Burundi

OCHA-Burundi Rapport de Situation 3-9 février 2003

Source
Posted
Originally published
ACTIVITES HUMANITAIRES
1. Amnesty international: Halte aux violations des droits de l'homme

Amnesty International (AI) a lancé un appel aux parties signataires de l'accord de cessez-le-feu de prendre des mesures immédiates pour prévenir les violations des droits de l'homme, les tueries des civils non armés, en particulier. "L'accord de cessez-le-feu ne voudra rien dire pour les burundais ordinaires s'il y a persistance ou augmentation des cas de violations des droits de l'homme", a informé AI. AI pense qu'il est essentiel que le mandat de l'UA inclut la protection et la prévention des droits de l'homme.

2. Situation à Ruyigi

LA population de la region du Moso en province Ruyigi est restée inaccessible à l'assistance humanitaire pendant plus d'un mois. Le Groupe Technique de Suivi (GTS) du Cadre Permanent de Concertation pour la Protection des Personnes Déplacées (CP/CPPD) a exprimé ses inquiétudes à travers une correspondance adressée aux Ministres et aux agences des NU membres du CP/CPPD. Dans cette lettre, le GTS invite le Gouvernement à améliorer la protection des civils de la province Ruyigi et en particulier dans la région du Moso, frontalière avec la Tanzanie. La correspondance est également une requête pour que les humanitaires puissent accéder aux populations isolées de cette région.

3. Rapatriés au 28 janvier 2003

UNHCR (Burundi): informe que le nombre de rapatriés est de 2,065 rapatriés organisés et 1,255 rapatriés spontanés à ce jour.

SECURITE

4. Les combats s'intensifient entre l'Armée et les groupes rebelles

Les combats entre l'Armée et les groupes rebelles ont été signalés dans les provinces de Bujumbura Rural, Gitega, Mairie de Bujumbura, Ruyigi et Bubanza. Le Palipehutu-FNL (Agathon Rwasa) a multiplié les attaques dans Bujumbura Rural et dans les quartiers nord de la capitale. La recrudescence des embuscades sur des véhicules/positions militaires a conduit aux affrontements qui ont causé des déplacements temporaires des populations; des cas de victimes ont aussi été rapportés. En commune Mutambu, (province Bujumbura Rural) environ deux mille personnes ont fui les combats qui ont éclaté dimanche 2 février, suite à une embuscade qui a coûté la vie à quatre soldats. En province Gitega, l'armée a continué à traquer les rebelles du CNDD-FDD dans les communes de Bugendana, Giheta et Itaba.

5. Divers

Dans la ville de Bujumbura, neuf personnes (des zones de Kamenge, Gihosha et Ngagara) ont été tuées lors des combats entre l'Armée et les rebelles du Palipehutu-FNL suite à une embuscade tendue à un véhicule militaire (2 février); un militaire aurait été tué.

Commune Isale, province Bujumbura Rural: un soldat a été tué, plusieurs personnes blessées ; le marché de Rushubi ainsi que certaines boutiques ont été pillés. (2 février).

Les rebelles du Palipehutu-FNL (Agathon Rwasa) ont tendu une embuscade à une patrouille militaire sur la RN 9 (2 février). Quatre personnes auraient été tuées.

Des affrontements ont été signalés entre l'Armée et les rebelles du CNDD-FDD dans la commune de Kinyinya, en province Ruyigi, du 1 au 3 février.

Célébration de la journée de l'Unité Nationale. A Gitega, le douzième anniversaire de l'Unité nationale a été célébré pendant que les combats continuaient -zone Kabanga, commune Giheta, deux militaires enlevés et deux autres blessés. Dans la commune de Bugendana, beaucoup de rebelles ont été signalés dans les localités de Kirimbi et Busangana (4 février).

Selon des témoins, treize personnes ont été tuées (du 31 janvier au 1 février) en commune Giheta, province Gitega, suite aux combats entre l'Armée et les rebelles du CNDD-FDD.

Province Bujumbura Rural: quatre soldats tués et cinq blessés dans la commune Mutambu lors d'une attaque rebelle (FNL) sur une position militaire. Un véhicule militaire est également tombé dans une embuscade dans la localité de Nyamutenderi (6 février).

POLITIQUE

6. L'Envoyé de l'UE dans la Région de l'Afrique des GL met en garde contre les coups d'état.

Lors d'une conférence de presse à l'issue de sa visite de quatre jours à Bujumbura, (2 février), Ambassadeur Aldo Ajello, a averti que la communauté internationale ne tolérera pas un autre coup d'état. "Une telle aventure est dépassée" a-t-il indiqué. Aldo Ajello a reconnu que le processus de paix au Burundi a atteint une phase délicate avec les réformes imminentes de l'armée, qui pourraient déclencher quelques résistances au sein des forces armées.

7. La force de paix pour le Burundi

Lors du sommet extraordinaire de l'UA des Chefs d'Etat en Ethiopie, lundi (3-4 février), le Président Buyoya a demandé le déploiement rapide d'observateurs militaires et la mobilisation d'une force africaine de maintien de la paix. "Je dois dire que la réunion a répondu favorablement", a indiqué le Président Buyoya à son retour du sommet de l'UA. De la capitale éthiopienne, Buyoya a salué la décision prise par l'UA en janvier pour déployer une mission militaire chargée de superviser le cessez-le-feu signé par le GNT et les groupes rebelles.

