Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : OCHA Rapport Hebdomadaire No. 48

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
27 novembre au 03 décembre 2006

I. Situation politique et sécuritaire

Au moins une personne tuée, de nombreux blessés et des d'importants dégâts matériels (source : présidence de la république) enregistrés à la suite des manifestations populaires organisées le 30 novembre 2006 dans les quartiers d'Abidjan ainsi que dans certaines villes du pays dont Yamoussoukro, Toumodi et Dabou. Les manifestants par ailleurs dispersés par la police exigeaient l'annulation des décrets signés le 26 novembre par le Chef de l'Etat, notamment celui qui réhabilitait trois hauts fonctionnaires de l'administration publique suspendus par le Premier Ministre en raison de leur implication dans le dossier sur les déchets toxiques. Ces décrets présidentiels limogeaient cependant deux responsables des médias publics accusés de traitement partial dudit dossier.

Escalade dans les relations entre le Groupe de Travail International (GTI) et le Président Laurent Gbagbo. A la base, les fermes recommandations contenues dans le communiqué final du GTI publié après la réunion du vendredi 1er décembre 2006. Le GTI a salué les recommandations de l'enquête sur les déchets toxiques. Il a « rappelé que la résolution 1721 s'impose à toutes les parties ivoiriennes qui ne peuvent se prévaloir d'aucune disposition juridique pour faire obstacle au processus de paix ». Le GTI se dit « déterminé à recommander au Conseil de Sécurité l'application des sanctions à l'encontre de toute personne qui entraverait (...) la mise en œuvre de la résolution 1721, y compris par des incitations à la haine et à la violence ». Le GTI a condamné particulièrement l'interdiction le 1er décembre 2006, faite par la Garde Républicaine au personnel de l'ONUCI en charge de la sécurité du Premier Ministre, d'accéder dans le périmètre de la Primature. « Les responsables de cet incident inadmissible feront l'objet d'un rapport au Comité des Sanctions du Conseil de Sécurité ».

Samedi 2 décembre 2006, le Comité de Gestion de la Sécurité (SMT) a pris des mesures préventives limitant les mouvements inter-urbains pour les staffs UN dans la zone gouvernementale aux stricts essentiels et au préalable à l'avis de l'Agent habilité. Ces mesures prévoyaient aussi le passage du code vert au code jaune entre 6h et 18 h dans les centres urbains à dater du lundi 4 décembre 2006.

Dans une déclaration publiée le dimanche 3 décembre 2006 soir à la télévision signée par le porte-parole du Chef de l'Etat, M. Tagro Désiré, la Présidence de la République a accusé le GTI « d'empêcher le fonctionnement des institutions (...) et de méconnaître la Constitution et les lois ivoiriennes », au moment où dans la résolution 1721 le Conseil de Sécurité a « affirmé la souveraineté des Etats membres et la primauté de la Constitution et des lois nationales sur les instruments internationaux, y compris sur les propres résolutions de l'ONU ». Le communiqué poursuit que « le Président de la République (...) dénonce l'appel et les encouragements à la violence » par le GTI qui, au passage « déclare comprendre les manifestations de rue », au lieu de les condamner. Le Président de la République envisage à son tour d' « informer » le Secrétaire général, les membres permanents du Conseil de Sécurité ainsi que les instances de l'Union Africaine de ce qu'il qualifie « de graves dérives du GTI ».

Calme précaire après une série d'affrontements intercommunautaires dès début novembre dans la région du Moyen Cavally (ouest de la CI), Département de Duekoué notamment en Zone de Confiance sur l'axe Duekoué-Blody, Toa Zeo-Guinglo, Zia -Bagohouo (cf. Rapport hebdomadaire n°47). En relation avec ces événements, au total 9 suspects seraient détenus au commissariat de police de Duékoué. Des cas de banditisme et d'extorsions par des hommes armés sont signalés. Notamment le braquage d'un Burkinabé blessé à l'arme blanche puis dépouillé d'une importante somme d'argent sur l'axe Kahin-Lobikro (dans la zone de confiance). On observe encore la présence de dozos qui se livreraient à des actes de torture et d'intimidation sur les populations allogènes de l'axe Toa Zéo-Blody-Yrozon. A Bagohouo (3 kms de Yrozon) où est positionnée une section du contingent Pakistanais, un comité local d'auto-défense a été organisé par les villageois.

