Burundi

Système de suivi de la sécurité alimentaire Burundi - décembre 2016

Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

EN NOMBRES

  • La situation actuelle d'insécurité alimentaire représente la pire détérioration au cours des trois dernières années avec 43% des ménages sont en insécurité alimentaire dont 8% (900 000) sont en situation d'insécurité alimentaire sévère

  • 15% des ménages ont une consommation alimentaire pauvre, ce qui signifie qu'ils ne mangent pas assez pour répondre à leurs besoins énergétiques quotidiens

  • 39% des ménages allouent plus de 65% de leurs dépenses à l’alimentation

  • En ligne avec la détérioration de la consommation alimentaire, de plus en plus de ménages (31%) engagent des stratégies de survie sévères (de crise et d'urgence)

  • 85% des ménages donnent l’agriculture vivrière comme principale activité

Résume exécutif

La présente enquête FSMS s’inscrit dans le suivi régulier de la situation de la sécurité alimentaire conjointement menés par le Programme Alimentaire Mondial (PAM) et le ministère de l’agriculture et de l’élevage (MINAGRIE). Les Directions Provinciales de l’Agriculture et de l’Élevage (DPAE) assurent la collecte des données auprès des ménages.

L’enquête révèle une aggravation sensible de la situation de la sécurité alimentaire entre Décembre 2015 et décembre 2016.

La collecte des données a été réalisée sur les dix derniers jours de novembre et les dix premiers jours de décembre 2016 et a porté sur un échantillon de 1.635 ménages1 . Sur l’échantillon global de l’Analyse Globale sur la Sécurité Alimentaire et la Vulnérabilité (CFSVA), un sous-échantillon statistiquement représentatif (calculé à l’aide du « size calculator » du Logiciel ENA (Emergency Nutrition Assessment)) par zone de moyen d’existence (ZME) a été tiré à raison de 10 collines par ZME et sur chaque colline 10 ménages ont été tirés au hasard pour interviews. Les entrevues ont été conduites par des techniciens des DPAEs, dont la majorité a déjà bénéficié de plusieurs formations en sécurité alimentaire et sur l’usage des smartphones dans la collecte et la transmission instantanée des données.