Burundi

Burundi/Processus de paix: Le contingent sud-africain optimiste quant au processus de paix

Source
Posted
Originally published
FONDATION HIRONDELLE - AGENCE DE PRESSE HIRONDELLE A ARUSHA
BURUNDI/ PROCESSUS DE PAIX
NEWS DU 26 NOVEMBRE 2001
Bujumbura, le 26 novembre 2001 (FH) - Un officier responsable du contingent militaire sud-africain présent au Burundi a estimé que l'opération de soutien au processus de paix va "très bien, à ce stade", trois semaines après son arrivée dans le pays. Le colonel Miguel de Goede, en charge des opérations, a indiqué que les menaces contre les troupes sud africaines proférées par quelques parties burundaises avant leur arrivée n'ont pas été mises en exécution. "Nous rencontrons la population locale à tous les niveaux et nous voyons une attitude de bienveillance", a indiqué le colonel de Goede à l'agence Hirondelle.

"Nous n'avons jamais constaté une attitude d'animosité contre notre séjour au Burundi", a-t-il poursuivi.

L'Afrique du sud a envoyé un contingent de quelques 700 hommes au Burundi pour protéger environ 150 leaders Hutus qui doivent rentrer d'exil. Cette force était déjà sur place à la veille de l'inauguration des institutions de transition le 1er novembre dernier, en conformité avec l'accord de paix du Burundi. Cet accord a été signé le 28 août 2000 par 19 parties burundaises en négociation, sous les auspices de l'ancien président sud africain Nelson Mandela.

Travail difficile

Le colonel de Goede a indiqué que "à ce niveau, nous protégeons neuf leaders qui sont rentrés d'exil et qui sont actuellement dans le gouvernement de transition". "Ce sont des dirigeants de haut calibre qui sont retournés et ils ont indiqué qu'ils associent leur sécurité à ce qui se passe dans le pays. Et aussitôt qu'ils estimeront que la sécurité prévaut dans le pays, ils vont retourner dans les pays o=F9 ils ont des subordonnés pour leur dire de retourner au bercail ".

Il a néanmoins déclaré que que ses hommes travaillent dur. "Nous avons des hommes qui travaillent très dur à ce niveau en s'apprêtant pour ces leaders qui reviennent, de sorte que quand ils arrivent, nous soyons fin prêts pour assurer leur sécurité", a-t-il dit.

L'accord d'Arusha prévoit la création d'une unité spéciale de protection, composée de Burundais ethniquement mixtes, pour assurer la protection des leaders politiques rentrant d'exil, mais les Burundais n'ont pas pu s'entendre à temps sur la composition de cette unité ad hoc. Mandela a en réponse à cette situation a proposé l'envoi des troupes sud africaines. Cependant, certains partis pro-tutsis opposés au processus de paix avaient proféré des menaces à l'endroit des militaires sud africains, les qualifiant de force d'occupation.

De Goede a cependant indiqué qu'il n'y a réellement pas de menace en vue. "Franchement je ne pense pas qu'il y ait actuellement une menace contre notre détachement", a-t-il confié à Hirondelle, "et je n'en vois pas en perspective compte tenu du climat amical qui ne fait que s'accroître à chaque instant".

A la question de savoir ce que feraient ses hommes s'ils étaient attaqués, De Goede a répondu:"La mission de notre force au Burundi est de protéger les hautes personnalités politiques. C'est ce que nous faisons et c'est ce que nous allons faire. Si jamais nous sommes menacés, nous allons juste assurer notre sécurité personnelle. Et les mesures qui seront prises seront de nature à assurer notre sécurité personnelle".

L'Afrique du Sud, le Ghana, le Sénégal et le Nigeria ont accepté de fournir des troupes dans le cadre d'une mission internationale plus vaste de maintien de paix au Burundi. L'ancien puissance coloniale, le Belgique, a accepté d'apporter un appui logistique. L'accord de paix d'Arusha prévoit la création d'une telle force, dont le mandat serait de superviser un cessez-le-feu et participer dans la réorganisation de l'armée jusqu'ici dominée par la minorité tutsie. Cependant, deux groupes rebelles qui combattent toujours le gouvernement, n'ont pas jusqu'à présent accepté de signer un cessez-le-feu, ce qui signifie qu'une force de maintien de la paix reste hypothétique à ce stade.

AN/JC/GA/AT/DO/FH (BU=5F1126A)

Fondation Hirondelle
3, rue Traversière
CH-1018 Lausanne, Suisse
Tel (+ 41 21) 647 2805
Fax (+ 41 21) 647 4469
E-mail :info@hirondelle.org

Agence Hirondelle
P.O. Box 6191Arusha, Tanzanie
Tel (+255) 741 51 09 77 (Julia Crawford) or 741 51 08 94
Salle de presse: tel/fax: 1(212) 963 28 50 extension 5236 ou 5218
E-mail : hirondelle@habari.co.tz

Les éléments sonores du service Hirondelle-audio sont disponibles en français, anglais, kinyarwanda et swahili.

Visitez notre site Internet (avec les nouvelles d'Arusha): www.hirondelle.org

Redistribution non commerciale autorisée, à condition de citer la source et de ne pas modifier le contenu.

Ce projet est financé conjointement par le Ministère des Affaires Etrangères des Pays-Bas, le Ministère Royal des Affaires Etrangères de Norvège, le Gouvernement Suisse, le Foreign & Commonwealth Office de Grande-Bretagne et l'Union Européenne.