les opérations d'assistance à ces adolescents dans le respect de droits de l'enfant.

Un projet pré DDR en cours à Man et Guiglo

Projet de réinsertion de 1.000 jeunes ex-combattants en cours d'exécution à Man et à Guiglo. Des cours d'alphabétisation et d'éducation civique leur sont d'abord dispensés. Ensuite, après des séances d'écoute, les jeunes sont orientés vers de métiers qualifiants dont la formation est assurée dans le centre. Le projet est financé par l'UE et reçoit l'appui du PNDDR. A la différence de ceux de Guiglo, les jeunes de Man au nombre de 500 ne sont ni désarmés, ni démobilisés. Après les séances de formation, ces jeunes rejoignent les camps. Des négociations sont en cours avec les autorités militaires FN pour la démobilisation de ces jeunes. Pour la GTZ, il s'agit d'une phase pilote qui doit préparer les ex-combattants au DDR.

Médiation inter-communautaire à Fengolo

Le 18 décembre, OCHA/Duekoué et l'ONG CARE International ont facilité une rencontre entre communautés autochtones et allogènes à Fengolo. Cette rencontre tenue en présence des représentants des deux communautés en conflits ainsi que du chef de canton et d'une notabilité au parlement a permis de rapprocher les parties et de rétablir la communication rompue depuis l'attaque de la nuit du 9 au 10 décembre 2006. Les deux parties ont été exhortées à oeuvrer dans le sens de la réconciliation à travers le comité de paix. Les 19 et 21 décembre 2006, les membres de ce comité, sous la facilitation de CARE International, ont organisé une rencontre devant définir les voies et moyens pour ramener le calme. Parmi les décisions prises, un accent particulier a été mis sur l'ouverture des voies pour une libre circulation des personnes et des biens. D'autres mesures visant la sécurité ont été prises par les autochtones, à savoir :

- Recenser en vue d'une identification des personnes nouvellement arrivées dans le camp des allogènes ;

- Obligation pour les allogènes de reconnaître l'autorité du chef de village ;

- Interdiction aux véhicules de transport de cacao et café de circuler au-delà de 22 heures, des villages vers Fengolo.

Le comité de paix, en liaison avec les jeunes, devra être pro-actif afin de prévenir et d'éviter les crises au sein des communautés.

Le cas des communautés Baoulé qui se sont depuis retirées dans leurs campements aux environs de Fengolo a été soulevé. Le comité de paix devra également en compagnie de CARE se rendre le 23 décembre 2006 dans les campements des Baoulés afin de négocier leur ralliement au processus.

Notons que la mise en application des mesures concernant la circulation des véhicules devra faire l'objet d'une analyse approfondie par le comité de paix.

Après cette série d'actions au niveau de Fengolo, CARE International en liaison avec le chef de canton et le comité de paix de Fengolo, engageront des actions pour rallier aussi les villages environnants tels que Diahouin (dont des jeunes avaient été pris et tabassés le dimanche 10 décembre 2006 par les jeunes allogènes de Fengolo) et Baoubly,etc. La même action s'étendra en direction de Toa zeo-Blody et Yrozon.

Mobilisation des ressources

Le CAP Côte d'Ivoire était financé à hauteur de 49%, au 24 décembre 2006. Sur les US $ 43,5 recherchés, US $ 21,4 millions ont été mobilisés.

Pour plus d'informations sur les contributions des donateurs, les niveaux de financement par secteur et par organisation veuillez consulter le site de reliefweb: http://www.reliefweb.int/rw/dbc.nsf/doc105?OpenForm&rc=1&cc=civ

Dates à retenir: Report au mois d'avril 2007 de l'Atelier Régional sur la Protection des Civils (OCHA/Dakar) prévu initialement du 6 au 8 février 2007

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.