Côte d'Ivoire + 1 more

Côte d'Ivoire : OCHA Rapport hebdomadaire No. 11

Source
Posted
Originally published
10 - 17 juillet 2005

I. Situation politique et sécuritaire

Dans son message à la Nation du vendredi 15 juillet 2005, le Président Laurent Gbagbo, en vertu des pouvoirs que lui confère l'article 48 de la Constitution, a pris les décisions d'amender les textes législatifs portant sur: 1) Le financement sur fonds publics des partis et groupements politiques et des candidats à l'élection présidentielle; 2) L'identification des personnes et le séjour des étrangers en Côte d'Ivoire; 3) La Commission Nationale des Droits de l'Homme de Côte d'Ivoire (CNDHCI); 4) La composition, l'organisation, les attributions et le fonctionnement de la Commission Electorale Indépendante (CEI); 5) Les dispositions spéciales en matière de naturalisation; 6)Le Code de la nationalité. Toutes ces décisions, qui ont force de loi, prennent effet à compter de ce jour, 15 juillet 2005. Toutefois, le contenu de ces lois est toujours en attente de diffusion.

Cette semaine, des cas d'exactions et des meurtres ont été signalés dans la région de l'ouest, dans les villes de Danané, et de Duékoué. Deux cas de meurtre ont endeuillé la ville de Duékoué. Selon les autorités locales et l'ONUCI, deux personnes (un commerçant malien et un bijoutier sénégalais) ont été tuées par balles pendant la nuit dans les quartiers ''Belle vue'' et Latif. Par ailleurs, le 12 juillet 2005 les Forces impartiales ont indiqué qu'une femme a été égorgée et son mari blessé, tous deux de la communauté Yacouba, par un ressortissant burkinabé dans le village Trogui, dans la sous-préfecture de Danané. Pendant qu'à Guiglo plusieurs cas des rackets sur des piétons et cyclistes menées par des jeunes miliciens aux heures tardives et matinales.

La diffusion en modulation de fréquence (FM) de Radio France Internationale (RFI) sera suspendue en Côte d'Ivoire à partir de vendredi 15 juillet 2005 à minuit jusqu'à nouvel ordre en raison du « traitement non professionnel » de l'actualité ivoirienne, annonce jeudi un communiqué officiel. Pour justifier sa décision, le Conseil national ivoirien de la communication audiovisuelle (CNCA) reproche à RFI la couverture de deux événements récents par « des sources non équilibrées ». Le premier concerne la mort le 02 juillet 2005 du colonel ivoirien Bakassa Traoré, quelques jours après son interpellation par des militaires à la sortie d'un dîner à la résidence de l'ambassadeur de France à Abidjan. Le deuxième événement est relatif aux tueries début juin à Duékoué, dans l'ouest de la Côte d'Ivoire, qui ont fait une centaine de morts. Le CNCA reproche à RFI d'avoir fait état d'un rapport de l'ONU qui incriminerait les autorités ivoiriennes mais l'ONUCI a démenti l'existence de ce rapport.

II. Situation Humanitaire

Accès Humanitaire

Après une réunion avec le personnel de OCHA à Man, les Forces Nouvelles ont arrêté les fouilles des véhicules des Nations Unies aux barrages de Logoualé, par contre les ONGs sont encore sujets à ces fouilles. Les acteurs humanitaires avaient été sujets à des fouilles régulières et à des contrôles d'identité.

Mouvement des personnes déplacées internes

A Duékoué, on note un mouvement continu de retour des populations déplacées vers les quartiers de la ville et vers certains villages sécurisés comme Baoubli. Cette semaine on a estimé à 3.000 les déplacés encore sur le site de la mission catholique, contre 5.000 la semaine dernière. Ces 3 000 déplacés restant sur le site sont essentiellement des ressortissants de Fengolo, Petit Duékoué et Guitrozon.

Eau et Assainissement

A Bouna, seule une partie de la population de la ville dans les quartiers en aval de la ville arrivent à recevoir l'eau courante; le niveau d'eau dans le château étant trop bas pour desservir toute la ville. Par ailleurs, malgré les prix étudiés, les populations ont des difficultés pour acheter les pièces détachées des pompes mises à la disposition de la Caritas (une ONG intervenant à Bouna) par l'UNICEF. A Téhini, (à la pointe nord-est) le château d'eau n'est plus fonctionnel et il n'y a qu'une seule pompe fonctionnelle sur 7.

