Des latrines de qualité pour les écoles réduisent le décrochage scolaire

Report
from Enabel
Published on 10 Oct 2014 View Original

Aujourd'hui, 2,5 milliards de personnes n'ont pas accès à des toilettes de qualité, soit plus d'un tiers de la population mondiale, principalement dans les pays en développement. Au Burundi, près de 43 % des 10 millions d'habitants n'ont pas accès à l'assainissement amélioré.

Toilettes et éducation seraient-elles liées ?

Un manque d'assainissement de base comporte des dangers réels pour la population et le développement. En plus du risque d'attraper des parasites ou des maladies, telles que le choléra, et de propager ceux-ci, le manque de toilettes de qualité entraîne d'autres problèmes auxquels on pense moins souvent.

Dans le domaine de l'éducation, l'absence de sanitaires de qualité constitue l'une des causes majeures du décrochage scolaire des élèves. L'UNICEF estime même que 272 millions de journées d'école sont perdues à cause de la diarrhée . De plus, les jeunes filles adolescentes sont souvent gênées d'aller aux toilettes sous le regard de leurs camarades. Au moment de leurs premières règles, l'embarras peut être tellement grand que quelques-unes quittent les bancs scolaires pour ne plus y retourner.

« Gender Toilets », des toilettes bien pensées...

Au Burundi, la Coopération belge participe à la construction d'écoles à travers le Fonds commun Éducation et le Fonds d'appui au développement local. Comme les ingénieurs, les élus et les directeurs d'écoles sont souvent des hommes, ils ne pensent que peu au problème de genre lors des études et de la réalisation de ces écoles. C'est pour changer la donne qu'il s'avère nécessaire d'ajouter des sanitaires de qualité dans les critères importants figurant dans les dossiers d'appel d'offres.

Outre la séparation filles/garçons, il convient de même d'orienter les toilettes des filles de telle sorte que les garçons ne passent pas devant. Il est donc important de concevoir des « Gender Toilets », c'est-à-dire des toilettes qui tiennent compte de la sensibilité des filles. Mettre l'accent sur ces aspects genre et assainissement ne demande que peu d'efforts supplémentaires, mais peut avoir un impact énorme sur l'amélioration de l'enseignement et sur les conditions de vie des femmes.

Question de priorités

4,5 milliards de personnes ont accès à l'assainissement amélioré et 6 milliards possèdent un téléphone portable1. Ce n'est donc clairement pas une question d'argent, mais plutôt un problème de sensibilisation aux impacts d'un mauvais assainissement. Le débat a été ouvert pendant les réflexions thématiques des Plans communautaires de développement communal au sein du Projet d'appui au développement local et à la participation citoyenne dans la Province de Cibitoke au Burundi. Les nouvelles infrastructures construites dans les six communes de la Province de Cibitoke en tiennent compte aujourd'hui. Cette province serait-elle alors pionnière en termes de latrines de qualité sur son territoire ?