Burundi/Unicef : Le Japon accorde 3,3 millions de dollars pour la santé et la nutrition des enfants au Burundi

Report
from Government of Burundi
Published on 28 Mar 2013 View Original

Bujumbura, 28 mars 2013 (DWG) : Le Fonds des Nations Unies pour Enfance UNICEF Burundi a salué hier 27 mars 2013, l’engagement du Gouvernement du Japon à contribuer à améliorer la survie et le développement de l’enfant au Burundi en accordant un financement de 3,3 millions de dollars pour appuyer le Gouvernement du Burundi dans son programme prioritaire en faveur de la santé de la mère et de l’enfant.

Ce financement permettra à l’UNICEF Burundi de soutenir le Gouvernement dans ses efforts de réduction de la mortalité des enfants de moins de cinq ans, à travers des interventions communautaires en santé, en nutrition, en eau, hygiène et assainissement, plus particulièrement dans 7 des provinces comptant parmi les plus vulnérables du pays (Muyinga, Cankuzo, Kayanza, Gitega, Cibitoke, Kirundo et Bujumbura Rural) et hébergeant plus de la moitié de la population totale.

Le financement de 3,3 millions de dollars accordé au Burundi s’inscrit dans le cadre de la réponse du Gouvernement du Japon à l’appel mondial lancé par l’UNICEF en janvier 2013 lors de la publication du Rapport 2013 « Action humanitaire pour les enfants ». A cette occasion, le Japon a décidé d’accorder à l’UNICEF 189,5 millions de dollars de son budget supplémentaire pour soutenir un grand nombre de projets dans 35 pays et territoires en développement à travers le monde, dont 29 en Afrique, y compris le Burundi.

Ce don est la plus importante contribution versée par le Japon à l’UNICEF depuis sa création en 1946, et viendra appuyer les programmes de l’UNICEF dans les domaines de la nutrition, la santé, l’éducation, la protection, et de l’eau, l’assainissement et l’hygiène des enfants les plus vulnérables dans les pays fragiles.

Les principales causes directes de la mortalité infantile au Burundi sont les décès néonataux, le paludisme, la diarrhée et les infections respiratoires aiguës, avec comme principaux facteurs contributeurs la malnutrition, des pratiques alimentaires et sanitaires inappropriées et un accès inadéquate à l’eau, l’hygiène et l’assainissement.

La malnutrition chronique, qui affecte 58% des enfants au Burundi, constitue un enjeu majeur de santé publique dans le pays. Elle occasionne non seulement des dommages irréversibles pour la croissance physique et intellectuelle de l’enfant, mais a également un impact important sur le développement socio-économique du pays.