Côte d'Ivoire + 1 more

Côte d'Ivoire : des milliers de personnes affluent vers la frontière

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

7 Avril 2011

Dans les campagnes, la population fuit la violence et les pillages

Les violentes attaques et les pillages ont contraint des milliers de personnes à fuir la Côte d'Ivoire pour le Libéria voisin au cours des dernières 24 heures, a déclaré aujourd'hui Oxfam. Alors que les combats se poursuivent autour de la résidence présidentielle à Abidjan, des violences graves à l'encontre de civil-e-s sont encore signalées à l'est du pays.

Le personnel d'Oxfam dans la ville côtière de Harper au Libéria rapporte que 4 000 personnes sont arrivées au cours des 24 dernières heures, fuyant les violences dans la zone située autour de Tabou, en Côte d'Ivoire, juste de l'autre côté de la frontière.

"Nous avons entendu dire que pas moins de 7 000 personnes sont en route vers ici", détaille Shemeles Mekonnen, ingénieur en santé publique pour Oxfam, dans le Maryland, au sud-est du Libéria. "Des gens se sont retrouvés au beau milieu de violentes attaques et ont quitté précipitamment leurs maisons, sans rien."

"Les réfugiés parlent de scènes de combats, de pillages, de maisons incendiées. Cette crise est loin d'être terminée et les besoins sont immenses." "Les gens fuient pour sauver leur vie. Ils ont besoin de toute urgence d'eau, de nourriture et d'abris. Beaucoup d'entre eux disent avoir trop peur pour retourner chez eux prochainement. Les réfugiés auront besoin de notre aide durant les mois à venir."

M. Mekonnen a parlé à l'une de ces réfugiés, Catrien Gato, qui a quitté le village de Hepo, en Côte d'Ivoire, en proie aux violences. Elle a fait ce voyage avec ses 12 enfants et petits-enfants.

"C'était vraiment effrayant dans le village, raconte-t-elle à Oxfam. Il y avait beaucoup de combats, des pillages et des maisons incendiées. On aurait dit que tout était en train d'être détruit. Il n'y avait aucune force de police nulle part, ni loi ni ordre. Je ne veux même pas envisager d'y retourner. C'est très dangereux, là-bas."

Jusqu'à présent, 100 000 réfugiés ivoiriens ont été enregistrés au Libéria, la plupart vivant dans des conditions d'extrême pauvreté dans des centres de transit ou des communautés locales.

Oxfam a lancé un appel aux dons de plus de 16 millions de dollars pour faire face à la crise en Côte d'Ivoire, qui a contraint plus d'un million de personnes à quitter leurs maisons vers d'autres régions et à l'étranger. L'organisation installe actuellement des réservoirs d'eau potable, des latrines et des douches dans le Maryland, pour faire face à l'afflux de réfugiés à la frontière, en plus de fournir de l'eau potable et des équipements sanitaires à plusieurs milliers de personnes, plus au nord, le long de la frontière entre la Côte d'Ivoire et le Libéria.

Oxfam a acheminé des équipements d'urgence pour venir en aide à 70 000 personnes et une équipe d'experts humanitaires va être déployée sur place en Côte d'Ivoire, au cours des prochains jours, pour évaluer les possibilités d'intervention face à la crise, mais l'organisation souligne que toute opération humanitaire sera extrêmement difficile en raison du conflit en cours.