Selon des informations reçues du PAM suite à la mission à Niakara et Katiola, la fourniture de l'eau dans ces localités s'est considérablement améliorée après les dernières pluies. La population rencontre de moins en moins de difficultés dans l'approvisionnement en eau courante. Par contre à Bouaké, les coupures d'eau persistent dans certains quartiers. Cette situation serait due à des problèmes techniques.

OIM Guiglo a effectué une mission d'évaluation des forages et des puits à Fengolo. Les résultats de la mission sont les suivant : trois (3) forages d'eau dans le quartier non-Guéré dont deux (2) fonctionnels, un (1) hors d'usage. Selon les analyses faites, l'eau des forages est de bonne qualité. Sur la trentaine de puits que compte au total toute la localité de Fengolo, seules trois (3) sont les plus sollicités. L'analyse des eaux de puits présente une eau peu potable à cause de la proximité des douches et latrines. En guise de réponse, l'OIM va très prochainement réhabiliter un (1) forage dans le quartier Guéré (autochtones), construire un (1) nouveau forage dans le quartier Dioula (allogènes). Ces interventions bénéficieront de l'appui technique de UNICEF avec la mise à disposition de la foreuse.

Le 12 juillet 2005, CARE International, sollicité par le village de Bouagleu, dans la sous-préfecture de Danané, a entrepris, des actions de réparation d'une (1) pompe hydraulique villageoise dans cette localité.

Santé, incl. Nutrition et VIH/SIDA

L'UNICEF a ouvert une antenne à Bouna. En plus des nombreuses activités de formation et d'appui pour l'amélioration de l'accès aux soins de santé, le district sanitaire, la PMI et la maternité du CHR de Bouna ont été réhabilités et équipés de matelas. Il faut ajouter qu'un réservoir souple d'eau de 5 000 litres a été installé à la maternité pour l'approvisionnement en eau. Malgré ces actions, des problèmes subsistent encore, notamment le manque de personnel qualifié dans les formations sanitaires.

MSF-F continue à prendre en charge les enfants malnutris dans son Centre de Nutrition Thérapeutique de Guiglo. Le 12 juillet 2005, Le centre nutritionnel ouvert par UNICEF à l'hôpital général de Duékoué a accueilli cinq (5) enfants. En outre, dans la région de Man, les chiffres dans les trois (3) Centres de Nutrition Supplémentaire (CNS) de ACF sont en régression à la date du 11 juillet 2005. Par contre pendant la semaine du 02 au 09 juillet 2005, le Centre de Nutrition Thérapeutique (CNT) de Zouan-Hounien a reçu 19 nouveaux cas dont 11 ont recouvré la santé et 1 transféré à l'hôpital de Danané géré par MSF/Hollande.

Protection

L'enregistrement des naissances est l'une des préoccupations majeurs des autorités et populations rencontrées de Bouna. En effet aucun acte de naissance n'a été délivré dans la zone depuis le début de la crise en septembre 2002.

Une mission conjointe UNICEF, Save the children, IRC, ONUCI, PNDDR et les Ministères de la Justice, de la Famille et de l'Enfant, de la Solidarité étaient à Korhogo le jeudi 14 juillet, dans le cadre de la planification intégrée du DDR enfants soldats. L'objectif général de cette mission était d'avoir une meilleure connaissance du processus DDR avec une attention particulière pour les enfants. Une réunion a eu lieu avec les divers acteurs, à l'ANAED (Association Nationale d'Aide à l'Enfance en Danger), pour discuter de la possibilité d'ouvrir un Centre Technique d'Observation (CTO) à Korhogo.

Le HCR a repris avec son programme de réinstallation des réfugiés libériens aux USA. Cette semaine plus de 300 réfugiés libériens ont quitté Guiglo pour Abidjan pour passer les interviews à l'Ambassade des USA. En marge de ce programme, cette semaine le HCR a continué son programme de rapatriement volontaire de plus de 200 réfugiés libériens de la zone de Bin Houyé vers le Libéria. On compte aujourd'hui près de 7 000 réfugiés libériens rapatriés depuis le début de cette opération.

Education

A Bouna, la collaboration de l'UNICEF et du PAM a permis, au système éducatif de fonctionner malgré les nombreux problèmes engendrés par la crise. Seulement 18 écoles sur les 65 dont une maternelle (privée) fonctionnent, avec un effectif de 3 415 élèves représentant le tiers des élèves avant crise. Ces élèves sont encadrés par 47 enseignants titulaires et 24 bénévoles au lieu de 247 enseignants avant la crise. Les besoins pour l'année scolaire 2005-2006 sont les suivants : les kits scolaires, les latrines et les points d'eau des écoles, les équipements de bureaux de l'administration, et les table-bancs. Du côté de Téhini (70 Kms de Bouna), la situation est encore plus préoccupante avec seulement une école ouverte sur 14, avec un effectif de 250 élèves. Selon l'ONG MOREB à Bouna, les zones rurales les écoles de Kalamou et Vonko respectivement à 45 et 30 Kms de Bouna) fonctionnent avec seulement des enseignants bénévoles.

