Burundi

Burundi-Négociations de cessez-le-feu: Retour du Président Buyoya d'Afrique du Sud

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
BURUNDI - POLITIQUE
Retour du Président Pierre Buyoya de Pretoria, Afrique du Sud, o=F9 il a participé aux négociations de cessez-le-feu au Burundi.

(Bujumbura, le 30 janvier 2003). - Les négociations de cessez-le-feu entre le Gouvernement de Transition et le Cndd-Fdd de Pierre Nkurunziza doivent reprendre ce jeudi 30 janvier 2003 au niveau des commissions techniques à Dar-Es-Salaam, en Tanzanie. Ce sera pour clarifier les aspects techniques de l'Accord de cessez-le-feu signé le 3 décembre dernier à Arusha, en Tanzanie. Le Chef de l'Etat Burundais M. Pierre Buyoya l'a indiqué ce mercredi 29/1/2003 à son retour d'Afrique du Sud o=F9 il s'est entretenu avec les chefs du Cndd - Fdd et du Fnl-Palipehutu.

Des rencontres ont été sortis des textes d'accord qui précisent les modalités d'application des accords de cessez-le-feu signés. Il s'agit notamment de la cessation permanente des hostilités avec le Cndd-Fdd de Pierre Nkurunziza, du ravitaillement des combattants : deux points à l'Ouest et à l'Est du pays et du retour à Bujumbura de Jean Bosco Ndayikengurukiye du Cndd-Fdd et d'Alain Mugabarabona du Fnl-Palipehutu, a indiqué le Chef de l'Etat.

Avec les deux leaders, le Chef de l'Etat a précisé qu'ils se sont convenus que les débats sur les questions politiques et militaires encore en suspens continueront à Bujumbura. Il a ensuite ajouté que les discussions sur leur intégration dans les institutions, en particulier le gouvernement, se feront sur une période d'un mois, leur inclusion dans le parlement sur une période de deux mois ; que leur inclusion dans les autres structures de l'Etat se feront au fur et à mesure qu'il y a des changements dans ces structures .

Avec le Cndd-Fdd de Pierre Nkurunziza, le Président Buyoya a indiqué qu'ils ont convenu de continuer les discussions en deux étapes :

- D'abord au niveau technique : que les commissions techniques vont discuter de ces questions en suspens dès ce 30 janvier jusqu'au 8 février à Dar-Es-Salaam.

- Les discussions au niveau politique se feront après le 8 février à Pretoria.

A propos de la place accordée à certaines formations et associations politiques que certains appellent l'opposition intérieure de manière globale, le Président Buyoya a indiqué qu'il est ouvert au dialogue en tenant tout de même à préciser comment les groupes politiques entrent dans les institutions issues de l'accord d'Arusha. Pour le Président Buyoya, les partis politiques qui naissent aujourd'hui ne sont pas de l'opposition. Quant au parti Parena, qui a signé l'accord d'Arusha mais qui n'a pas signé l'acte d'engagement, le jour o=F9 il voudra entrer dans les institutions, l'on pourra discuter des modalités d'y entrer, a dit le Chef de l'Etat.

Et quant aux autres associations politiques qui sont opposées au Gouvernement et à l'Accord d'Arusha, le Président Buyoya estime qu'elles ne peuvent pas entrer dans les institutions auxquelles elles sont opposées. Il précise cependant qu'il est prêt à les écouter si elles veulent négocier quoi que ce soit ou si elles ont de revendications à faire au Président ou au Gouvernement ; sinon aujourd'hui il n'y a aucune obligation de négocier leur entrée dans les institutions, a conclu le chef de l'Etat.