Burundi

Burundi/Négociations: Le processus de paix est irréversible, selon la médiation

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
FONDATION HIRONDELLE - AGENCE DE PRESSE HIRONDELLE A ARUSHA
POURPARLERS DE PAIX INTERBURUNDAIS
NEWS DES 3 & 4 MARS 2000
Arusha, 4 mars 2000 (FH) - Le processus de paix au Burundi pourrait être qualifié d'irréversible, a indiqué le représentant du médiateur, samedi, à la clôture du cinquième round des travaux.

Le juge tanzanien Mark Bomani qui représentait le médiateur sud africain Nelson Mandela a affirmé que la session qui se termine a été unique, expliquant qu'elle a été précédée par un sommet de chefs d'Etat de la région et qu'il y a un changement de méthodologie.

Commencée le 21 février dernier, la présente session a été précédée par une plénière de trois jours suivie des travaux en commissions. Les commissions ont travaillé sur base de protocoles d'accord soumis par la médiation, ce qui a permis d'accélérer les travaux, selon plusieurs délégués.

Quatre commissions avaient été initialement créées : celle de la nature du conflit, celle de la démocratie et de la bonne gouvernance, celle de la paix et de la sécurité pour tous ainsi que celle de la reconstruction et du développement économique et social.

Une cinquième commission a été créée samedi , celle "sur les garanties pour la mise en oeuvre" de l'accord de paix escompté.

La nouvelle commission sera présidée par Nelson Mandela, assisté d'un bureau composé de Mark Bomani et des présidents et vice-présidents des autres commissions. Le médiateur désignera son remplaçant en cas d'absence.

La cinquième commission devra notamment s'occuper du retour des réfugiés et des déplacés, la cessation des hostilités, la démobilisation de certains éléments de l'armée nationale et ceux issus des forces rebelles, l'installation des institutions de transition.

Le représentant du médiateur n'a pas donné d'indication sur la date de la prochaine réunion en commissions. Le juge Bomani a toutefois indiqué que les chefs de délégations se retrouveront en avril en leur double qualité de chef de délégations et de membres désignés de la commission sur les garanties de mise en oeuvre de l'accord de paix.

Faisant le bilan des pourparlers, Mark Bomani a signalé que la commission sur la nature du conflit semble avoir été bloquée sur la question du génocide. Le représentant du médiateur a espéré "qu'une manière réaliste de sortir de l'impasse sera dégagée".

Les Hutus et les Tutsis du Burundi s'accusent mutuellement de génocide, notent les observateurs.

Le représentant du médiateur a estimé que la commission traitant de la démocratie et de la bonne gouvernance a "le texte le plus difficile à produire" et aura, de ce fait, besoin de "plus de temps". Cette commission devrait notamment rédiger un projet de constitution, définir le système électoral et les institutions de transition.

S'agissant de la commission traitant de la paix et de la sécurité pour tous, il reste à aborder notamment les questions de cessation des hostilités et de l'intégration des forces rebelles dans l'armée nationale, selon Mark Bomani . L'équipe de la médiation laisse entendre que ces questions seront débattues une fois que les rebelles rejoindront la table des négociations.

Nelson Mandela a souhaité que tous les groupes rebelles soient représentés aux pourparlers mais jusqu'ici cela n'a pas encore été possible. La commission sur la reconstruction et le développement économique a presque terminé les points inscrits à son agenda, selon le bilan de la médiation. Il ne reste que quelques retouches à effectuer dans le texte de consensus.

Six chefs d'Etat africains étaient présents à la séance d'ouverture, le 21 février Les délégués ont également écouté un message du président américain Bill Clinton, transmis à partir de Washington par vidéoconférence. Le président français, Jacques Chirac avait pour sa part délégué son ministre chargé de la coopération, Charles Josselin. Un nouveau parti burundais a par ailleurs été admis aux pourparlers, le Ralliement pour le développement économique et social, RADDES.

AT/FH (BU%0304A)

Fondation Hirondelle
3, rue Traversière
CH-1018 Lausanne, Suisse
Tel (+ 41 21) 647 2805
Fax (+ 41 21) 647 4469
E-mail :info@hirondelle.org

Agence Hirondelle
P.O. Box 6191Arusha, Tanzanie
Tel (+255) 811 51 09 77 (Julia Crawford) or 811 51 08 94
Salle de presse: tel/fax: 1(212) 963 28 50 extension 5236 ou 5218
E-mail : hirondelle@cybernet.co.tz

Les éléments sonores du service Hirondelle-audio sont disponibles en français, kinyarwanda et swahili.

Visitez notre site Internet (avec les nouvelles d'Arusha): www.hirondelle.org
Visit our World Wide Web site (with news from Arusha): www.hirondelle.org

Redistribution non commerciale autorisée, à condition de citer la source et de ne pas modifier le contenu.

Ce projet est financé conjointement par l'Union Européenne, le Ministère des Affaires Etrangères des Pays-Bas et le Gouvernement Suisse.