Montée de cas de banditisme dans la ville de Korhogo et environs par la résurgence de coupeurs de route et visiteurs à domicile armés opérant parfois à la lumière du jour. Le 29 novembre, un chauffeur employé par une firme de téléphonie cellulaire a été blessé par balle à la jambe par quatre bandits qui tentaient de lui extorquer son véhicule à 15 kms ouest de Korhogo sur l'axe Boundiali.

Cas de vol signalés dans un centre de santé réhabilité par l'UNICEF dans le village de Bendèkouassikro (axe Bouaké-Sakassou) et dans une maternité dans le quartier d'Ahoungnansou (Bouaké ville). Argent et médicaments emportés.

Dans la nuit du 26 au 27 novembre 2006 vers 4 heures du matin au quartier Diuoulabougou (Man), trois individus cagoulés en uniforme qui prétendument s'apprêtaient à commettre un vol par effraction ont échangé des tirs avec les services de sécurité des Forces Armées de Forces Nouvelles (FAFN). Un passant pris entre les feux a été mortellement atteint. Les malfrats auraient réussi à prendre la fuite. Une enquête a été diligentée par les FAFN. Au matin du 30 novembre, un groupe de coupeurs de route a attaqué un minibus à Bombelo (30 Km nord sur l'axe Biankouma). Une équipe de la section électorale de l'ONUCI qui se dirigeait sur le même axe a annulé la mission et retourné à Man. Certains objets de valeur auraient été emportés par les assaillants. Des témoins déclarent avoir vu un groupe de personnes armées opérant à Man qui se serait transporté sur les lieux de forfait à bord d'une voiture Mercedes noire. D'autres cas d'attaque par coupeurs de route ont été aussi reportés à Piné (près de la frontière guinéenne) et à Koua (axe Senguela). A Danané (ouest de Man), on a vécu une tentative d'attaque armée en pleine journée. Par ailleurs, on rapporte que les FAFN auraient abattu le 1er décembre à Bambelo, un chauffeur suspecté d'avoir déployé les coupeurs de route dans ce village.

Les analyses montrent que ces cas pourraient se multiplier en ces périodes de fêtes de fin de l'année. Prudence et vigilance recommandées.

Désarmement Démobilisation et Réhabilitation (DDR)

Ouverture lundi 27 novembre 2006 à Yamoussoukro du séminaire consacré à la réinsertion/réintégration des ex-combattants. Le Premier ministre Charles Konan Banny qui a ouvert les travaux a félicité et encouragé les préfets, les présidents de conseils généraux, les députés, les maires, les chefs coutumiers et tous les autres partenaires du Programme national de désarmement, démobilisation et réinsertion (PNDDR) pour leur participation à ces assises. Le général Gaston Ouassénan Koné, coordinateur du PNDDR a quant à lui précisé que la réinsertion ne concerne pas seulement les ex-combattants mais s'adresse également à tous les autres jeunes du pays. Le président du comité d'organisation, Jean Paul Malan a noté que les conclusions des travaux doivent aider à une mise en œuvre efficace du programme d'insertion et de réinsertion des jeunes Ivoiriens dans le tissu socio-économique. Au cours des travaux en plénière, le Chef de la Division Désarmement démobilisation, et réinsertion (DDR) de l'ONUCI, Jean-Luc Stalon, a entretenu les séminaristes sur les conditions d'une réinsertion réussie, qui passe notamment passe par la recherche d'un consensus sur l'importance, le sens et les défis de cette étape du processus de paix. M. Stalon a conseillé la création d'un réseau comprenant les ex-combattants, les autorités locales, les populations, les autorités gouvernementales, les bailleurs de fonds. La principale tâche de ce réseau sera de rechercher les clés du succès des programmes retenus. «Le succès du processus DDR en général, a-t-il indiqué, comme celui de la phase critique qu'est la réinsertion, dépend étroitement de la fiabilité de la programmation faite du profilage des ex-combattants, afin que la phase de réinsertion ne soit pas un échec en raison de l'inflation des effectifs, de la disproportion entre la programmation, les besoins réels ou supposés, et les ressources qui, elles, ne sont pas illimitées». L'orateur a souligné que la création d'un tel réseau nécessite « un climat politique apaisé et un environnement général convivial. Le DDR n'est pas un programme de lutte contre la pauvreté. Il s'agit d'un processus principalement militaro-politique qui vise les combattants et leurs armes». Il a conclu que l'équité et la justice dans l'accès aux programmes sont d'une grande importance dans la réussite de la réinsertion.

II. Situation Humanitaire

Accès humanitaire

Le 29 novembre 2006, les Forces Nouvelles ont annoncé, à la demande d'OCHA/Korhogo, la levée de sa décision qui envisageait le paiement des laissez-passer pour la circulation des véhicules humanitaires dans la zone sous leur contrôle. Ces autorisations continueront donc d'être délivrées gratuitement.

