Burundi : Rapport de situation - 16 mai 2019

FAITS SAILLANTS

  • Le Paludisme atteint des proportions épidémiques
  • Plus de 124 500 personnes déplacées internes, dont 55 % sont des femmes
  • UNHCR accueille plus de 1 100 réfugiés congolais à Nyankanda
  • L'insécurité alimentaire persiste à Kirundo
  • Dernière installation des conteneurs de triage et isolation contre Ebola

CONTEXTE

Le Paludisme atteint des proportions épidémiques

Près de deux millions de cas de paludisme sont apparus depuis le début de 2019. Il s'est observé la migration de la zone de concentration des cas de paludisme de l'Ouest vers l'Est par rapport aux années précédentes. Cette situation a été exacerbée par une augmentation de la résistance aux médicaments et de mauvaises habitudes qui rendent les gens de plus en plus exposés aux piqûres des moustiques (comme l'utilisation de cuisines extérieures et une distribution limitée de moustiquaires). Sur 46 districts sanitaires du Burundi, 17 connaissent des proportions épidémiques, dont un seul est couvert par Médecins Sans Frontières. Les ressources pour répondre à cette situation sont limitées, ce qui aggraverait la situation en cas de déclaration. Une réunion spéciale sur le paludisme sera convoquée la semaine prochaine pour déterminer si le Ministère de la santé devrait déclarer officielement l'épidémie de paludisme à l'échelle nationale. Dans l'intervalle, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) est entrain d'examiner si les 17 districts affectés devraient être déclarés comme étant en situation épidémique afin de faciliter la prise en charge. Si tel serait le cas, comment toutes les personnes intervenant dans le secteur de la santé peuvent y faire face. L'OMS leur a demandé de se tenir prêts pour une éventuelle réponse.

CONTEXTE

Plus de 124 500 personnes déplacées internes, dont 55 % sont des femmes

En mars 2019, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a signalé que 124 578 personnes, dont 27 720 ménages, ont été déplacées. 55% d'entre eux sont des femmes. Plus des deux tiers d'entre eux ont été enregistrés au cours du premier trimestre 2019, ce qui représente une moyenne de 1 000 nouvelles personnes déplacées par jour. En outre, quelque 11 000 Burundais ont cherché refuge dans les pays voisins. Le Burundi n'a jamais connu de déplacements de population d'une telle ampleur.

Les partenaires humanitaires s'efforcent de répondre rapidement aux besoins énormes des personnes touchées. Des efforts sont en cours pour améliorer la nutrition, l'approvisionnement en eau, les services de santé pour les personnes déplacées et leurs familles d'accueil, ainsi que leur protection.

Les communautés d'accueil sont directement touchées par la présence de personnes déplacées, de réfugiés ou de personnes récemment rapatriées. En effet, les populations déplacées exercent une pression considérable sur les ressources et les services déjà limités des populations hôtes. Pour soulager les communautés d'accueil, les partenaires aideront 190 000 membres des familles d'accueil.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.