Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire: Manifestations à Abidjan - Déclaration du Ministre délégué à la Défense

Source
Posted
Originally published
Bertin Kadet (ministre délégué à la Défense) : "Que toutes les couches sociales s'abstiennent de manifestations"
Suite aux événements survenus à Abidjan et à l'intérieur du pays, le ministre délégué à la Défense et à la Protection civile, M. Berin Kadet, a fait la déclaration qui suit :

"Mardi 28 janvier 2003, à l'instar de toutes les villes de Côte d'Ivoire, la ville d'Agboville a été le théâtre de marches et de protestations pour marquer le mécontentement des populations suite à certaines dispositions contenues dans les accords de Linas-Marcoussis. Dans la quartier de Dioulakro (Agboville), la manifestation a été infiltrée par des bandes incontrôlées, ce qui a eu pour effet de provoquer de violents accrochages entre des groupes. Le bilan de ces affrontements est de 50 blessés dont un Lieutenant de police chargé du maintien de l'ordre et, également, des dégâts matériels importants.

Dès que j'ai été saisi de cette situation, j'ai immédiatement fait survoler la ville par un hélicoptère de reconnaissance afin d'apprécier l'ampleur des évènements. Concomitamment, j'ai fait dépêcher 150 gendarmes en renfort des forces locales de la ville.

Les autorités administratives, politiques et militaires ont rencontré les parties en conflit afin de dissiper les malentendus.

A l'heure o=F9 je vous parle, la situation est entièrement maîtrisée, la sécurité de la ville et de ses habitants renforcée.

Le gouvernement déplore cette situation et adresse toute sa compassion aux familles éplorées ainsi qu'à tous ceux qui ont subi des désagréments.

C'est le lieu de rappeler à toutes et à tous que, face à la crise que connaît notre pays, la Côte d'Ivoire, le gouvernement est engagé dans la voie de la négociation. C'est cette option qui a conduit aux discussions d'Accra, d'Abidjan, de Lomé, de Dakar et qui se sont poursuivies en France, à Linas-Marcoussis et à Paris.

Revenu de la conférence de Paris sur le règlement de la crise, le dimanche dernier (26 janvier), le Chef de l'Etat a entrepris une campagne de consultations de toutes les couches socio-professionnelles du pays et pourra livrer un message à la nation les jours à venir.

Dans l'attente de sa déclaration et pour éviter des situations du genre de celles qui viennent de se produire à Agboville, il est indispensable que toutes les couches sociales, quelles qu'elles soient, s'abstiennent de toute manifestation.

En conséquence, les marches et autres manifestations devront désormais respecter la procédure en vigueur sans laquelle elles ne pourront être autorisées.

Les forces de défense et de sécurité sont invitées à encadrer ces manifestations et également à empêcher toutes les tentatives de débordement qui occasionneraient les pillages et la destruction des biens et des personnes.

Par ailleurs, toutes les dispositions ont été prises, afin que demain (Ndlr : mercredi) aux heures ouvrables, les travailleurs rejoignent leur lieu de travail comme d'habitude.