Burundi

Le CERF alloue 1 million de dollars à la lutte contre la fièvre de la Vallée du Rift

Attachments

(Bujumbura, 20 juillet 2022) Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence, Martin Griffiths, a débloqué une allocation d’un million de dollars du Fonds central d’intervention d’urgence (CERF) pour apporter de l’aide à près de 340 000 personnes dans les zones touchées par la fièvre de la Vallée du Rift (FVR) en République du Burundi.

La FVR touche principalement le bétail, notamment les bovins, et les petits ruminants. L’élevage est l’un des secteurs clés de l’économie nationale, représentant 14 % du PIB. La perte de bétail pour les agriculteurs a des conséquences considérables sur les moyens de subsistance des habitants, représentant des pertes à la fois d’actifs et de sources de revenus, poussant potentiellement des familles entières dans la pauvreté, l’insécurité alimentaire et une malnutrition plus profonde. Aucune infection humaine n’a été rapportée au Burundi, bien que cela reste une possibilité, notamment par les moustiques ou par contact direct avec des animaux infectés.

Les fonds du CERF sont alloués à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et à l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Le projet de l’OMS se concentre sur le contrôle de la propagation de la maladie par des mesures telles que la formation de professionnels de santé et la mise à disposition d’équipements d’analyse pour détecter les infections, ainsi que la désinfection des zones à l’épicentre de la propagation. Pour son projet, la FAO se concentrera sur les animaux infectés, leurs traitements et la sécurité alimentaire, grâce à des activités telles que la formation de vétérinaires, la pulvérisation des animaux, la mise en place de filières nationales réglementées pour les aliments d’origine animale et une surveillance épidémiologique active. Ces projets d’intervention rapide de l’OMS et de la FAO limiteront la propagation de la maladie et apporteront des formations médicale et vétérinaire, y compris en prévision de futures épidémies, anticipant ainsi leurs impacts.

L’OMS a déclaré que « cette allocation de fonds sauvera des vies grâce au contrôle de la transmission de la maladie. Elle sera utilisée pour mener des activités de contrôle de la propagation de la maladie afin d’éviter que les animaux ne soient contaminés et ainsi stopper la chaîne de propagation. La FAO a ajouté que « les fonds alloués permettront des actions immédiates visant à réduire la propagation permettant également de mobiliser d’autres ressources pour contrôler l’épizootie par la vaccination ».

Le Coordonnateur résident des Nations Unies, Damien Mama, a déclaré qu’il était « très reconnaissant au CERF pour sa réponse rapide dans l’allocation des fonds pour lutter contre la FVR, cela permet à l’OMS et à la FAO d’amplifier l’assistance dans les provinces touchées. » Actuellement, 50 % des personnes les plus vulnérables du pays, ciblées par le Plan de réponse humanitaire (HRP) pour le Burundi, vivent dans les provinces où la FVR est la plus présente. Au 19 juillet, le HRP avait reçu 5,1 % des 182 millions de dollars requis. Ce niveau de financement extrêmement bas entrave l’aide humanitaire.

Le CERF regroupe les contributions des donateurs du monde entier dans un fonds unique permettant aux humanitaires de fournir une assistance vitale à tout moment et partout où les crises frappent. Au fil des ans, le CERF a alloué plus de 70 millions de dollars à 102 projets au Burundi.

Pour plus d’information, merci de contacter :
Mme Noroarisoa Rakotomalala-Rakotondrandria, Cheffe de Bureau, rakotomalala@un.org, +257 72 11 11 55
Mr Antoine Lemonnier, Chargé de l’information publique, antoine.lemonnier@un.org, +257 72 11 11 56

Disclaimer

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.