L'Organe Central des mécanismes de résolution, de gestion et de prévention des conflits, au niveau des Chefs d'Etat et de Gouvernement a approuvé le déploiement de la Mission Africaine prévue dans l'accord de cessez-le-feu signé le 3 décembre. L'Organe Central a exprimé sa reconnaissance aux Gouvernements sud-africain, République démocratique fédérale d'Ethiopie et de la République de Mozambique, qui ont manifesté leur volonté d'envoyer des troupes pour la Mission. L'Organe Central a demandé à l'Afrique du Sud, qui assure la présidence de l'UA, de diriger les efforts pour assurer un déploiement rapide de la mission au Burundi et en appelle aux parties Burundaises de coopérer pour faciliter le déploiement.

8. Evénements récents

Le CNDD-FDD (Pierre Nkurunziza) a sorti un communiqué de presse (4 février) accusant le GNT de "Brûler la région de Gitega par ses massacres malgré la signature de la Déclaration Conjointe. (le 27 janvier).

Suite à la signature de la Déclaration Conjointe à Prétoria (27 janvier), les pourparlers de paix entre le GNT et le CNDD-FDD (Pierre Nkurunziza) ont repris lundi le 3 février à Dar-es- Salaam au niveau technique. Une source gouvernementale a informé que les négociations évoluaient lentement.

La Session Ordinaire de février de l'Assemblée Nationale de Transition a débuté le 3 février. Le Président de l'Assemblée Nationale de Transition, Dr Jean Minani, a lancé un appel à M. Agathon Rwasa pour rejoindre les pourparlers de cessez-le-feu.

Commémoration du douzième anniversaire de la Charte de l'Unité Nationale (5 février). Selon les membres de l'Accord Cadre (comprenant l'UPRONA, aile non-signataire, JRR, PA-Amasekanya, AC-Génocide, UFB), "L'Unité nationale demeure hypothétique"

L'ancien Président Jean Baptiste Bagaza doit rester en résidence surveillée pour au moins soixante jours de plus, décision prise mardi 4 février par le ministre de l'Intérieur et de la Sécurité Publique, M. Salvator Ntihabose. Pour Me Laurent Nzeyimana, c'est "contre les droits de l'homme".

La distribution de vivres aux rebelles du CNDD-FDD n'a pas eu lieu à Ruyigi lundi (3 février) comme prévu, le point de distribution n'aurait pas encore été convenu.

Trois officiels du CNDD-FDD (aile Jean-Bosco Ndayikengurukiye) sont arrivés à Bujumbura (8 février) conformément au Mémorandum d'entente signé à Prétoria, le 25 janvier.

COORDINATION

9. Réunion du Groupe de contact (for the Minutes access: www.ochaburundi.org)

La réunion était présidée par M. Antoine Gérard, Chef de Bureau de OCHA. Trente-six personnes ont pris part à la réunion (6 février).

M. Amadou Samake du Programme Alimentaire des NU (PAM) au Burundi a présenté la situation actuelle du stock en vivres.

Dr François Buyoya, Représentant de la Croix Rouge Burundaise (ONG locale) a présenté la situation de l'ONG en rapport avec les questions relatives aux finances et au personnel

10. Réunion du GTS (lundi 3 février)

La réunion était présidée par M. Emmanuel Jenje, président du GTS. Le ministre des Droits de l'Homme, M. Alphonse Barancira, a participé à la réunion. Les participants ont échangé sur la situation dans la province de Ruyigi et sur une mission éventuelle dans cette province. OCHA a rencontré les autorités provinciales de Ruyigi (6 février).

11. OCHA: visites de terrain et réunions

Une réunion a été organisée avec les autorités de la province de Bujumbura Rural sur les questions relatives aux personnes déplacées. OCHA a organisé une réunion sur la préparation du plan de contingence de la province Ruyigi 6 février).

Suite à la situation conflictuelle qui prévaut actuellement dans la province de Ruyigi, spécialement dans la zone du Moso, l'équipe de OCHA a exprimé aux membres participants du Groupe Technique de Suivi (GTS) de Cadre Permanent de Concertation pour la Protection des personnes déplacées (CPPD) ses inquiétudes au sujet de l'inaccessibilité aux populations du Moso par les organisations humanitaires, et a constaté: le retard à secourir les déplacés, la fréquence des cas de violation des droits des personnes déplacées, les mauvaises conditions de vie des déplacés/dispersés qui favorisent l'émergence des maladies de toute sorte, la rareté, si pas l'absence, de responsables administratifs pour encadrer et répondre aux doléances des déplacés, l'absence de services de base autour de la région du Moso (nutrition, santé, éducation, ...), la difficulté aux déplacés d'avoir accès aux moyens de subsistance, l'augmentation du nombre des plus vulnérables et les pillages systématiques sur les collines en cas de déplacement.

Pour Information

Nicholas McGowan
Chargé de l'Information
OCHA Burundi
PH: (257) 951 681
Email: mcgowann@un.org

UNITED NATIONS
Office for the Coordination of Humanitarian Affairs in Burundi
www.ochaburundi.org

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.