Burundi + 1 more

Burundi : Rapport de situation - 24 décembre 2019

Source
Published
Origin
View original

Attachments

FAITS SAILLANTS

  • Une vingtaine de personnes sont mortes à cause des glissements de terrain sur la colline Nyempundu, zone Nyamakarabo, commune Mugina, province Cibitoke

  • Cinquante cas de rougeole sont enregistrés dont 14 ont été confirmés positifs et 44 par lien épidémiologique

  • Plus de trois cents cas de choléra en Mairie de Bujumbura

  • La France s’associe au PAM pour promouvoir la sécurité alimentaire, la nutrition et l’éducation à Gitega

CHIFFRES CLÉS

1,77M Pers. dans le besoin (PRH 2019)

710K Pers. ciblée ( PRH 2019)

103K Pers. déplacées internes ( DTM 10/2019)

1,7M Pers. en insécurité alimentaire (PRH 2019)

FINANCEMENT

$106.3M Requis

$64.2M Reçu

60% Progrès

CONTEXTE

Une vingtaine de personnes sont mortes suite aux glissements de terrain sur la colline Nyempundu, de la zone Nyamakarabo, commune Mugina, province Cibitoke Des pluies torrentielles ont occasionné des éboulements de terrain, dans la nuit du 4 au 5 décembre 2019 sur les collines de Nyempundu, Rukombe et Gikomero de la zone de Nyamakarabo dans la commune de Mugina en province de Cibitoke. Selon le Gouvernement, 27 personnes sont mortes, 9 personnes sont encore introuvables, 7 personnes ont été blessées et une étendue importante de champs non encore évaluée a été dévastée. 206 ménages sont déplacés et hébergées dans la communauté tandis que d’autres logent dans une église locale. Vu la gravité de la situation, l’administration locale en collaboration avec les membres de la Croix rouge (CRB), la Plateforme Provinciale ainsi que certains secteurs sous la coordination du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), se sont mobilisés sur les lieux et on fait une mission rapide afin d’évaluer l’ampleur des dégâts. Les familles déplacées ont perdu leurs biens (habits, matériels de couchage, équipements de cuisine, matériels scolaires, etc...).

La route et le pont qui mènent vers le lieu du sinistre ont été coupées par des éboulements rendant ainsi difficile l’accès à la zone . Même si aucune école n’a été détruite, l’accès aux établissements scolaires est entravé en raison des éboulements et les familles déplacées déplorent la perte de tout le matériel scolaire.

Suite à cette catastrophe, le 7 décembre, le Ministère des droits de la personne humaine, des affaires sociales et du genre (MDPHASG) a donné une aide constituée de 28 500 tonnes de riz à raison de 15 kg par ménage. Le Gouvenrement du Burundi prévoit la relocalisation de 500 ménages car leurs habitations sont en risque de glissement. Le site de relocalisation n’a pas encore été partagé avec les acteurs.

En vue de prévenir d’autres risques notamment en ce qui concerne la santé, l’environnement, l’accès à l’éducation ainsi que la sécurité alimentaire, OCHA en collaboration avec les groupes sectoriels continue de mobiliser l’assistance d’urgence. Ainsi, en date du 18 décembre, au terrain de l’Ecole Communale Fondalentale (ECOFO) de Rusagara ; le Programme alimentaire mondial (PAM) a fait une distribution des vivres en faveur de 1030 bénéficiaires répartis en 206 ménages vulnérables de la commune de Mugina. Le lendemain, le 19 décembre, le secteur abris et articles non alimentaires a fait une distribution conjointe, avec les membres du secteur dont la Croix rouge burundaise (CRB), l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), et World vision international (WV) comprenant 206 Kits d’articles non alimentaires et 309 tentes. Le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) a déclaré pouvoir immédiatement assister avec des kits de dignité alors que le secteur de l’éducation a signalé que les kits scolaires et les salles d’enseignement d’urgence peuvent être disponibles, pour d’autres urgences une mobilisation doit être menée afin de mobiliser des ressources supplémentaires. Les organisations internationales ayant une présence dans la province notamment (ZOA, War child Holland ainsi que Care internationale) ont déjà commencé à mobiliser des aides en kits d’abris et moyens financiers afin d’assister la population sinistrée.

Les besoins principaux qui restent à combler sont liés notamment à une assistance en abris et articles non alimentaires en faveur des ménages dont les maisons ont été détruites, les matériels de couchage en cas de délocalisation dans un autre endroit, ainsi que l’évacuation de la terre au travers des routes afin que l’accès à l’école ou aux structures sanitaires soit facilité.

La plupart des populations touchées sont déjà vulnérables et démunis, en raison de la pauvreté et de l'accès limité aux services sociaux. En plus de l'impact immédiat, les conditions météorologiques défavorables ne manqueront pas de prédisposer les ménages aux maladies transmises par l'eau et les vecteurs, y compris le choléra, le paludisme, la rougeole, etc.
Selon les prévisions météorologiques de décembre 2019, le Burundi comme les autres pays de l’Afrique de l’est continueront à observer des précipitations au-dessus de la normale climatologique. Des efforts et des fonds supplémentaires sont requis dans le domaine de la préparation en cas d’épidémies potentielles, ainsi qu'un relèvement rapide des interventions visant à rétablir rapidement les moyens de subsistance des communautés touchées.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.