Burundi

L'OIM Burundi lance un nouveau projet répondant aux besoins à long terme des rapatriés

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Une femme rapatriée a bénéficié d'une aide à la réparation d'abris dans la province de Cankuzo, frontalier de la République-Unie de Tanzanie. © OIM 2019, Triffin Ntore

Attachments

Bujumbura, septembre 2021 – Au Burundi, le travail de la terre représente la principale source de revenu et de création de moyens de subsistance. Ainsi, posséder de la terre donne à un individu et à sa famille une stabilité et un sentiment d'appartenance au sein de sa communauté. L'accès à la terre est donc un facteur essentiel à considérer dans le contexte humanitaire du pays, en particulier dans le cas de l'assistance aux rapatriés et aux personnes déplacées internes (PDI).

En 2021, le pays a été de plus en plus confronté à des défis liés au nombre élevé de rapatriés qui sont arrivés tout au long de l'année, et qui continuent d'arriver. En effet, suite à la signature d'accords tripartites entre les gouvernements du Burundi, de la République-Unie de Tanzanie et de la République du Rwanda, on estime que 142 000 Burundais devraient rentrer cette année, dont environ 40 000 du Rwanda seulement - une tendance observée plus récemment.

Compte tenu des ramifications que posent ces niveaux de retour aussi élevés, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) collabore étroitement avec le Gouvernement du Burundi pour mettre en œuvre un nouveau projet qui permettra de relever les défis. Intitulé « Renforcement des capacités de réintégration des rapatriés burundais par le logement, la terre et la propriété (LTP), les abris, l’eau, hygiène et assainissement (EHA) et la protection », le projet est financé par le Bureau américain de la population, des réfugiés et de la migration (PRM).

Durant une période d’une année, ce projet vise à contribuer aux efforts nationaux déjà en place pour renforcer la capacité de réintégration des rapatriés burundais et des populations déplacées au sein de leurs communautés. Le projet s'appuiera sur un ancien projet financé par le PRM avec des objectifs similaires, intitulé « Renforcer la capacité de réintégration immédiate des rapatriés burundais par le biais de LTP, Shelter, EHA au Burundi », qui a été mis en œuvre de mai 2020 à juillet 2021, produisant des résultats encourageants. Ainsi, alors que l'OIM s'apprête à compléter ce projet précédent, elle profitera à la fois de l'élan des discussions en cours avec le gouvernement du Burundi et des progrès déjà réalisés dans le pays sur cette thématique.

« Tout au long du dernier projet financé par PRM, des réalisations significatives ont été enregistrées », souligne Vijaya Souri, Chef de mission de l’OIM Burundi. « Je citerais entre autres réalisations, 1 024 personnes ayant été sensibilisées sur des sujets relatifs au LTP sur la base de 12 dialogues communautaires organisés dans 12 communes des provinces de Muyinga, Ruyigi et Cankuzo. De plus, 1 599 ménages ont reçu des certificats fonciers.
Cela a été possible grâce aux formations sur le cadre juridique et les techniques de cartographie des parcelles dispensées pour les services fonciers communaux afin de renforcer leurs capacités opérationnelles et institutionnelles ».

Outre les formations, d'autres activités clés ont été mises en œuvre par l'OIM, notamment l’appui logistique aux services fonciers nationaux et communaux, la fourniture de kits de réparation d’abris, des articles nonalimentaire, des kits d’hygiène et des latrines écologiques destinés aux rapatriés et aux membres de la communauté d’accueil, entre autres activités.

Avec ce nouveau projet, l'OIM et le Gouvernement du Burundi vont continuer leurs efforts conjoints pour améliorer l'accès à la terre et au logement pour les communautés déplacées et les communautés d'accueil ; renforcer les capacités des autorités locales dans le domaine de la protection des terres ; améliorer la capacité des communautés d'accueil à absorber les rapatriés par la fourniture d'installations WASH et d'abris ; fournir une assistance directe et des services pour répondre aux besoins de protection liés à l'accès à la terre et aux risques encourus par les rapatriés ; et soutenir la santé mentale des rapatriés par un soutien psychosocial et de santé mentale, ainsi que des activités de cohésion sociale.

En ce qui concerne la couverture géographique, 12 communes supplémentaires (5 de la province de Ruyigi et 7 de la province de Kirundo) s’ajouteront aux 12 communes déjà couvertes (provinces de Muyinga, Cankuzo et Ruyigi).

Le nouveau projet prendra également en compte les recommandations des experts et des parties prenantes proposées lors de l'atelier national sur l'accès à la terre et la sécurité foncière organisé en mars 2021.

« Nous continuerons à travailler avec le gouvernement du Burundi pour aborder les problèmes liés à l’accès à la terre et à d’autres défis, pour nous assurer que les rapatriés sont bien intégrés dans leur communauté de retour », ajoute Vijaya Souri.

Pour plus d'informations, contactez :
Triffin Ntore, IOM Burundi, tntore@iom.int, Tel +257 75 150 145
Amaury Falt-Brown, IOM Burundi, afalt@iom.int Tel +257 68 337 033
Les communiqués de presse de l'OIM Burundi sont disponibles sur www.reliefweb.int.