Les résultats provisoires du BAC 2005 ont été publiés ce lundi dans toute la région de l'ouest. Les pourcentages des résultats de 2004 et 2005 montrent une chute dans le rendement des élèves. Cette chute, serait liée aux nombreuses interruptions et à la situation de crise récurrente dans la région ouest.

Sécurité Alimentaire

Dans ce domaine, Le sous-bureau OCHA/Korhogo indique que la situation reste préoccupante avec des prix élevés sur les marchés de Bouna où la tine de 7 kgs de maïs varie en ce moment entre 1800Fet 2000F alors que l'année passée, à la même période, elle coûtait 1100F contre 500F pendant les périodes d'abondance. Bouna qui a toujours été une grande zone de production d'ignames ne l'est plus car les paysans, réduisent leurs productions, par manque de débouchés. A Téhini, la sécurité alimentaire est menacée à cause de la mauvaise pluviométrie. La période de soudure s'annonce dure. L'infirmier a signalé qu'il reçoit régulièrement des cas de malnutrition, chez les enfants de 0 à 14 ans et anémies surtout chez les femmes enceintes et les nourrices, par manque d'alimentation équilibrée.

Du 11 au 13 juillet 2005, le Sous-bureau du PAM/Bouaké a effectué une mission de suivi et d'évaluation des cantines scolaires dans les localités de Niakara et Katiola. Le constat général est le suivant : les écoles disposant de cantines en leur sein ont pu maintenir les enfants à l'école tout au long de l'année scolaire.

A Duékoué, le PAM a achevé sa distribution à la mission catholique. Selon les statistiques, 5 665 personnes ont bénéficié des vivres mais des besoins subsistent encore chez certaines personnes vulnérables qui n'ont pas été ciblées par cette distribution, notamment des personnes âgées. Des doléances ont été portées à la connaissance du PAM pour une assistance particulière et exceptionnelle à ce groupe.

A Man, la FAO a procédé à la distribution de semences de maïs à 55 personnes de la localité de Flanpleu, dans la sous-préfecture de Danané. 550 kgs de maïs ont été mis à la disposition des paysans, soit 10 kg par personne pour une superficie cultivable estimée à environ 27.5 hectares. Le 14 juillet 2005, le PAM a mis à la disposition des déplacés du Palais de Justice des vivres pour 2.500 personnes.

III. Coordination Humanitaire

Il est important de noter qu'à Man, la question de l'eau persiste toujours et cela a encore été débattu lors de la réunion de coordination du 15 juillet 2005 au cours de laquelle, la force française de maintien de la paix a demandé qu'un calendrier pour la résolution du problème d'électricité lui soit mis à disposition dans les meilleurs délais. A défaut, elle se verra contrainte de retirer ses générateurs. OCHA-CI a mené un plaidoyer auprès de la CIE (Compagnie Ivoirienne d'Electricité) pour le remplacement des câbles défectueux et a exhorté les autorités des Forces Nouvelles à convaincre les populations à payer leurs factures d'électricité.

L'USAID et ACF ont effectué une mission à Korhogo du 14 au 17 juillet 2005 en collaboration avec OCHA et le PAM en vue d'évaluer la situation humanitaire de la zone et en particulier la situation de l'eau. La mission s'est rendu au centre nutritionnel de la Croix Rouge locale à Korhogo et au centre de santé de Dikodougou (environ 50 km au sud de Korhogo) qui assistent les femmes et enfants souffrant de malnutrition en partenariat avec le PAM/korhogo. Des rencontres avec le CICR, le cabinet civil des Forces Nouvelles, la Force française de maintien de la paix, l'O.n.g. ARK (Animation Rurale Korhogo) et les acteurs du groupe sectoriel « eau et assainissement » pour mieux apprécier la situation humanitaire de la zone et le secteur de l'eau en particulier.

OCHA ouvrira une antenne à Bouna début septembre.

IV. Mobilisation des ressources (17 juillet 2005 selon FTS)

Pas de nouvelles contributions sur « Financial Tracking Service » (FTS)

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.