Les conditions sécuritaires précaires dans le Moyen Cavally et le Bas Sassandra ont fortement contribué à la réduction des activités humanitaires sur terrain. Les ONG CAP ANAMUR et CARE International n'ont toujours pas accès à l'axe Toa Zéo-Blody-Yrozon. Une mission conjointe envisagée par l'ensemble des acteurs humanitaires pour le vendredi 1er décembre 2006 a été annulée en raison des mesures préventives de sécurité prises par le SMT à Abidjan restreignant les mouvements sur le terrain. Afin d'éviter toute mauvaise interprétation sur les raisons de cette annulation, OCHA/Duekoué et PAM/Guiglo ont rencontré le chef des milices AP-WE sur recommandation de la réunion inter agence du 29 novembre. Au cours de cette rencontre, le chef AP-WE a annoncé qu'il préparait des représailles sur les allogènes et les dozos habitant les villages sur l'axe Toa zéo-Blody-Yrozon, alors que les autochtones chassés se sont réfugiés à Duekoué. Il a affirmé qu'il est temps d'en finir avec ceux qui tuent les Wê, qui ont commis la seule faute d'avoir accueilli sur leurs terres les allogènes et leur ont offert des espaces cultivables. Il a menacé de s'en prendre à tout chef de village qui accepterait encore une réconciliation avec les allogènes et d'être prêt à empêcher toutes actions humanitaires dans ce sens. Les discussions et les appels au calme et à la raison de la délégation des humanitaires ont permis de le ramener à la compréhension et obtenir de lui le feu vert pour l'accès des humanitaires en vue de poursuivre les activités de réconciliation et d'assistance dans la zone, afin que les déplacés puissent retourner dans leurs villages respectifs.

Mouvements de populations

Les populations nouvellement déplacées par les incidents sécuritaires de Toa zéo-Blody-Yrozon se retrouvent dans les familles d'accueil de Duékoué. L'UNHCR a commencé leur identification. Les cas vulnérables seront ainsi identifiés pour possible action humanitaire commune.

Les affrontements internes sanglants au sein de la communauté burkinabé, entre les partisans et les opposants à la présence des dozos à Toa zéo ont occasionné l'expulsion du village par le reste des burkinabé du groupe ethnique Gouroussi (4 ménages identifiés). Les membres de ce groupe de burkinabé auraient à leur tête le président des jeunes burkinabé, les farouches opposants à la présence des dozos. On ignore encore où pourraient se trouver ces autres déplacés. Fuyant les traitements des dozos, un certain nombre d'allogènes auraient trouvé refuge dans des villages et campements plus sécurisés du côté nord de la zone. Aucun chiffre les concernant n'est dès lors disponible.

Sécurité Alimentaire/Agriculture

Du 27 au 30 novembre, une mission conjointe FAO-PAM-Ministère de l'agriculture et Ministère de la production animale et des ressources halieutiques a séjourné dans la Région des savanes dans le cadre de l'évaluation nationale des récoltes 2006 de produits vivriers et de rente. L'évaluation a concerné notamment les localités de Korhogo, Ferkéssedougou et Boundiali. Elle avait pour objectif de faire un état des lieux afin de réorienter les programmes d'assistance alimentaire en 2007. La mission a eu une séance de travail le mercredi 29 novembre avec les acteurs du groupe sectoriel sécurité alimentaire/nutrition et a revu la situation de la production vivrière de l'année en cours notamment les questions de la pluviométrie, l'accès à la terre, les spéculations et surfaces emblavées, l'accès aux intrants et la main d'œuvre, les résultats et l'utilisation de récoltes, l'agriculture de rente, l'élevage et l'encadrement.

Le 1er décembre 2006, la FAO et le PAM ont finalisé la validation des listes de 940 bénéficiaires de leur programme conjoint de contre saison. Les livraisons de kits ont été effectuées dans les départements de Ferkéssedougou (Niéllé, Ouangolo, Kong et Ferké) , Korhogo (Sinématiali, Koni) et Boundiali (Siempurgo). Dans la région du Zanzan, les 400 ménages retenus dans les S/P de Bouna et Doropo ont également reçu durant cette semaine, leurs kits après validation de leurs listes.

Le mardi 28 novembre, la FAO a remis 4000 sacs vides (capacité 25kgs) à son partenaire local BFCD pour conditionnement de semences issues du projet de multiplication de semences à base communautaire. Les agences/ONGs ont été encouragées à acheter des semences( maïs et riz pluvial )de qualité dans le cadre de leurs programmes.

