Burundi

La Sentinelle, avril 2019

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Editorial

***La santé dans toutes les politiques: gage pour un accès équitable aux services de santé et au droit à la santé au Burundi**

Avril est certainement le mois le plus symbolique sur le calendrier sanitaire mondial, du fait qu’il symbolise le mois de la création de l’Organisation Mondiale de la Santé. le 7 avril est consacré à la Journée mondiale de la santé, en commémoration de la fondation de l’Organisation mondiale de la Santé 1948, mais surtout pour attirer l’attention sur les questions importantes liées à la santé mondiale. L’OMS assure la direction institutionnelle de la Journée mondiale de la santé en tant que journée de sensibilisation à la santé dans le monde ; et pour la seconde année consécutive, le thème de cette année était en rapport avec la Couverture Sanitaire Universelle, avec comme slogan : Santé pour tous, partout et en tous temps.

Que la CSU soit un thème récurrent sur le calendrier de l’OMS est tout à fait justifié : la Couverture Sanitaire Universelle reste le principal pilier de l’action de l’OMS, qui promeut l’approche et la pratique selon lesquelles toutes les personnes ont accès aux services de santé de qualité dont elles ont besoin, quand et où elles en ont besoin, sans difficultés financières.

L’OMS a donc, encore une fois, mis l’accent sur la thématique de la Couverture Sanitaire Universelle afin d’aider les populations à mieux comprendre quels services et quel soutien doivent leur être disponibles, et où elles peuvent en bénéficier.

Le Bureau a emboité le pas à toute la communauté sanitaire mondiale : avec les différents partenaires dont les professionnels des médias lors du café de presse du 12 avril, avons saisi l’opportunité pour attirer l’attention sur le fardeau grandissant des maladies chroniques non transmissibles au Burundi, en l’occurrence l’augmentation de la pression artérielle, l’augmentation du taux de sucre dans le sang, les maladies créant des obstructions sur les voies respiratoires et les cancers, tous responsables des décès évitables survenant précocement. Ces maladies ont en commun les risques liés à des modes de vie peu sains, notamment les régimes alimentaires riches en sels, en sucre et en graisses, l’insuffisance de consommation des fruits et légumes, la sédentarité ou insuffisance d’exercices physiques, la commercialisation et la consommation des produits de tabac, ainsi que l’usage nocif de l’alcool.
Les maladies non transmissibles sont en effet considérées comme essentiels pour faire progresser la Couverture Sanitaire Universelle. Et dans cette optique, l’adoption du premier document Référentiel qualité des soins et services de santé offerts dans les structures sanitaires du Burundi, peut être considérée comme un pas de plus dans l’harmonisation et l’amélioration des soins et services offerts aux populations, en respect au principe d’équité prôné par l’OMS.

Notre action pour ce mois ne s’est pas limité à la célébration et commémoration des événements liés à la santé. Nous avons poursuivi notre action d’appui au Burundi, notamment dans la préparation et la riposte aux urgences sanitaires. En partenariat avec le Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida et des autres partenaires techniques et financiers du pays, nous avons maintenu nos efforts dans la préparation du pays à faire face à la Maladie à Virus Ebola.

A travers les visites conjointes de supervision que nous avons effectuées, notamment avec SE le Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida, nous avons été heureux de constater que les efforts conjoints sont en train de payer et que le pays est de plus en plus outillé en vue de répondre efficacement à un cas potentiel de MVE.
En addition, nous avons été heureux de constater que grâce aux efforts conjoints avec nos partenaires, le Burundi a pu mettre fin la crise de Choléra qui sévissait depuis le mois de décembre 2018, essentiellement dans les provinces de Rumonge et dans la Mairie de Bujumbura. L’annonce officielle a été faite par SE le Dr. Thaddée Ndikumana lors de la conférence de presse trimestrielle tenue en date du 19 avril 2019.

Avec ces réalisations, l’attention va maintenant se tourner vers l’intensification de la promotion de la santé avec la vulgarisation de la stratégie de la santé dans toutes les politiques, en atteignant les autres ministères sectoriels, s’assurant de la prise en compte de leur impact sur la santé à toutes les étapes, de la formulation à la mise en œuvre.

Nous comptons continuer notre action en faveur de la promotion de la santé, notamment un soutien plus accru au pays dans le processus de réalisation de la CSU. Avec les autres agences du système des Nations Unies et les partenaires au développement, nous accompagnerons le Gouvernement du Burundi dans ses efforts de promouvoir la santé à travers son intégration dans toutes les politiques.

La première réunion de haut niveau jamais consacrée à la Couverture-Santé Universelle pendant la session de 2019 de l’Assemblée générale des Nations Unies, ainsi que la Conférence mondiale sur la Santé dans toutes les politiques qui se tiendra à Québec au mois d’octobre, devraient servir de tremplin mondial aux autorités nationales, pour montrer au monde les avancées enregistrées par le Burundi dans ce domaine, notamment à travers des engagements politiques clairs, visant la vision commune de la santé et le bien-être de sa population.

  • Dr. Walter Kazadi Mulombo Représentant de l’OMS au Burundi