Burundi

Journée mondiale de l’eau : l’accès universel à l’eau potable, une nécessité mais pas encore une réalité pour tous

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Après un an de crise sanitaire mondialisée, il nous parait évident aujourd’hui que l’eau est essentielle pour l’hygiène de chacun et la préservation de notre santé. Et pourtant, encore aujourd’hui de nombreux foyers ne bénéficient toujours pas d’un accès à une eau salubre, principale cause des maladies diarrhéiques. Au Burundi, ces maladies comptent encore parmi les principales causes de morbidité du pays.

Selon la troisième Enquête Démographique et de Santé au Burundi (EDSB-III), réalisée en 2017, les maladies diarrhéiques (fièvre typhoïde, choléra, intoxications alimentaires, etc.) constituaient la troisième cause de morbidité au Burundi et la deuxième cause de prise en charge dans les hôpitaux. Aujourd’hui encore, freiner ces maladies reste un enjeu majeur pour la santé publique du Burundi. Ces infections se transmettent via l’alimentation, que ce soit par des aliments ou boissons contaminées, ou simplement par une personne qui ne se serait pas lavé les mains.

Afin de diminuer les causes majeures d’apparition de ces maladies d’origine hydrique, la Croix-Rouge de Belgique, en partenariat avec la Croix-Rouge du Burundi et la Croix-Rouge Espagnole, travaille sur le projet « Tubehoneza » visant à améliorer l’accès universel à l’eau potable, à l’hygiène et à des systèmes d’assainissement dans 8 provinces au Burundi.

Assurer un suivi, pour des actions durables

La Croix-Rouge tient à cœur d’assurer la pérennité des actions qu’elle met en place. Ainsi, l’un des premiers piliers du projet est de garantir un suivi dans les provinces de Bujumbura Rural, Bururi, Gitega, Kirundo, Mwaro, Rumonge dans lesquels la Croix-Rouge a été active durant la période de 2017 à 2020. Elle a, par exemple, permis à plus de 16.084 ménages d’avoir un accès à l’eau potable grâce à l’aménagement de plusieurs sources, la réalisation de forages et d’adductions. Ou encore, elle a fourni l’accès à l’assainissement de base à 37 écoles cibles dans ces 6 provinces, soit 37 blocs de latrines accompagnées de dispositifs de lavage des mains.

Aujourd’hui, pour ces bénéficiaires, il est important de vérifier le bon fonctionnement des infrastructures aménagées d’une part, mais également de continuer la sensibilisation des bonnes pratiques en matière d’hygiène et de santé afin d’accroitre les résultats sur les communautés. Pour ce faire, la Croix-Rouge a notamment formé 58 responsables scolaires provenant de ces 37 écoles à la méthodologie « CHAST » (Children Hygiene and Sanitation Transformation). L’objectif étant de constituer un pool de formateurs référents qui pourront former d’autres enseignants et assurer l’encadrement des écoliers en matière d’hygiène.

Extension des zones d’interventions

Le deuxième pilier du projet est d’étendre les zones d’accès à une eau salubre sur les provinces de Ruyigi et Cankuzo. Les actions qui seront organisées seront similaires à celles précédemment apportée sans les provinces Bujumbura Rural, Bururi, Gitega, Kirundo, Mwaro, Rumonge. À savoir la construction d’adductions d’eau potable, de latrines, l’aménagement de sources et l’installation de dispositifs de lavage des mains dans certains ménages, écoles et centres de santé identifiés en collaboration avec les autorités.

La Croix-Rouge souhaite également aider les populations à inscrire durablement les bonnes pratiques d’hygiène en soutenant et en développant des activités génératrices de revenus dans le cadre du projet ou encore en permettant aux volontaires d’acquérir de nouvelles compétences en lien avec la thématique de l’eau, comme par exemple la formation de maçon-fontainier.

La logique de durabilité reste l’approche favorisée pour ces nouvelles régions. La sensibilisation et le suivi des actions reste au cœur des priorités afin d’inscrire dans le long terme l’ensemble des actions Croix-Rouge.

Ce Programme d’amélioration de l’accès à l’eau potable, hygiène et assainissement dans les provinces de Bujumbura Rural, Bururi, Gitega, Kirundo, Mwaro, Rumonge, Ruyigi et Cankuzo, est mis en œuvre par la Croix-Rouge du Burundi, la Croix-Rouge de Belgique et la Croix-Rouge Espagnole grâce au soutien de l’Union Européenne.