Au total 250 mères sur les 490 prévues ont reçu des kits maraîchers FAO comprenant des semences de produits maraîchers et du petit matériel. Ceci après des séances de formation prévues en éducation nutritionnelle et technique culturale dans quatre CNT/CNS de la région des savanes.

La FAO est à la phase du dépôt et de la distribution des kits agricoles relatifs au programme de contre saison dans les villages de Duékoué, Bangolo, Bloléquin et Toulepleu. Le 23 novembre, elle avait organisée une séance de travail avec les membres du groupe sectoriel sécurité alimentaire, en collaboration avec OCHA, en préparation de la collecte d'informations pour la mission d'évaluation des récolte 2006 qui séjournera dans le Moyen Cavally le 6 décembre 2006. Une cartographie des activités menées depuis 2003 en faveur des populations du Moyen Cavally est envisagée ainsi qu'une cartographie des poches de vulnérabilité.

Le PAM a apporté depuis le 11 novembre 2006, une assistance à 221 femmes de Fengolo en appui au programme maraîcher de la FAO (protection des semences). Dans son programme nutritionnel et celui des personnes vivant avec le VIH/SIDA, une formation a été organisée à Man à l'endroit du personnel du PAM et de ses partenaires.

Au cours de la réunion du groupe sectoriel sécurité alimentaire et nutrition, un accent particulier a été mis sur les perturbations climatiques observées cette année. Il a été en outre question de criquets puants en migration dans la région qui risqueraient de ravager les récoltes. Selon ANADER (structure gouvernementale qui entre autres assure l'encadrement technique des agriculteurs), les populations retournées au nord de Bloléquin (CIB) et ceux situés à l'est sur l'axe Guiglo (Kaadé et Bédy Goazon) auraient besoin d'engrais et de pesticides pour combattre les parasites qui attaquent les pieds de café et cacao abandonnés depuis 4 années.

FAO/Man a poursuivi, dans les villages autour de Danané, Mahapleu et de Sanguiné, la distribution des kits maraîchers composés de pulvérisateurs, arrosoirs, houes, binettes et semences maraîchères. La même activité a débuté dans les départements de Séguela et de Touba. Au total 4400 bénéficiaires sont ciblés.

Santé incl. VIH/SIDA

Clôture de la formation de 102 agents de santé sur l'utilisation des algorithmes et la prise en charge du paludisme dans les 5 districts sanitaires de la région des Savanes. Cette formation qui s'est déroulé du 20 au 29 novembre 2006 était assuré par 15 formateurs, à savoir le directeur régional, les directeurs départementaux et les chargés de la surveillance épidémiologique à Korhogo, qui étaient au préalable formés par le ministère de la santé et de l'hygiène publique avec l'appui de l'UNICEF.

Lundi 27 novembre, l'UNICEF a mis à la disposition des cinq districts sanitaires de la région des savanes, 100 bouteilles de gaz dans le cadre de maintien de la chaîne de froid du PEV dans les centres de santé.

Des activités commémoratives de la Journée mondiale SIDA ont été organisées à travers le pays notamment à Bouaké, Korhogo, Man et Duékoué. Des séances de formation et d'éducation populaire par des sketches et projection de films documentaires ont été organisées par OIM/AWECO, RALSIK, CARE/PEPFAR/COLSIM, COVABLSI, Fonds Mondial, CARITAS, IDE Afrique, MSFB et PAM.

Du 1er au 3 décembre 2006, le Ministère de la Santé et de l'Hygiène Publique avec l'appui de l'UNICEF et HKI a organisé des Journées Locales de Nutrition, avec pour but d'administrer le supplément en VitA aux enfants de 6 à 59 mois dans 32 Districts Sanitaires dans les régions d'Agneby, Lagune 1 et 2, Sud Bandama, Région des lacs, Denguele, Zanzan, Savanes, Fromager et Montagnes .

Le 30 novembre, UNICEF/Man a organisé la formation sur la technique PHAST à l'attention des agents délégués par 6 ONG locales (CARITAS, ASAPSU, CIC, ONEF, ODAFEM et IFS). Il est prévu que les personnes formées aillent restituer les connaissances acquises auprès des groupements ruraux.

Eau et assainissement /Déchets toxiques)

L'ONG ACF vient d'achever à Odienné, la construction d'un forage dans le cadre de son programme d'hydraulique villageoise améliorée.

