Burundi + 3 more

Burundi: Rapport de situation (18 nov. 2020)

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

FAITS SAILLANTS

  • Mise à jour de la situation de la COVID-19
  • Les précipitations d’octobre à décembre risquent d’exacerber les besoins des populations vulnérables
  • Au moins 42% de personnes ciblées par le Plan de réponse humanitaire ont été assistées malgré le faible financement
  • Plus de 20 000 burundais rapatriés sur base volontaire depuis janvier
  • Le Coordonnateur résident ad intérim, M. Niels Scott déjà sur le terrain

CONTEXTE

Mise à jour de la situation de la COVID-19

Date des premiers cas confirmés : 31 mars 2020

Nombre total de tests effectués : 50 363 (au 31 octobre)

Total des cas : 589 (au 31 octobre)

Total des cas guéris : 518 (88%) (au 31 octobre)

Nombre total de décès : 1

Provinces/districts touchés : 24/47 districts sanitaires (51%) sont touchés, répartis dans 14/18 provinces (67%). La majorité des cas (68%) se trouvent dans la ville de Bujumbura, dans 3 districts sanitaires : Bujumbura Nord (137 cas), Bujumbura Centre (152 cas) et Bujumbura Sud (111 cas).

Vols / Frontières : Tous les vols commerciaux de passagers ont été suspendus le 22 mars. Les vols humanitaires, diplomatiques et d'évacuation médicale d'urgence sont exemptés de cette suspension. Les frontières terrestres avec la République démocratique du Congo et le Rwanda ont été réouvertes le 15 avril pour permettre la circulation des marchandises et le retour des rapatriés. La frontière avec la République-Unie de Tanzanie est restée ouverte

Les précipitations d’octobre à décembre risquent d’exacerber les besoins des populations vulnérables

En avril 2020, de fortes précipitations on fait déborder la rivière Rusizi à Gatumba en province de Bujumbura Rural, déplaçant plus de 4 500 ménages d’environ 24 000 personnes. La situation de ces familles, se trouvant dans les sites de déplacements et aux alentours de la rivière, risque de devenir critique en cette saison.

En avril 2020, des fortes précipitations on fait déborder la rivière Rusizi à Gatumba en province de Bujumbura Rural, déplaçant plus de 4 500 ménages d’environ 24 000 personnes. La situation de ces familles, se trouvant dans les sites de déplacements et aux alentours de la rivière, risque de devenir critique en cette saison.

Suite aux fortes pluies en avril et mai, la majorité des quartiers de Gatumba sont toujours inondés, ce qui handicape le retour des déplacés dans leur habitation. Cette situation augmente le risque de prolifération de certaines pathologies comme les infections respiratoires aigües (la COVID-19 inclus), les maladies hydriques, les allergies, le paludisme et les dermatoses. A cela s’ajoute un risque important de transmission des infections ou maladies sexuellement transmissibles causés en partie par la promiscuité et par la violence basée sur le genre.

Les partenaires humanitaires et le Gouvernement du Burundi ont fourni une grande assistance à ceux affectés par cette situation. Par exemple, l’UNICEF mène des activités d’approvisionnement en eau dans les sites (avec une capacité limitée), l’association locale ‘Social Action for Development’ (SAD) fournie des services de protection de l’enfance et Médecins sans frontières soutien les services de santé. OCHA continue à faciliter des réunions hebdomadaires de coordination de la réponse à Gatumba.

Malgré ces efforts, les besoins multisectoriels de cette population déplacée persistent. Les tentes sont délabrées suite à l’usure et les occupants ne sont pas à l’abri des intempéries. Il se remarque également une insuffisance accrue de vivres et d’articles non alimentaires notamment les nattes, couvertures, biens ménagers, moustiquaires, et les kits de dignité pour les femmes et les filles en âge de procréer.

A ce jour, 42% du budget requis a été mobilisé auprès du Fond central d’intervention pour les urgences humanitaires (CERF). Les partenaires utilisent déjà une partie de ces fonds pour identifier les personnes parmi les PDIs qui peuvent et veulent retourner dans leur habitation. L’objectif est de démonter les sites de déplacement (celui de Mubone déjà fait) et de fournir des solutions plus durables. D’autres fonds supplémentaires sont requis afin de couvrir les besoins de base (vivres, abris, et approvisionnement en eau) des personnes affectées à Gatumba, sur une période allant d’octobre à décembre 2020.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.