Education

Dans un communiqué rendu public le 1er décembre 2006, les enseignants du secteur primaire annonce le maintien de leur grève et dément ainsi l'idée de toute reprise des enseignements tel que déclaré par le Ministre de l'enseignement primaire.

Dans son programme de cantines scolaires, le PAM vient de démarrer la distribution des kits de cuisine par le département de Touleupleu. Ces kits sont officiellement remis aux autorités desdits départements. La distribution des vivres interviendra incessamment..

L'ONG Save the Children Suède a distribué à ce jour 988 kits scolaires sur 1260 prévus dans la région des savanes. Ce programme vise à améliorer l'accès à l'éducation de base de qualité aux enfants touchés par la crise dans la DREN Korhogo.

Le 29 novembre 2006, l'UNICEF a remis 265 kits scolaires à l'ONG locale Nandjémin pour les orphelins et enfants infectés et affectés par le VIH (OEV) de Korhogo, Napié, Ferké et Komborodougou. L'ONG CARE International a offert aussi 7 kits scolaires à la même occasion.

Pour son programme de cantine scolaire, PAM/Man a distribué les vivres ainsi qu'un important lot de matériel de cuisine aux écoles. L'ONG Save the Children venait d'achever la distribution de kits scolaires à Danané, à Yeileu et à Zouan-Hounien, au profit de 5 écoles formelles (1450 enfants) qui étaient initialement ciblées. On indique que les besoins dans le secteur éducatif demeurent encore importants dans cette zone.

L'ONG Care Internationale vient de remettre 3 salles de classes et 60 tables-bancs aux responsables de l'éducation et à la communauté du village de Fagnapleu. Trois étangs piscicoles ont aussi été réhabilités en faveur de cette population.

Protection et Cohésion Sociale

OIM continue ses activités d'assistance et de protection aux déplacés du CATD par la distribution de vivres et de kits d'hygiènes et distribution générale de savon. En partenariat avec UVPAP (ONG locale), un tournoi inter-canton est organisé afin de regrouper et réconcilier les différentes communautés. Les pairs éducateurs continuent leurs sensibilisations communautaires sur le retour des déplacées allogènes dans les villages de Mona, Zouan, Kaadé, Zeaglo, Bedy Goazon et Douedy Goazon

Le 30 novembre 2006 à Fengolo, l'ONG CARE International a procédé à la remise des clés aux 30 premiers bénéficiaires des 180 maisons qui étaient prévues d'être réhabilitées à la fin 2006. Des kits comprenant certains articles ménagers (NFIs) (seaux, cuvettes, gobelets, assiettes plastiques, marmite, casseroles, nattes et moustiquaires) ont leur ont été aussi remis.

Psychose à Bouaké liée à une rumeur sur les enlèvements d'enfants (cf. Rapport hebdomadaire n° 47 du 12 au 26 novembre, p.2, para 3), les tueries accompagnées d'extraction de certains organes et de sang des victimes. On soutient que la rumeur s'était à la suite de l'assassinat d'une jeune fille à qui on aurait extrait certains organes. Des investigations menées par des partenaires des droits de l'homme ONUCI-DH et CICR ont confirmé le meurtre dont le corps est resté intact.

L'ONG Save the Children a achevé la distribution de 270 kits de réintégration des Enfants associés aux forces et groupes armés (EAFGA). Au total 10 localités dont 5 de la région des 18 montagnes et 5 de Moyen Cavally ont été touchés par ce programme. Save the children a aussi terminé la distribution des kits d'éducation en faveur des centres d'enseignement informel encadrant plus de 1500 enfants. Un groupe de 10 centres socio - récréatifs a été doté de kits récréatifs par Save the children. Un lot de 40 vélos a été enfin distribué aux 20 comités villageois de protection.

Mobilisation des ressources

Le CAP Côte d'Ivoire était financé à hauteur de 48%, au 3 décembre 2006. Sur les 43 523 872 dollars américains recherchés, 21 095 314 dollars américains ont été mobilisés.

Pour plus d'informations sur les contributions des donateurs, les niveaux de financement par secteur et par organisation veuillez consulter le site de reliefweb: http://www.reliefweb.int/rw/dbc.nsf/doc105?OpenForm&rc=1&cc=civ

Dates à retenir:

6 au 8 décembre 2006 : Atelier sur les principes directeurs relatifs aux déplacements internes (OCHA Côte d'Ivoire).

Report au mois d'avril 2007 de l'Atelier Régional sur la Protection des Civils (OCHA Dakar) prévu initialement du 6 au 8 février 2007

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.